La Giulietta Spider apparaît dans les films italiens  de Fellini et d’Antonioni du début des années 60 : les prémices de la conquête de Hollywood et des Etats-Unis pour le savoir-faire « Made in Italy ».

« C’est une voiture très indulgente ! Très jolie également » : c’est en ces termes élogieux qu’un gentleman-driver exceptionnel s’exprimait au sujet de la Duetto. Il s’agissait du légendaire Steve McQueen, à l’été 1966, qui avait été invité par le magazine « Sports Illustrated » à essayer le spider italien, en même temps que d’autres voitures sportives. Son modèle d’essai ne fut autre que la première Alfa Romeo 1600 à entrer aux USA, après ses débuts sur la scène du Salon de Genève quelques mois auparavant. En quelques mots, le jugement de McQueen résume bien l’essence même de la Duetto et le caractère unique d’Alfa Romeo : un plaisir de conduite inégalé revêtu d’habits élégants !

Techniquement, son opinion faisait autorité. Steve McQueen était un collectionneur avisé de bolides sportifs et un pilote chevronné, qui a d’ailleurs terminé second de sa catégorie aux 12 Heures de Sebring en 1970, associé à Peter Revson. Un an plus tard, en 1971, le jeune Dustin Hoffman conduisait une Duetto à toute allure sur une musique de Simon & Garfunkel dans le film « The Graduate ».

Des images de légende qui ont façonné l’histoire du cinéma, à l’origine de nombreux commentaires élogieux qui ont inspiré les metteurs en scène du monde entier à utiliser ce modèle dans des centaines films et de séries télévisées ! Un mythe automobile était né. Quand il devint Champion du Monde des Poids Lourds, Mohamed Ali conduisit une Duetto : parodiant sa devise célèbre « Voler comme un papillon, piquer comme une abeille », sa voiture avait une plaque d’immatriculation personnalisée « Ali Bee ». Et la Duetto devint une star mondiale ! Mais avant cela, prenons le temps de revenir aux origines du modèle : l’innovation technique de la Giulia et le charisme de la Giulietta Spider.

Conçue pour découvrir l’Amérique

L’histoire de la Giulietta Spider fait apparaître un autre protagoniste dénommé Hoffman. Pas l’acteur, Dustin, mais le businessman Max Edwin Hoffman : un ex-pilote de course, forcé de quitter l’Autriche pour les Etats-Unis, lors de la montée du Nazisme. De l’autre côté de l’Atlantique, il devint le symbole même de l’importateur américain des voitures de marques européennes. Max était plus qu’un simple homme d’affaires : il possédait une connaissance innée du marché. Il était capable de donner des leçons en matière de politiques commerciales, demandant des modèles spécifiques aux marques, suggérant des variantes de carrosseries et contribuant de fait à la création de quelques-unes des voitures de sport les plus admirées au monde. Dont une qui fut la Giulietta Spider.

Une « grande dame », qui devint l’obsession d’Hoffman. Il commença à en discuter avec Alfa Romeo dès 1954, immédiatement après le lancement de la Giulietta Sprint. Il sentait instinctivement que ce pourrait être la voiture parfaite pour la Côte Pacifique, convaincu que chacun, à Hollywood, en voudrait un exemplaire ! Tellement convaincu du potentiel de succès de ce modèle, il déclara être prêt à en commander plusieurs centaines, bien avant que son style final ne soit défini !

La jeune Lady élégante

Hoffman réussit à convaincre Francesco Quaroni et Rudolf Hruska et le projet fut mené tambour battant ! Une compétition pour la dessiner fut lancée auprès des deux bureaux de design les plus en vogue du moment : Bertone et Pinin Farina. Bertone proposa un dessin extrême, héritier du concept « 2000 Sportiva » de Franco Scaglione, avec un avant acéré, des optiques épurées et des ailerons arrière. La proposition de Pinin Farina, dessinée par Franco Martinengo, fut cependant choisie, tenant compte de son élégance innée et des proportions subtiles de sa carrosserie.

La « jeune Lady élégante », comme la décrivait Pinin Farina, débuta avec un pare-brise panoramique et des vitres latérales à glissières. Elle ne comportait pas de poignées de portes à l’intérieur : à la place, une corde activait l’ouverture des portières. Ce n’est que plus tard qu’un  pare-brise traditionnel apparut, ainsi que des vitres descendantes, et qu’elle fut équipée d’un garnissage intérieur des portes, d’un toit escamotable, de poignées de portes extérieures et de nouveaux intérieurs.

