Le constructeur britannique Lotus, propriété des chinois de Geely, a présenté, à Londres, sa supercar électrique Evija de… 2000 chevaux.

Avec la présentation de la Evija, Lotus entre de plein pied dans l’électrification avec une véritable “bête” sur roues, développée, en partenariat avec Williams Advanced Engineering (WAE), et homologuée sur route, Lotus assurant que c’est le modèle de rue le plus puissant au monde. Et comment en serait-il autrement avec ses quatre moteurs électriques développant une puissance combinée de 2000 chevaux et un couple maxi de 1700Nm. De quoi permettre à l’Evija de signer un 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes et le 0 à 300 km/h en moins de 9 secondes, la vitesse maximale dépassant les 320 km/h. Les moteurs électriques sont alimentés par une batterie lithium-ion de 70 kWh d’une autonomie annoncée de 400 km encycle WLTP et un temps de chargement record de 18 minutes sur une borne de recharge de 350kW pour une charge à 100% et 12 minutes à 80%.

Mais qui dit batteries dit poids et l’Evija avec ses 1680 kg, pour la version la plus légère, semble loin du “Light is right”, , citation de Colin Chapman, le fondateur de cette mythique marque anglaise qui est devenue au fil des années ou plutôt des décennies une référence en matière de voitures de sport grâce à cette philosophie qui veut que l’efficacité et la performance passent inéluctablement par la légèreté. Ceci dit, Lotus avance que c’est un record pour une hypercar électrique, l’Evija profitant d’une structure monocoque en fibre de carbone.

Esthétiquement, ce premier modèle sous l’ère Geely rompt avec le design traditionnel de la marque et inaugure un nouveau langage stylistique surtout à l’arrière avec les grands éléments à LED en forme de halos en lieu et place des feux ronds. Le capot légèrement incurvé mais tranchant, les énormes prises d’air, le diffuseur arrière, le toit plongeant et les passages de roues musclés ne trahissent pas l’appartenance de l’Evija à la race des hypercars.

La Lotus Evija, prononncez “E-vi-ya” qui veut dire “La vivante” ou “La première dans son monde” ne sera produite qu’en 130 exemplaires, soit le nombre de Lotus “Type” produites par la marque tout au long de son histoire, au prix de 1,88 million d’euros.