50% de la production de l'usine BAIC en Algérie sera destinée à la région MENA

Le ministre de l’Industrie et des Mines, M. Youcef Yousfi, inaugure aujourd’hui l’usine d’assemblage BAIC de Batna et dont la capacité de départ est annoncée à 30.000 unités.

BAIC INDUSTRIE INTERNATIONALE ALGERIE a inauguré, aujourd’hui à Batna, son usine d’assemblage de véhicules du géant chinois BAIC et dont la capacité devrait “atteindre les 180.000 unités à l’horizon 2021″, a déclaré Mr SARIAK Noureddine, Directeur Général de la BAIC Industrie Internationale Algérie tout en précisant que cette entreprise ” a été autorisé a exporté jusqu’à 50% de son volume de production vers les pays de la région de MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), région dont nous avons l’exclusivité. Des contrats ont été déjà signés avec des partenaires en Égypte, Arabie Saoudite, aux Émirats Arabes Unis, au Soudan, en Tunisie, au Maroc et en Mauritanie”. Sur ce point, Sariak Noureddine nous expliquera que ” les responsables de BAIC et Daimler, son partenaire stratégique depuis longtemps, tiennent énormément à ce que la qualité soit au rendez-vous précisant à trois reprises qu’il faut privilégier la qualité à la quantité et c’est pour cela que nous irons crescendo mais sans avoir à attendre le seuil des 100.000 unités pour le faire” et, pour preuve, la première opération se fera en destination de la Tunisie, au courant du mois de janvier 2019″. Reste que pour atteindre les chiffres annoncés, il faudra sûrement agrandir la superficie de l’usine et consentir plus d’investissements.

Fruit de la joint-venture entre EURL Sariak Auto Handler (90%) et le constructeur BAIC (10%), l’usine de Batna s’étale sur une superficie totale de 3 hectares, dont un bâti de 8000 m2, qui accueille une partie de stock des pièces et une ligne de montage équipée d’une station semi-robotisée et des équipements semi-automatiques, ainsi que la ligne des vérifications, qui permet d’effectuer des tests de contrôle de conformité du véhicule, tel que la suspension, le système de freinage, le système de correction de trajectoire automatique, et même de son étanchéité, et ce grâce à un banc de test dédié composé d’une cabine à jet hydraulique. Employant actuellement 170 personnes, l’usine devrait atteindre le millier d’emplois directs d’ici juin 2019, précise le patron de la joint-venture, ajoutant que “la formation est assurée par par 11 ingénieurs et formateurs chinois et coréens dépêchés par le constructeur”.

Notre interlocuteur a également précisé que l’usine affiche “une capacité d’assemblage qui permet de produire quotidiennement jusqu’à 150 véhicules en un seul shift quand la première équipe atteindra sa vitesse de croisière car actuellement nous tournons autour de 30 véhicules/jour”. Des véhicules “qui sont importés en châssis nu comme constaté sur place avant d’accueillir 3700 pièces à travers les différentes stations de la ligne d’assemblage, l’usine étant conçue pour la réalisation de procès d’assemblage en CKD, avec un taux d’intégration de 26 %, atteint grâce, notamment, aux partenariats avec pas moins de quatre sous-traitants locaux, dont IRIS Pneus et une société locale spécialisée dans la fabrication des faisceaux de câblages automobile. Ce taux d’intégration a été obtenu aussi grâce au code d’identification du constructeur attribué par la ‘SAE International’, un organisme international basé aux États-Unis, ce code qui permet à BAIC Algérie de graver son propre numéro de châssis, spécifique aux véhicules BAIC assemblés en Algérie”.

Par ailleurs, et dans l’objectif de se mettre en conformité avec la réglementation, et dépassé au plus vite le seuil des 40% de taux d’intégration, il est prévu par BAIC Industrie Internationale Algérie avec son partenaire chinois, le groupe BAIC, le développement d’une activité de sous-traitance dans des espaces limitrophes à l’usine, dans le domaine de la fabrication des blocs moteurs et des pistons de moteurs. Il est également prévu que la seconde phase du projet voit la réalisations de deux unités de soudage et de peinture.

Notons enfin que la ligne de montage aura à assembler pour cette première phase 5 modèles BAIC et qui seront commercialisées à partir du mois de janvier 2019, à savoir, la BAIC X25 dans une version équipée d’une boîte à vitesse manuelle et une autre en automatique, aux côtés de la BAIC X35, le BJ40, la BAIC D20 et un Pick-UP. Mr SARIAK Noureddine, Directeur Général de la BAIC Industrie Internationale Algérie, a déclaré que «la marque BAIC, qui sera par ailleurs vendue en TTC en attendant l’accord du CNI, proposera le véhicule le moins cher du marché, dont l’entrée de gamme, à savoir Baic D-20 au Prix de 1 250 000 dinars.»