Hyundai a présenté une étude sur le futur des postes de conduite dans les voitures, intégrant les technologies les plus récentes et du futur dans une i30 de test.

Les volants et les cockpits des modèles Hyundai ont bénéficié d’évolutions majeures et les technologies continuent à évoluer. Cependant, Hyundai travaille constamment sur des solutions futures en vue de l’intégration sur ses véhicules des technologies de communication les plus récentes et à venir.

Depuis 2015, le développement des cockpits chez Hyundai est passé par quatre grandes phases. Une analyse des volants et postes de conduite chez Hyundai et sur les modèles concurrents a permis de mettre en évidence une grande variété et un nombre substantiel de commandes. L’objectif de Hyundai est dès lors devenu de réduire ce nombre et de créer une interface plus claire. La marque choisit ainsi de remplacer les commandes basculantes par deux panneaux tactiles permettant de disposer de volants plus intuitifs. 

Lors d’une deuxième étape du programme, en 2016, Hyundai est allé plus loin encore en remplaçant toutes les commandes physiques par des commandes tactiles. Ce développement garantissait davantage de clarté et de flexibilité. En 2017, la troisième phase hissait encore la flexibilité à un niveau inédit en proposant un cockpit entièrement personnalisable pour les utilisateurs, Hyundai remplaçant les panneaux tactiles du modèle de 2016 par deux écrans. 

En 2018, Hyundai améliorait encore le concept existant pour les écrans tactiles en intégrant la rétroaction haptique au volant. Pour cette phase, Hyundai décidait d’utiliser le volant du modèle i30. “Nous avons choisi la i30 afin de démontrer que les innovations ne sont pas uniquement réservées aux véhicules des segments supérieurs”, poursuit Regina Kaiser. “Hyundai veut montrer que ces innovations doivent être accessibles à une large clientèle.” Le volant est équipé de deux écrans dont la taille a été augmentée et l’ergonomie adaptée. Afin de répondre de manière optimale aux attentes de chaque conducteur, les boutons peuvent être adaptés selon les souhaits individuels de l’utilisateur. Les écrans disposent d’un nouveau système d’icônes pouvant être librement configuré pour une meilleure compréhension et de deux modules tactiles logés sous la surface permettant une rétroaction haptique plus forte et plus consistante, optimisant ainsi la facilité d’utilisation pour le conducteur. Hyundai développe aussi l’écran central avec les nouveaux modules à retour haptique, intégrant l’interaction entre le volant, la console centrale et le tableau de bord multi-couches. 

Lors de la dernière phase de développement, le tableau de bord est devenu un écran multi-couches (Multi-Layer Display – MLD). Ce type d’affichage permet de contrôler de manière très naturelle l’attention du conducteur. Contrairement aux écrans conventionnels, qui ne peuvent afficher leur contenu que sur un seul niveau, le MLD est constitué de deux écrans superposés et séparés de 6 mm. Cette distance entre les écrans permet d’obtenir des effets visuels 3D. Une partie des graphiques s’affiche sur l’écran antérieur et une autre partie s’affiche sur l’écran postérieur. Là où les graphiques se superposent, le conducteur a l’impression d’avoir sous les yeux un objet en trois dimensions. Cet effet permet de contrôler l’attention de l’utilisateur en réduisant la distraction. Les informations les plus importantes selon la situation, par exemple la vitesse maximale autorisée, s’affichent sur le premier afin de capter l’attention du conducteur. Les informations apparaissant sur les écrans du volant varient en fonction du niveau de menu du tableau de bord, mais aussi de la situation. L’utilisateur peut aussi modifier la disposition et la sélection des raccourcis à ses attentes individuelles. Le conducteur peut personnaliser l’affichage avec jusqu’à cinq boutons par écran en fonction de ses préférences et de la fréquence d’utilisation, comme sur un écran de smartphone. La possibilité de personnaliser l’affichage du tableau de bord devient un paramètre de plus en plus important puisqu’elle garantit un maximum de liberté aux conducteurs et rehausse sensiblement l’expérience utilisateur, assurant une utilisation plus intuitive et un confort supérieur.

Dans le cadre des dernières phases du programme de développement, le volant 2018 a été installé sur une vraie voiture. Hyundai a récemment mené une étude sur la distraction du conducteur en collaboration avec le Würzburger Institut für Verkehrswissenschaften (WIVW) afin d’évaluer la capacité d’utilisation des dernières innovations durant la conduite. “Nous étudions la faculté d’apprentissage, l’intuition et la distraction potentielle du conducteur avec l’utilisation du cockpit virtuel”, précise Regina Kaiser. Dans tous les scénarios, les résultats de l’étude montrent clairement que le nouveau cockpit de Hyundai demeure largement en-deçà des limites définies par les organismes de sécurité des véhicules reconnus à l’échelle mondiale que sont l’AAM et la NHTSA. Même pour les scénarios plus complexes, toutes les personnes impliquées dans les tests ont indiqué que la distraction n’était que très limitée. Les testeurs percevaient l’information du cockpit virtuel, mais sans qu’elle soit dérangeante ou interfère avec la conduite. Les participants à l’étude ont également vanté le design attractif, le retour d’information visuel et haptique ainsi que l’architecture restreinte et intuitive du prototype.

Pouvant être librement configurés, les écrans du volant garantissent un maximum de flexibilité et peuvent être aisément adaptés sur divers modèles et dans différents segments. Aujourd’hui, si Hyundai n’en est toujours qu’à un stade précoce du prototypage du nouveau cockpit virtuel, une étape importante a été franchie, le cockpit virtuel offrant une plate-forme qui permet d’accueillir de nouvelles fonctionnalités très intéressantes alors que la technologie ne cesse d’évoluer. Le bout de la route est donc loin d’être atteint. Hyundai mettra à profit les résultats de l’étude actuelle et les intégrera dans ses plans de développement futurs.