Le constructeur allemand Daimler a renforcé jeudi son offensive sur le prometteur marché chinois en s’alliant à Geely pour développer sa marque Smart, abandonnant “dès 2022” la production des petites citadines dans leur berceau français.

La coentreprise “à part égales” avec le constructeur chinois doit ouvrir “un nouveau chapitre dans l’histoire de Smart”, a commenté Dieter Zetsche, patron de Daimler, dans un texte publié sur LinkedIn. “Nos plus petites voitures ont un énorme potentiel, en Chine et ailleurs.”

Cette alliance avec le propriétaire de Volvo pour la production en Chine dès 2022 entraîne le départ de ces petites citadines du site français de Hambach, mais sans impact sur l’emploi, a promis M. Zetsche.

“Tous les emplois seront pérennisés à travers notre nouveau projet industriel qui consistera à créer une nouvelle ligne d’assemblage pour la construction d’un SUV électrique de la marque Mercedes à Hambach”, a indiqué mercredi au quotidien Le Républicain Lorrain le PDG de Smart France, Serge Siebert.

En 2018, la Chine représentait 28% des ventes de Mercedes-Benz Cars, la division du groupe Daimler qui comprend Mercedes et Smart. Et le marché chinois est de loin celui où le groupe a vu le plus de progression: +10% sur un an, contre un recul de 3% en Europe et aux Etats-Unis. (AFP)