Les différents acteurs activant dans l’assemblage automobile ne seront plus en mesure d’importer des kits SKD/CKD pour leurs usines respectives.

Dans un entretien paru sur les colonnes du journal français Le Figaro, le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que “l’Algérie est vue par ses partenaires comme un grand marché de consommation. Nos maux viennent de l’importation débridée, génératrice de surfacturation, une des sources de la corruption favorisée par de nombreux pays européens où se faisait la bancarisation, la surfacturation, les investissements de l’argent transféré illicitement, ajoutant que “cela a tué la production nationale et pour cela, nous allons par exemple arrêter l’importation de kits automobiles”.

Industrie: Les premières dispositions du nouveau code pour mars

Le président de la République a enrichi en déclarant que “l’usine Renault qui est ici n’a rien à voir avec celle qui est installée au Maroc. Comment créer des emplois alors qu’il n’y a aucune intégration, aucune sous-traitance ? », a-t-il annoncé.

Les constructeurs automobiles ne seront pas obligés de s’associer à un partenaire local