Volkswagen prépare l’arrivée ce 24 octobre de son modèle emblématique, la Golf dans sa 8ème génération, moment idéal pour revenir sur l’histoire d’une icône de l’automobile.

La nouvelle génération de la Volkswagen Golf étant dans les starting-blocks, un retour autour d’une icône fabriqué à plus de 35 millions d’unités depuis le lancement de la saga Golf en 1974.

Golf I, naissance d’une icône

La première génération a été un succès immédiat, succédant à la Coccinelle, la Golf s’est vendue à 6,99 millions d’exemplaires. Klaus Bischoff commente : « les progrès réalisés entre la Coccinelle et la Golf étaient révolutionnaires. Le passage du moteur arrière refroidi par air au moteur avant refroidi par eau a créé une configuration entièrement nouvelle de la voiture ». Les lignes arrondies deviennent anguleuses – un changement de paradigme. Il poursuit : « Les principaux éléments de design de la Golf Mk1 étaient le profil latéral avec le solide montant C vertical, les passages de roues exclusifs et l’avant horizontal avec la fine calandre et les phares en saillie vers le bas. Ces éléments se retrouvent encore aujourd’hui dans chaque Golf ». Ses caractéristiques stylistiques caractérisent le design de la voiture compacte la plus réussie au monde.

 Golf II, l’ADN d’une réussite planétaire

Les spécialistes s’accordent pour situer le moment le plus marquant de l’histoire du modèle à la fin des années 1970, lorsqu’il a été décidé de créer la Golf II en retouchant l’ADN stylistique de la Golf I. C’est ainsi qu’est né le « phénomène Golf », LA Volkswagen entre toutes, l’incarnation parfaite de la marque ; une petite voiture compacte qui s’affranchit des catégories et séduit toutes les classes de la société. La Golf II se veut plus imposante et plus aérodynamique. Les designers sont restés fidèles à l’héritage de la Golf I, tout lui apportant certaines évolutions stylistiques. À titre d’exemple, les feux arrière implantés assez bas, juste au-dessus du pare-chocs sur la Golf I, remontent sensiblement sur la Golf II, une véritable innovation en 1983. Fil rouge entre les générations, les montants C ont conservé la forme typique de cette époque. Comme l’exprimait la marque en 1983 : « La Golf doit rester une Golf. Par conséquent, aucun restylage ne doit s’écarter de l’esprit du modèle. Pour autant, il doit respirer la nouveauté depuis l’avant jusqu’à l’arrière, tout en respectant les fondamentaux : continuité du concept, amélioration au niveau des détails et de la qualité. » Telle a été la recette de ce succès planétaire.

 Golf III , des lignes anguleuses et une ère nouvelle pour la sécurité

Il y a 25 ans, la Golf III arrivait sur le marché au mois d’août. Avec le recul, il est clair que Volkswagen ouvrait avec elle une nouvelle ère en matière de sécurité. Non seulement la Golf III a été le premier modèle de la série à bénéficier d’airbags frontaux (à partir de 1992) et, en plus, sa structure de caisse bénéficiait d’avancées majeures qui amélioraient considérablement la résistance aux chocs. Au plan stylistique enfin, cette troisième génération marquait également un important tournant : c’était la première Golf dont la silhouette anguleuse était aussi dynamique qu’aérodynamique.

L’histoire de la Golf III débute en 1985, époque où , à Wolfsburg, le développement de la Golf III est officiellement lancé. En février 1987, le responsable design, Herbert Schäfer, soumet neuf projets à l’avis du Directoire. Au cours des mois suivants, les esquisses sont commentées, affinées jusqu’à l’émergence en décembre du plus beau design entre tous, qui peut alors dépasser le stade de la planche à dessin. En 1991, la Golf III est prête à entrer en production. « Lors de la transition de la Golf I à la II, nous avons agrandi la voiture, l’avons équipée de moteurs plus puissants et amélioré son comportement routier, » explique Herbert Schäfer. « Pour la troisième génération, nous avons privilégié les lignes et trouvé un style emblématique de Golf, qui incarne la qualité et la sécurité. »

L’élargissement important des voies lui procure une présence plus imposante sur route et, à la différence de la génération précédente, les roues sont parfaitement alignées de la carrosserie aérodynamique (Cx de 0,30). Bien qu’elle n’emprunte aucun détail, forme ou rayon de courbure à sa devancière, c’est clairement une Golf. La troisième du nom sera vendue à 4,83 millions d’exemplaires jusqu’à l’arrivée de la génération suivante.

