Renault a officiellement dévoilé la seconde génération de son crossover Captur qui débarque avec un nouveau visage, de nouvelles dotations et même une motorisation hybride rechargeable.

Après plus de 12 millions d’unités écoulées depuis son lancement en 2013, le Renault Captur se renouvelle avec l’objectif de continuer à rester un succès de vente pour la marque au Losange dans un segment porteur et concurrentiel, misant sur un aspect plus SUV que crossover avec des dimensions en hausse, cette génération gagnant en longueur (4,23 m soit +11 cm) et évolue visuellement grâce à ses roues de 18 pouces (selon version) et à son empattement allongé (2,63 m, +2 cm).

Esthétiquement, les fuites de photos (avant et arrière) avaient permis de voir les changements du Captur une face avant très proche de celle de la nouvelle Clio qui affiche des feux LED en “C-Shape” caractéristiques, un capot nervuré, une nouvelle calandre, un nouveau pare-choc et des logements anti-brouillard verticaux. De profil, le nouveau Captur adopte une nouvelle custode inspirée de l’Espace avec cette ligne de chrome qui remonte tout en séparant les teintes contrastantes, le toit, plus plongeant, étant personnalisable avec une des quatre teintes différenciantes proposées : Noir étoilé, Orange Atacama, Gris Highland et Blanc albâtre. Il peut aussi être équipé de barres de toit longitudinales ou d’un toit ouvrant semi-panoramique vitré. La poupe du nouveau Captur adopte des feux fins débordant sur des ailes musclés pour revenir vers le hayon formant un C et faire écho à la signature du Losange.

Le look général est renforcé par des éléments spécifiques comme ses skis de protection avant et arrière, sa ceinture de protection noires qui parcoure les bas de caisse et les passages de roue et ses barres de toit en aluminium.

L’habitacle, le Captur reprend la planche de la nouvelle Clio et adopte, selon la finition, le « Smart Cockpit » orienté vers le conducteur qui se veut dans le temps avec une instrumentation digitale à la place des compteurs analogiques et ce avec un écran TFT de 7 à 10”, se dernier intégrant le GPS. L’élément clé du “Smart Cockpit” réside dans son écran multimédia de 9,3″, embarquant le système “Easy Link”, qui surplombe une console centrale surélevée accueillant un levier de vitesse au design nouveau pour les modèles en boîte EDC de type « e-shifter » (sans câble mécanique), personnalisable selon les ambiances intérieures, 7 au total, et recevant une animation lumineuse.

A l’instar de la nouvelle Clio, le nouveau Captur s’offre une large palette de systèmes d’aides à la conduite. On retrouve ainsi l’Assistant Autoroute et Trafic aux côtés d’équipements comme la caméra 360° et le freinage actif d’urgence avec détection de cyclistes et de piétons et la détection active de sortie arrière qui apparaît pour la première fois dans la gamme Renault, pour sécuriser encore plus les manœuvres de sortie de stationnement.
Ces ADAS (Advanced Driver Assistance Systems) disponibles sur le Captur sont déclinées en trois familles : Conduite, Parking et Sécurité. Ils constituent le label Renault EASY DRIVE dont les réglages sont accessibles à travers l’écran tactile du système multimédia Renault EASY LINK.

Sous le capot, le Captur nouveau proposera des motorisations identiques à la Clio, 1.0 TCe et 1.3 TCe allant de 100 à 155 ch en essence et Blue dCi de 95 et 115 ch en Diesel, associées à une boîte de vitesses manuelles à 5 ou 6 rapports ou une boîte automatique double embrayage à 7 rapports. Le Captur reprendra surtout la motorisation E-TECH Plug-in associant un moteur essence 1.6 accompagné de deux moteurs électriques, d’une boîte de vitesses multimodes à crabot et d’une batterie de 9,8 kWh, lui permettant de rouler en mode électrique sur 45 kilomètres jusqu’à 135 km/h en utilisation mixte (WLTP) et environ 65 km en utilisation urbaine (WLTP City).