L’équipe de Formule 1 la plus primée de tous les temps célèbre ses 90 ans en exposant au Musée Ferrari de Maranello ses voitures légendaires qui ont fait l’histoire des compétitions automobiles.

Fondée à Modène le 16 novembre 1929, la Scuderia Ferrari a écrit les grandes pages de l’histoire du sport automobile mais il fallut attendre le 14 juillet 1951 et la Silverstone pour la première victoire en F1 signée par la “Scuderia” avec comme pilote Gonzales devant Fangio (Alfa Romeo) au bout de 90 tours, 400 km et 2 heures, 42 minutes et 18 secondes d’un duel acharné. « Quand en 1951, pour la première fois dans l’histoire de nos affrontements directs, José Froilan Gonzalez sur une Ferrari laissa derrière lui la 159 et toute l’équipe Alfa Romeo, j’ai pleuré de joie, mais c’était à la fois des larmes de bonheur et de douleur, car ce jour-là j’ai pensé : J’ai tué ma mère. » Ainsi parlait Enzo Ferrari dans son livre Ferrari80. Sa mère était justement l’Alfa Romeo, dont il avait été pilote d’essai, pilote et chef du département course.

La suite c’est 31 titres mondiaux, dont 15 Pilotes et 16 Constructeurs, qui demeurent un record inégalé que le team de Maranello se doit chaque année de défendre et honorer en y mettant la même passion qu’il y a 90 ans.

Une exposition au Musée Ferrari de Maranello, intitulée simplement mais à point nommé « 90 anni » (90 ans), est le témoin de cette épopée glorieuse incarnée par les voitures de course les plus emblématiques, en commençant par l’Alfa Romeo 8C 2300 Spider qui fut la première à porter le Cheval Cabré sur sa livrée en 1932 aux 24 Heures de Spa, jusqu’à la SF71H, la Formule 1 à bord de laquelle Sebastian Vettel et Kimi Räikkönen ont couru l’année dernière, en passant par la Ferrari 500 qui permit à Alberto Ascari de conquérir, pour la première fois dans l’histoire, deux titres mondiaux consécutifs en 1952 et 1953, la Ferrari D50 en 1956 de Juan Manuel Fangio lors de la conquête du quatrième de ses cinq titres mondiaux, la 312 T de 1975 qui a permit à Niki Lauda de remporter sa première couronne et autre Ferrari F2004, le bolide du dernier titre de Michael Schumacher, conquis avec 13 victoires dont six consécutives. Ferrari y présente également la Dino 246 F1, à bord de laquelle le pilote anglais Mike Hawthorn (premier pilote britannique sacré) remporta le championnat du monde en 1958 avec une unique victoire en battant d’un point seulement son compatriote Stirling Moss ainsi que la Ferrari 156 F1 de 1963, la monoplace de la première victoire en Formule 1 de John Surtees, le champion des deux mondes, l’unique capable de triompher aussi bien sur deux que sur quatre roues.

Ferrari n’omet de mettre en vedette ses triomphes dans d’autres disciplines comme les championnats d’endurance et GT en exposant, entre autres, la 166 MM, protagoniste de la première victoire aux 24 Heures du Mans il y a 70 ans et la 275 P qui domina les 12 Heures de Sebring en 1964, pour ensuite conquérir les 1 000 km du Nürburgring et les 24 Heures du Mans.

Avec : Ferrari.com