D’ici 2030, les ventes de voitures à émissions faibles ou nulles devraient représenter 40 % du total des ventes mondiales, selon la Commission Européenne.

Quelle est la différence entre une voiture hybride et plug-in hybride ? Quelle est leur autonomie ? Où peut-on les recharger ? La voiture électrique représente le futur du secteur automobile, et de fait ses ventes ont augmenté de 58 %au cours des six premiers mois de cette année. Cette nouvelle solution de mobilité soulève des questions chez les futurs utilisateurs auxquelles nous répondons ci-dessous.

1. Quels sont les différents types de voitures électriques ?

Il existe trois types de véhicules qui fonctionnent plus ou moins à l’électricité. Tout d’abord l’hybride avec ses deux moteurs, le premier à combustion qui agit comme moteur principal, et le second électrique dont la batterie se recharge lorsdes phases de décélération du véhicule. Deuxièmement, le plug-in hybride. La batterie de ces véhicules se recharge lors des phases de décélération mais aussi en la branchant directement à une prise de courant. Enfin, la voiture100 % électrique, avec une propulsion exclusivement électrique et une batterie rechargeable sur une prise de courant. Selon la Commission Européenne, les ventes de voitures à émissions nulles ou faibles -c’est à dire celles qui émettent moins de 50 grammes de CO2 par kilomètre -devraient représenter 40 % du total des ventes à partir de 2030. L’objectif est de 20 %en 2025.

2. Où peut-on les recharger ?

Les points de recharge sont publics ou privés. Tout utilisateur peut faire installer une borne de recharge dans son parking privé ou dans sa copropriété, à condition que l’installation soit réalisée par un professionnel agréé et qu’elle soit conforme à toutes les exigences légales. En fait, on estime que 70 % de toutes les recharges ont lieu à la maison et sur le lieu de travail. Quoi qu’il en soit, si vous avez besoin de recharger la voiture en cours de route, le réseau de stations électriques se développe de jour en jour. Il y a actuellement environ 100 000 points de recharge dans l’UE et d’ici 2025, la Commission Européenne prévoit que ce chiffre soit multiplié par 20, pour atteindre 2 millions de stations.Les temps de recharge se réduisent aussi progressivement. Par exemple, la SEAT el-Born bénéficiera d’une autonomie de 420 kilomètres après seulement 47 minutes de charge. De plus, la mise en place de stations de charge ultra-rapides permet de recharger complètement les batteries en seulement dix minutes. L’Europe disposera dès l’an prochain d’un réseau de 400 stations de recharge rapide (350 kW) réparties tous les 120 kilomètres pour faciliter les longs trajets.

. Quelle est l’autonomie moyenne ?

Les batteries offrent une autonomie allant de 200 à plus de 400 kilomètres. La SEAT el-Born bénéficie d’une autonomie qui peut aller jusqu’à 420 kilomètres sur une seule charge. L’autonomie dépendra de l’utilisation de la voiture, car contrairement aux voitures thermiques, les véhicules électriques consomment moins en conduite urbaine. “Nous préparons actuellement une gamme de produits qui permettra de choisir l’autonomie en fonction de l’utilisation prévue du véhicule. Il y aura donc différentes options de capacité de batterie pour répondre aux besoins de toutes sortes d’utilisateurs”, explique Josep Bons, Responsable du Développement Électrique et Électronique chez SEAT. À cet égard,SEAT va lancer 6 nouveaux modèles électriques et plug-in hybrides d’ici début 2021.

4. Il n’y a aucune émission avec une voiture électrique ?

Du point de vue du véhicule lui-même, on considère qu’il s’agit d’une voiture à émissions locales nulles. De plus, si l’on considère le cycle de vie global du véhicule, elle est également plus durable, avec de 17 % à30 % d’émissions en moins qu’un modèle diesel ou essence. “Si en outre, la batterie est également rechargée avec de l’énergie produite de manière durable, comme l’énergie éolienne ou solaire, les émissions sont inférieures de près de 90 % à celles d’une voiture conventionnelle tout au long de son cycle de vie”, souligne Josep Bons. Afin d’encourager l’achat et l’utilisation de véhicules sans émissions locales, diverses incitations sont appliquées en Europe. Dans certains pays, comme la Norvège, l’achat d’un véhicule électrique donne lieu à une réduction d’impôts directs. En Allemagne, en France et en Espagne, il existe des incitations à l’achat et de nombreuses villes européennes offrent des avantages spécifiques, notamment la gratuité du stationnement et des péages, des voies d’accès préférentielles et l’accès gratuit de ces véhicules aux zones à circulation restreinte

5. Est-elle plus chère qu’une voiture conventionnelle ?

Les véhicules électriques sont de plus en plus abordables. En fait, SEAT et le Groupe Volkswagen se sont engagés à fabriquer des voitures électriques “pour des millions de personnes plutôt que pour des millionnaires”. Les améliorations technologiques permettent de réduire le prix des modèles électriques. Par exemple, le coût des batteries a diminué de 80 % au cours de la dernière décennie.Un autre facteur à prendre en compte est que le coût de l’électricité est nettement inférieur à celui de l’essence ou du diesel. En outre, on estime que les coûts d’entretien d’un véhicule électrique ne représentent qu’un tiers de ceux d’une voiture équipée d’un moteur classique. Enfin, dans la plupart des pays, les acheteurs peuvent bénéficier de subventions publiques ou de réductions fiscales pour l’achat d’une voiture électrique.Chez SEAT, l’accessibilité croissante de la voiture électrique sous toutes ses formes sera combinée à d’autres options durables telles que le GNC (gaz naturel comprimé), afin d’offrir aux clients une solution de mobilité adaptée à leurs besoins.