Le cas de l’entreprise de montage automobile Renault Algérie “ne présente pas de problème particulier” concernant les modalités de quotas des kits CKD/SKD, a indiqué mardi à Alger la ministre de l’Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt.

La ministre de l’Industrie et des Mines a ajouté , lors d’un point de presse en marge de la cérémonie de signature d’une convention entre les Groupes publics Sonelgaz et IMETAL, que “le dossier de Renault Algérie Production se présente de façon très conforme”.

Rappelant que l’Etat est actionnaire à hauteur de 51% de cette entreprise, la ministre a indiqué qu’une séance de travail avait récemment réuni les représentants du ministère et ceux de Renault Algérie au cours de laquelle a été évoqué le sujet du taux d’intégration nationale, notamment pour l’année 2020.

Rappelant les nombreux avantages accordées par l’Etat en matière d’exonérations fiscales et de droits de douanes, Mme Tamazirt, a affirmé que ces avantages doivent se traduire par “une plus grande intégration nationale, générant de la croissance et de la création d’emplois, ainsi qu’un développement du tissu de sous-traitants locaux”.

Pour rappel, Renault Algérie avait récemment éloigné la fermeture de son usine d’Oran, faisant savoir que ses stocks de kits CKD/SKD, allaient s’épuiser à compter de novembre prochain.