L’usine Renault Algérie Production a assemblée 233.000 unités tout au long des cinq années d’activité, fait savoir la filiale algérienne du Losange.

C’est au mois de novembre 2014 que l’usine Renault Algérie Production de Oued Tlelat a entamé ses activités dans le cadre d’une joint-venture entre la SNVI, le FNI et le Groupe Renault, avec une capacité de production de 25.000 véhicules prévue au départ mais qui a vite fait de progresser devant les changements qu’a connu le secteur automobile en Algérie. Ainsi, la capacité de production est allée crescendo avant d’atteindre cette année 2019, 75.000 unités, soit une capacité qui était prévue pour une deuxième phase.

L’usine RAP, et selon le bilan de Renault Algérie, c’est plus de 2 000 personnes, entre emplois directs et indirects, l’association de 8 fournisseurs et deux autres qui sont attendus avant la fin de l’année en cours RAP atteindrons les 12 technologies intégrées sur nos voitures produites localement tout en mettant en avant “des dizaines de millions d’euros consacrés aux équipements spécifiques à chacun des trois modèles, Symbol, Dacia Sandero et Clio 4”.

Pour rappel, l’usine Renault Algérie Production devait entamer la phase “CKD” en cette fin d’année 2019 avec la production de la nouvelle génération de la Clio et dont les investissements, premier enjeu, ont été adoptés par le Groupe et se traduiront matériellement par le début d’aménagement du terrain mais surtout pour l’atelier peinture qui permet d’ouvrir les capacités de l’intégration locales en amont sur les pièces de tôleries et pièces plastiques ce qui nous mènera plus vite à une production made in Algérie et devenir plus compétitifs en volume et avoir la possibilité d’exporter. Cette nouvelle phase devait être accompagnée par 17 sous-traitants pour ses débuts avant de passer à 25, nous avait confiés en son temps le Directeur des Opérations de la région Afrique- Moyen-Orient -Inde, Fabrice Cambolive. Une extension qui semble avoir eu le feu vert du ministère de l’Industrie et des Mines à la suite de la rencontre entre la ministre de tutelle et une délégation de Renault Algérie Production et ponctuée par une communiqué annonçant, entre autre, que la phase CKD devra démarrer l’année prochaine.

Toujours dans le cadre du développement de l’usine, le DG de Renault Algérie, André Abboud, a déclaré au Soir d’Algérie, que “Renault, qui a respecté ses engagements, en favorisant l’émergence de 6 fournisseurs et pas moins de 12 technologies, a présenté un plan ambitieux d’exportation de pièces s’étalant jusqu’en 2022, et ce, vers les autres usines du Groupe Renault dans le monde avec un début d’exportation avant la fin de cette année 2019″, mettant ainsi plus en évidence la déclaration du ministère annonçant que ” des perspectives prometteuses sont également à souligner concernant l’export”