Les membres de la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) ont mis en garde, lundi à Alger, contre les retombées socio-économiques de la hausse des prix de carburants, proposée dans le projet de loi de finances complémentaire (PLFC) pour l’exercice 2020.

L’augmentation des prix de carburants entraînera, selon les membres de la Commission, une hausse des charges de la production industrielle, des agriculteurs et du transport public, voire une hausse généralisée des prix de la quasi-totalité des produits, ont estimé encore ces députés, rapporte l’APS. D’ailleurs, certains membres se seraient opposés à la hausse des tarifs des différents carburants, comme préconisé par le Projet de Loi de Finances Complémentaire 2020, à savoir 3 dinars pour l’Essence et 5 dinars pour le gas-oil, estimant que cela allait impacter le pouvoir d’achat des citoyens, les commerçant répercutant la hausse sur le consommateur final.

Pour les membres de la Commission des Finances et du Budget de l’APN, il aurait été plus judicieux d’accélérer le recouvrement fiscal, d’orienter le soutien de l’Etat exclusivement vers ceux qui y ouvrent droit par des mécanismes de ciblage efficients et d’engager l’intégration des travailleurs du marché parallèle dans le circuit officiel, ce qui permettra d’engranger des montants colossaux qui viendraient réduire ainsi le déficit budgétaire.


Campagne de sensibilisation

Citoyen avant tout, le site accompagne ses articles avec un rappel des gestes basiques à suivre pour éviter la propagation du Covid-19 (Coronavirus). Et n’oubliez pas de limiter vos déplacements au maximum et de rester chez vous.