Le ministre de l’Industrie, Ferhat Ali Braham a affirmé que “la prise en charge de tous les cas se fera à travers des cadres juridiques régissant les secteurs de l’emploi et de l’Industrie”.

A une question, au terme des travaux de la Conférence nationale sur le Plan de relance économique, sur les sociétés de montage automobile qui ont licencié leurs travailleurs, le ministre a dénoncé l’exploitation de cette question comme moyen de chantage, à la lumière du nouveau système allant dans le sens de l’édification d’une véritable industrialisation, au lieu des activités de montage qui n’apportent aucune valeur ajoutée.

“Personne ne peut nous faire du chantage par ce procédé. Il est des emplois productifs, d’autres moins productifs et d’autres nuisant carrément à l’économie nationale”, a-t-il martelé, ajoutant que “la prise en charge de tous les cas se fera à travers des cadres juridiques régissant les secteurs de l’emploi et de l’Industrie et personne ne peut prétendre que son poste d’emploi est meilleur que d’autres”.

Dans ce contexte, le ministre a affirmé que si ces sociétés ont procédé au licenciement de centaines de travailleurs, le secteur public avait, lui, connu des dizaines de milliers de licenciements, alors que des milliers de PME avaient disparu du fait de la faillite des projets de montage automobile, à l’origine d’une saignée de la devise, et dont le financement se faisait à travers des exonérations fiscales et douanières.


PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE
– Le présent site Internet et l’ensemble de son contenu, y compris textes, images fixes ou animations, base de données, sont protégés par les droits d’auteur.
– www.autoalgerie.com ne vous concède qu’une autorisation de visualisation de son contenu à titre personnel et privé et dans la mesure où vous êtes le légitime utilisateur final du site Internet, à l’exclusion de toute diffusion publique.