Un concept purement sportif, que ses performances brillantes accréditaient. La Spider adopta le moteur de la Giulietta : un quatre cylindres en ligne de 1290 cc, qui délivrait 65 ch et propulsait la voiture à plus de 155 km/h. La puissance ne cessa d’augmenter sur les versions successives, à commencer par le moteur développant 80 ch sur la Spider Veloce de 1958.

Polyvalente, jeune et rapide. Mais aussi très élégante. La Giulietta Spider fut la fiancée du cinéma : Fellini lui donna une rôle dans son film « La Dolce Vita », Antonioni la choisit comme voiture d’Alain Delon pour le film « L’Eclipse ». Elle devint le symbole d’une époque : aimée des personnalité, désirée par le monde entier !

Made in Italy

Le moment arriva où il fallut concevoir une héritière à la Giulietta Spider. Luraghi et son équipe étaient conscients que faire une bonne voiture ne serait pas suffisant : la même aura serait nécessaire pour le nouveau modèle. Sa présentation devait également devenir un événement majeur : une cérémonie solennelle, à mi-chemin entre une investiture et un couronnement !

Alfa Romeo voulait quelque chose de majestueux. Dès lors, pour la présentation aux Etats-Unis, il organisa une croisière transatlantique, invitant à bord les plus grandes célébrités du monde entier dans les domaines du spectacle, du sport et de la mode. Il y avait plus de 1.300 VIP à bord, dont Vittorio Gassman, Rossella Falk, le navire fit une escale à Cannes pour le Festival du Film ! Pendant toute la croisière, trois exemplaires de la nouvelle Spider était exposés de manière impressionnante sur le pont principal du paquebot : une verte, une blanche et une rouge. En symbolisant régulièrement l’origine italienne de ses modèles, Alfa Romeo allait sans le savoir être à l’origine de la communication « Made in Italy », plus de dix ans avant sa naissance !

L’héritage technique de la Giulia

L’Alfa Romeo Spider 1600 fut élaborée sur le châssis de la Giulia, avec un empattement réduit à 2,25 m; ses composant mécaniques provenant de la Giulia Sprint GT Veloce de l’époque (elle-même une évolution de la Sprint GT). A son lancement, la Duetto était équipée du moteur  classique 4 cylindres de 1.570 cc en alliage léger, capable de délivrer 108 ch, tout en ne pesant au final que moins de 1.000 kg ! Sa vitesse maximale atteignait les 185 km/h !

« Duetto » ou « os de seiche » ?

Trouver un nom pour le modèle fut aussi toute une histoire en soi ! Un concours fut organisé en collaboration avec l’ensemble des concessionnaires européens. Et le nom de « Duetto » fut le grand gagnant. Mais un problème survint immédiatement : les droits de ce nom étaient attachés à une marque de biscuit au chocolat, si bien que le modèle dut être présenté en tant que « Alfa Romeo Spider 1600 ».

Le nom « Duetto » demeura dès lors quelque peu dans l’oubli, mais sa mémoire fut cependant sans cesse ravivée dans l’esprit des fans et devint dès lors le surnom de toutes les générations successives du modèle. D’autres surnoms lui furent également attribués : le Spider de 1966, le premier de la série et le dernier chef-d’œuvre de Battista Pinin Farina, fut appelée « os de seiche » en raison de sa forme ellipsoïdale, avec ses faces avant et arrière arrondies, ses flancs concaves et sa ligne de caisse surbaissée. Le second fut qualifié en 1969 de « Coda Tronca » (ou arrière court), en raison du profil aérodynamique de sa partie arrière. La troisième génération de 1983 fut surnommée « Aerodinamica », suggérant ainsi les nombreux essais en soufflerie lors de sa mise au point. Enfin, en 1989, la dernière génération fut introduite, simplement appelée « Série 4 » : une voiture aux lignes élégantes, considérée comme un retour fidèle aux origines du modèle. En quatre générations, plus de 124.000 exemplaires ont été produits en 28 années : la plus longue carrière pour un modèle de la marque Alfa Romeo…

Épisodes précédents


Campagne de sensibilisation

Citoyen avant tout, le site accompagne ses articles avec un rappel des gestes basiques à suivre pour éviter la propagation du Covid-19 (Coronavirus). Et n’oubliez pas de limiter vos déplacements au maximum et de rester chez vous.