Sealynx Automotive Algeria, une joint-venture entre Sealynx International (29%), Famille Taleb (27%), Palapro (24%) et Saida (20%) avec une usine installée à Oran, n’a toujours pas entamé son activité industrielle

Une entrée en activité qui était prévue pour la fin de l’année 2017, pour répondre aux besoins des usines locales dont celle de Renault Algérie avec qui un contrat a même été signé, mais qui ne l’est toujours pas, avions-nous confirmé aujourd’hui lors de notre passage au Salon “ALGEST’ 2018”, dédié à la sous-traitance. En effet, l’entreprise en question est en attente depuis des mois du feu vert du CNI pour pour pouvoir entamer son activité mais aucune réponse n’a été accordée pour le moment, nos interlocuteurs nous expliquant que “même les machines sont en attente au niveau de Marseille”.

Activant dans le domaine de l’étanchéité (Lécheurs EPDM ou TPE, joints de porte, joints de coffre, systèmes d’étanchéité de Coupé/Cabrio, anti-salissures, joints sous capot, entre portes), Sealynx fait partie du Groupe GMD qui active, à travers 4 pôles, dans la plasturgie, emboutissage et fonderie en plus de l’étanchéité. Parmi les clients de Sealynx on peut citer Peugeot, Renault, Volkswagen, General Motors, Citroën, Dacia et autre McLaren.

Lors de la présentation du projet en 2017, la production prévue était de 500 000 joints sur la première année, 1.000.000 en 2018 puis à terme production de plus de 2.000.000 de joints pour les usines Renault et PSA en 2021.