Les avantages douaniers et fiscaux accordés aux usines d’assemblage de véhicules vont être supprimés, selon le ministre de l’Industrie et des Mines.

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali, a annoncé hier mardi, lors de l’émission « Dialogue économique », diffusée sur la télévision nationale, que les “différentes usines d’assemblage peuvent continuer leurs activités, mais ne bénéficieront plus régime préférentiel », ajoutant que les acteurs devront se soumettre à une nouvelle législation” tout en ajoutant que les “nouveaux textes ouvriront les portes à de vrais investisseurs” et celui qui viendra avec un vrai projet fait de financement propre, de plan de développement et d’intégration sera le bienvenu”. Le premier responsable de la tutelle a également déclaré que malgré les avantages accordés, certains acteurs affichent des bénéfices de l’ordre de 1% et même 0,1%, ce qui est sidérant. J’ai d’ailleurs demandé aux différents services les volumes d’importations des dernières années”.

Concernant le taux d’intégration, Ferhat Ait Ali a déclaré que les taux annoncés par les constructeurs étaient faux martelant que “tous mentent à ce sujet et au niveau du ministère, les fiches d’évaluation qui doivent se faire chaque année sont vides, nous n’avons que les déclarations des concernés”.

Interrogé sur le retour de l’importation des véhicules et des concessionnaires, le ministre a avoué “que le sujet n’a pas été abordé par le gouvernement mais que personnellement je suis pour cette approche, cela permettra d’éviter le monopole et aussi donner le libre choix aux citoyens”.