C’est dimanche prochain, lors du Conseil des ministres, que la loi de finance 2020 sera entérinée avec, entre autres, la mesure du ministère du Commerce, déjà adoptée par le gouvernement, à autoriser l’importation des véhicules d’occasion de moins de trois ans.

C’est le ministre du Commerce, Said Djellab, qui l’a affirmé ce matin lors de son passage à l’émission L’invité de la rédaction de la Radio chaine 3, tout en précisant qu’il s’agira de véhicule essence et non diesel.

Le but, explique-t-il, est celui d’agir sur les prix des véhicules assemblés localement et qui demeurent paradoxalement excessivement chers en dépit des très larges avantages accordés aux « hommes d’affaires » qui se sont lancés dans ce créneau. Entre autres avantages, l’interdiction de l’importation des véhicules pendant le lancement de cette activité en vue de la favoriser sur le marché local. Le ministre qui reconnaît que « dans un marché, il est interdit d’interdire », souligne que les opérations d’importation qui ont jusque-là lieu, l’ont été à titre individuel par des privés et qui ont représenté près de 600 millions de dollars. Cette levée d’interdiction leur permettra aussi d’acheter des véhicules de moins de trois ans d’âge.   

Le ministre fait remarquer que « la demande sur le marché des véhicules demeure très forte » et les prix dépassent largement le pouvoir d’achat des citoyens. Il justifie l’interdiction de l’importation par la volonté de permettre l’émergence d’une « industrie automobile progressivement intégrée ».