Inaugurée en décembre dernier, l’usine BAIC INDUSTRIE INTERNATIONALE ALGÉRIE, qui assemble aujourd’hui cinq modèles de la marque du géant chinois BAIC, poursuit son développement en annonçant le début imminent des travaux d’extension de son usine, pour accueillir des unités de soudure et peinture.

Mr Sariak Noureddine, PDG de la BAIC Industrie Internationale Algérie, a reçu durant ce week-end, une délégation d’inspection venue de Chine, qui a montré une grande satisfaction suite à sa visite à l’usine BAIC de Batna, et s’est engagé ainsi à participer à la réalisation des extensions de l’usine, pour accueillir les unités de soudure et peinture, conformément aux accords de développement signés entre les deux parties. La délégation chinoise composée de hauts cadres représentants du Gouvernement Chinois et du Constructeur BAIC, s’est engagé également à participer dans une prochaine phase, à la réalisation d’une extension pour la fabrication des moteurs, en assurant la réalisation de toutes les installations nécessaires, ainsi que l’accompagnement en termes de formation du personnel au niveau de l’usine.

Dans son communiqué, BAIC Industrie Internationale Alégrie annonce que son usine a été “conçu pour la réalisation de procès d’assemblage en CKD, et a démarré ses activités d’assemblage avec un taux d’intégration de 26 %, atteint grâce aux partenariats avec des sous-traitants locaux, dont IRIS Pneus et une société locale spécialisée dans la fabrication des faisceaux de câblages automobile. Ce taux d’intégration a été obtenu aussi grâce au code d’identification du constructeur attribué par la “SAE International”, un organisme international basé aux États-Unis, ce code qui permet à BAIC Algérie de graver son propre numéro de châssis, spécifique aux véhicules BAIC assemblés en Algérie”. Les extensions prévues dans le plan de développement de l’usine, dont les travaux débuteront incessamment, feront grimper le taux d’intégration à 34 %, peut-on également lire.

Par ailleurs, le communiqué annonce l’arrivée prochaine d’un nouveau modèle de type Mini-Truck, qui sera le premier modèle véhicule badgé d’un logo et un nom Algérien, et sera proposé à un prix de moins d’un million de dinars.