Le ministre de l’Industrie et des mines, Ferhat Aït Ali a affirmé jeudi soir que la stratégie de son secteur visait la relance d’une base industrielle nationale, annonçant que les nouveaux textes juridiques y afférents étaient en cours de finalisation.

Intervenant devant les membres de la Commission des Finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN), dans le cadre du débat du projet de la loi du règlement budgétaire 2017, M. Ait Ali a indiqué que la nouvelle stratégie du secteur et les nouveaux textes juridiques, en phase d’élaboration, “visent à asseoir une véritable base industrielle, capter de véritables investisseurs et mettre un terme aux pseudo-investisseurs”.

Parmi les axes phares de cette stratégie, le ministre a cité le foncier industriel qui aura une loi d’orientation permettant l’accès au foncier tout en lui conférant la valeur qu’il mérite en tant qu’incitation de l’investissement. “L’Etat entend mettre fin aux avantages et à l’octroi du foncier au prix symbolique”, a-t-il précisé. A ce propos, il a souligné que les décisions précédentes relatives le foncier manquaient de clarté et qu’ils avaient été exploités pour bénéficier de gros crédits bancaires sans concrétisation aucune des projets sur le terrain.

La nouvelle loi vise, en outre, l’orientation des projets d’investissement en fonction des spécificités de chaque région comme l’encouragement des industries agroalimentaires dans les zones de production, a-t-il encore indiqué.

L’autre axe de cette stratégie a trait à la loi d’investissement qui connaitra des amendements substantiels et profonds, a ajouté M. Ait Ali précisant que le taux d’avancement de ce dossier est à 60%.

Abordant le dossier du financement, le ministre a fait savoir que la nouvelle loi permettra de recourir à des capitaux étrangers sans conditions préalables comme le recours obligatoire des investisseurs au financement exclusif des banques nationales. Le nouveau texte consacrera ainsi le principe gagnant-gagnant.

Selon le premier responsable du secteur, 90% des textes juridiques élaborés dans le cadre de la nouvelle stratégie industrielle sont des textes législatifs qui seront soumis au Parlement pour enrichissement et adoption.

Evoquant l’avenir des usines de montage automobile, figurant parmi les principales préoccupations des députés, le ministre a indiqué que l’Etat accorde un intérêt majeur à ce dossier, notamment l’avenir des travailleurs. “Ces projets ne sont que de simples structures ne disposant nullement des moindres conditions de fabrication”, a-t-il précisé. Si les propriétaires de ces projets veulent reprendre leurs activités, ils n’ont qu’à remplir les conditions qui seront fixées dans les nouveaux cahiers de charge, notamment en ce qui concerne le taux d’intégration (40 %), a ajouté le ministre.

Le nouveau cadre comprendra également des mesures réelles pour l’accompagnement et le soutien des opérateurs et des investisseurs privés, particulièrement ceux qui utilisent les matières premières locales dans les différentes étapes de leur production. Il a rappelé, à ce propos, les dispositions contenues dans la loi de finances complémentaires 2020 (PLFC), outre la révision des droits et taxes douaniers visant la réduction des importations, l’augmentation du taux national d’intégration national et la promotion de la sous-traitance industrielle.


PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE
– Le présent site Internet et l’ensemble de son contenu, y compris textes, images fixes ou animations, base de données, sont protégés par les droits d’auteur.
– www.autoalgerie.com ne vous concède qu’une autorisation de visualisation de son contenu à titre personnel et privé et dans la mesure où vous êtes le légitime utilisateur final du site Internet, à l’exclusion de toute diffusion publique.