L’Université de Tokyo, Toyota Motor Corporation (Toyota) et TRENDE Inc. (TRENDE) vont tester ensemble un réseau électrique de nouvelle génération au Centre Technique Toyota de Higashifuji et dans les environs.

Cette expérimentation, qui débutera le 17 juin, doit permettre à des habitations, des entreprises et des véhicules électrifiés raccordés au réseau public d’acheter et vendre de l’électricité (transactions P2P) en passant par la blockchain.

Avec la généralisation progressive des équipements de production électrique (panneaux solaires, batteries secondaires, véhicules électrifiés…), le réseau japonais vit une phase transitoire. Il est en train de passer du système traditionnel de couverture à grande échelle et centralisée, à un réseau morcelé où les particuliers et les entreprises possèdent leur propre source d’alimentation. L’objectif est double : d’une part, vérifier l’intérêt économique de ces prosommateurs, qui produisent eux-mêmes l’électricité et la revendent à d’autres consommateurs par l’intermédiaire d’une bourse d’échange, à des tarifs en phase avec l’offre et la demande ; d’autre part, évaluer la faisabilité d’un réseau de distribution bidirectionnel et autonome, qui autorise les transactions directes entre prosommateurs.

Concrètement, ces essais nécessitent la création d’une bourse d’électricité accessible par les entreprises et foyers participants, ainsi que l’installation d’un système de gestion piloté par intelligence artificielle (sorte de courtier) dans chaque foyer et chaque entreprise. Ce courtier passe les ordres d’achat et de vente d’électricité sur une bourse spécifique. Les échanges se basent sur la consommation électrique et la production attendue des panneaux solaires des particuliers et professionnels. Les transactions sont régies par un algorithme qui rapproche les ordres d’achat et de vente transmis à la bourse par chaque habitation ou entreprise.

C’est la première fois au monde, à date du 23 mai, qu’une expérimentation portant sur l’achat/vente d’électricité P2P intègre des VHR (véhicules hybrides rechargeables) parmi les équipements générateurs, en sus des panneaux solaires et des batteries secondaires. Il s’agit de vérifier l’intérêt économique de ces échanges boursiers entre producteurs et consommateurs. Ces essais doivent également simuler une redevance de distribution basée sur la distance et valider un algorithme de prévision de la demande provenant des véhicules électrifiés, dont la consommation varie en fonction de l’autonomie électrique.