Le constructeur espagnol Seat annonce ses ventes du mois de juin mais sans dévoiler ceux du marché algérien et issues de l’usine Sovac Production dont il est le chef de fil.

Pour le second mois consécutif, Seat dévoile le volume de ses ventes sans que notre marché ne soit de la partie, le seul pays hors Europe étant le Mexique, ce qui est bizarre pour un marché algérien pointant à la fin avril à la quatrième place, troisième à l’export, en volume de vente avec un total de 11.900 ventes.

L’absence de chiffres n’est pas spécifique à Seat puisque la majorité des marques vendues en Algérie en font de même mais le cas de la marque espagnol est symptomatique du malaise qu’entoure actuellement un secteur de l’automobile englué dans des affaires de justices et limitation de l’activité sinon comment expliquer ce changement de communication d’un constructeur qui faisait du marché algérien l’un des points importants de la croissance de ses différents bilans depuis la reprise de son activité commerciale.

Une activité qui devrait se ralentir encore plus les mois à venir avec l’instauration des quotas ainsi que la limitation de l’importation des kits SKD/CDK à la seul Ibiza, les Seat Leon, Arona et Ateca n’étant pas validées par le CNI, et dont les répercussions se font déjà sentir de l’autre côté de la méditerranée avec la suppression des shifts supplémentaires programmés à l’usine de Martorell qui enregistre une réduction de l’ordre de 14.000 unités par rapport aux prévisions. Ce qui ne sera pas sans conséquences sur le plan de développement de l’usine Sovac Production.