Après quatre années de vie, l’Audi A4 s’offre un restylage en profondeur en s’offrant la nouvelle identité stylistique du constructeur, un nouvel écran tactile MMI touch et une hybridation légère.

Célébrant les 25 ans de son best-seller, Audi offre à la quatrième génération de l’A4 un restylage de mi-vie assez prononcé, elle qui avait eu droit entre-temps à une mise-à-jour l’été 2018, à croire qu’elle se cherche toujours. Un restylage qui offre à la berline aux quatre anneaux une calandre plus large et plus plate, de nouveaux feux et de nouveaux boucliers. On peut dire que la face avant a été refaite. De série, l’Audi A4 est désormais dotée de phares 100 % LED avec feux de route automatiques, la technologie Matrix LED étant en option. A l’arrière, les feux adoptent un nouvel aspect tandis que les sorties d’échappement sont également revues. Enfin, Audi est allé encore plus loin en retravaillant les flancs et offrir à son modèle des épaulements au niveau des ailes et une ligne abaissée en milieu. Le concept des des finitions est également nouveau : les packs basic, advanced et S line sont désormais disponibles pour l’extérieur, sans oublier le style unique des modèles S et A4 allroad quattro. Les clients peuvent choisir parmi 12 coloris, dont la nouvelle option gris terra.

À l’intérieur de l’Audi A4, seul l’écran qui passe de 7” à 10,1” tactile et également avec une commande vocale qui vient remplacer les fonctions de l’ancienne commande à bouton-poussoir/rotatif sur la console du tunnel central, libérant ainsi un espace de rangement. Trois variantes du combiné d’instruments sont disponibles : combiné analogique ou l’ Audi virtual cockpit, entièrement digital (associé au système MMI plus). Le conducteur peut utiliser l’écran de 12,3 pouces en résolution full HD à l’aide du volant multifonctions et faire son choix parmi 3 affichages. Un affichage tête haute projette les informations importantes directement dans le champ de vision du conducteur. Enfin, les nouveaux packs intérieurs, design sélection et S line intérieur, peuvent être associés librement avec les gammes de finitions extérieures et proposent un grand nombre de couleurs et matières. Côté équipements, rien de nouveau si ce n’est la clé digitale Audi connect, en option, permet au conducteur de verrouiller/déverrouiller le véhicule et de démarrer le moteur à l’aide d’un smartphone Android compatible ainsi que les services Car-to-X.

Lors du lancement commercial en Europe, Audi proposera la gamme de modèles A4 avec six moteurs suralimentés. Leur puissance variera de 150 ch à 347 ch, de l’Audi A4 35 TFSI à l’Audi S4 TDI. Peu de temps après, deux autres moteurs turbo viendront s’ajouter à la gamme : le 30 TDI et le 35 TDI, qui développeront respectivement une puissance de 136 ch et de 163 ch. Tous les moteurs – qu’il s’agisse de du bloc diesel quatre cylindres, du V6 TDI ou des moteurs TFSI – répondent tous à la norme européenne d’émission 6d-Temp.

Pour le lancement sur le marché, trois variantes de moteur seront dotées d’un système hybride léger (MHEV) 12 volts, qui réduit la consommation de carburant tout en améliorant le confort. Deux autres motorisations devraient suivre peu après. Cette initiative d’électrification globale est une étape importante dans la réalisation des objectifs de consommation de carburant. Au quotidien, le système MHEV réduit la consommation de carburant de près de 0,3 litre aux 100 kilomètres, selon les mesures d’Audi. À l’exception du moteur TFSI d’entrée de gamme, tous les modèles A4 sont équipés d’une transmission automatique. Le moteur 35 TFSI de 110 kW 150 ch sera disponible avec une transmission manuelle peu après la mise sur le marché, tandis que le 40 TDI de 190 ch sera proposé avec une transmission à traction avant. Côté suspensions, les clients peuvent choisir entre la configuration standard et la suspension sport. Deux suspensions adaptatives sont également proposées : la suspension confort, d’une part, avec amortissement contrôlé, qui réduit la hauteur de la carrosserie de 10 millimètres et offre un grand confort de conduite ; la suspension sport, d’autre part, avec ou sans amortissement contrôlé, offrant une réduction de 23 millimètres.