Les taxes imposés aux véhicules importés ciblaient essentiellement les véhicules de luxe, a affirmé, mercredi à Alger, le Directeur général (DG) des douanes, Noureddine Khaldi.

S’exprimant devant la Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) dans le cadre du débat du Projet de loi de finances complémentaire de 2020 (PLFC), le DG des douanes a souligné que les droits de douanes et les taxes imposés aux véhicules importés ciblaient essentiellement les véhicules de luxe, ajoutant que la valeur des droits se comptabilise en fonction de la capacité du cylindre. Il a également ajouté que cette décision était logique, étant donné le besoin des ressources financières dans le pays, précisant qu’elle ciblait les produits de luxe.

Des taxes allant de 100.000 DA à 2.000.000 DA sur les véhicules neufs

Pour rappel, le projet de Loi de Finances Complémentaires prévoit des taxes allant, selon la cylindrée, de 100.000 DA à 1.500.000 DA sur les véhicules neufs en motorisation Essence et des taxes allant de 200.000 DA à 2.000.000 DA pour ceux en motorisations Diesel.


Campagne de sensibilisation

Citoyen avant tout, le site accompagne ses articles avec un rappel des gestes basiques à suivre pour éviter la propagation du Covid-19 (Coronavirus). Et n’oubliez pas de limiter vos déplacements au maximum et de rester chez vous.