 Golf IV l’icône stylistique de la série

En 1997, la Golf IV voit le jour sous la direction d’Hartmut Warkuß, Responsable Design du Groupe Volkswagen de 1993 à 2003. Aujourd’hui, cette quatrième génération est considérée comme une icône en matière de style – notamment en raison de sa clarté graphique et de la conception des montants arrière, clin d’œil à la Golf I de 1974. Toutefois, la Golf IV n’était pas seulement une pionnière en termes de design, mais également de par sa technologie. Avec elle, Volkswagen a redéfini complètement les standards de qualité sur ce segment, devenant ainsi le premier constructeur à dépasser les limites entre les catégories automobiles. En proposant en 1998 le Programme Electronique de Stabilisation (ESP) (Electronic Stability Control), la Golf a continué de démocratiser la sécurité. En 2003, la Golf IV a été produite à 4,99 millions d’exemplaires, toutes versions confondues.

 Golf V dynamisme à l’état pur et retour de la GTI

À ses débuts en 2003, la Golf a stupéfait bon nombre de ses concurrents du segment intermédiaire haut de gamme par son confort, son dynamisme et son niveau de qualité. À peine un an plus tard, une Golf de 200 ch avec calandre noire et sièges sport habillés du légendaire tissu écossais « Interlagos » marquait le retour de la GTI. Qu’il s’agisse de la Golf ou de la GTI, la demande n’a jamais cessé depuis. À ce jour, la GTI est la sportive la plus réussie du segment des compactes. La Golf en elle-même est incontestablement la voiture européenne la plus vendue de l’histoire. À l’approche du lancement de la version restylée du best-seller en novembre, l’heure est venue de revenir sur la genèse de la Golf V et de l’année 2003. Cette année, la Golf était déjà la voiture la plus vendue en Allemagne depuis près de trois décennies. Elle est généralement considérée comme « La » voiture par excellence, le seul modèle compact véritablement intemporel. Et la Golf V ? Elle reste fidèle à l’ADN de la première génération, mais le modèle V en lui-même est visuellement réinventé. Le design de la Golf V avec son montant C caractéristique, son arrière puissant, son avant sport et sa silhouette musclée remontant vers l’arrière est un véritable condensé de pur dynamisme. Autre innovation à l’avant : pour la première fois, le capot de la Golf suit le contour des phares, comme sur une voiture de sport.

 Golf VI un exemple en matière de sécurité

Avec les débuts de la sixième génération de golf (2008), de plus en plus de systèmes d’assistance de catégorie supérieure se sont retrouvés au cœur du segment des compactes marquant le début d’une révolution silencieuse de la sécurité automobile.

De nouveaux systèmes d’assistance, tels que le Régulateur de vitesse adaptatif ACC, l’Aide au stationnement Park Assist, l’Assistant de feux de route Light Assist, la fonction Hill Hold et bien d’autres innovations technologiques comme la Régulation adaptative du châssis DCC font qu’en 2009, la Golf est élue « Voiture de l’Année », le modèle jusqu’alors le plus avancé. Sans oublier qu’en 2012 lorsqu’elle a été remplacée, la Golf VI a laissé son empreinte dans l’histoire de Volkswagen, devenant l’une des voitures compactes les plus sûres de son temps grâce à ses nombreux systèmes de sécurité, jusqu’à 9 airbags (y compris l’airbag genoux) et la note maximale de 5 étoiles au crash test EuroNCAP.

 Golf VII, conservatisme allemand

Cette septième génération de Golf (2012) n’a pas choisi la voie du changement radical. La continuité est mise en avant, du moins sur le plan stylistique. Volkswagen ne veut pas brusquer sa clientèle, il préfère capitaliser sur ses acquis et les faire évoluer. Sur cette Golf, le vrai changement se situe sous la carrosserie. Cette nouvelle génération utilisait une nouvelle plateforme, celle dont on entendait parler depuis le début de l’année de sa sortie et qui a été la base de travail de tous les modèles suivant du groupe, il s’agit de la plate-forme MQB.

Cette mouture subira un restylage en 2016 dont l’apport le plus relevant est l’adoption, en plus des nouveaux moteurs, d’un design affûté et des systèmes d’aide à la conduite inédits, d’une toute nouvelle génération de systèmes d’infodivertissement. En première mondiale sur le segment des compactes, le système haut de gamme « Discover Pro » pouvait être piloté par commandes gestuelles. Avec son écran de 9,2 pouces, il constitue une seule et même entité visuelle et fonctionnelle avec l’Active Info Display, également inédit sur la Golf. En parallèle, l’offre de services en ligne et d’applications s’élargissait.