Nouvelle séquelle de l’affaire Carlos Ghosn, l’ex-PDG de Renault emporté par un scandale de malversations au Japon: le conseil d’administration du constructeur automobile français a écarté vendredi son dauphin Thierry Bolloré, jugeant nécessaire “un nouveau souffle” selon son président.

A l’issue d’une réunion exceptionnelle, “le conseil d’administration a décidé de mettre un terme aux mandats de Directeur général” de Thierry Bolloré “avec effet immédiat”, a indiqué le groupe au losange dans un communiqué.

Pour assurer la transition, le conseil a désigné l’actuelle directrice financière Clotilde Delbos comme directrice générale par intérim.

Thierry Bolloré “était présent à la réunion et s’est exprimé. On lui a reproché des problèmes de management et de performance”, a expliqué à l’AFP une source proche du dossier, précisant qu'”aucun administrateur n’avait voté contre sa révocation” avec “très peu d’abstentions”.

C’est pour le constructeur une façon de tourner la page de l’ère Carlos Ghosn, son ancien PDG déchu, qui attend son procès au Japon où il a été mis en examen et assigné à résidence pour de multiples malversations présumées. M. Ghosn avait fait de Thierry Bolloré son successeur présomptif.

“Il arrive des moments où il est utile à une entreprise de retrouver un nouveau souffle, il n’y a rien de personnel”, a cependant insisté le président du groupe Jean-Dominique Senard lors d’une conférence de presse au siège du groupe, à Boulogne-Billancourt (sud-ouest de Paris).