L’occasion s’est présentée pour nous, cette fois, pour tester une voiture hybride, thermique-électrique, en l’occurrence la Toyota Camry Hybride, mise à notre disposition par Toyota Algérie. (Par Mohamed Amine Meriem, 2011).

Leader mondial incontesté dans le domaine du véhicule hybride, Toyota tente une première expérience en Algérie avec l’introduction à titre expérimental de la Camry hybride, pour s’initier (et initier son SAV) à cette nouvelle technologie d’une part, et, initier quelques acteurs influents du monde automobile, ici et là, aux bienfaits de la voiture propre, d’autre part.

Souvenez-vous que lors du dernier salon de l’automobile d’Alger, Toyota Algérie avait exposé deux modèles dotés de motorisations hybrides, en l’occurrence, l’Auris HSD et la Pruis. Nous avions ce jour-là pris le risque de faire des prévisions quelque peu optimistes – et quelque peu sourcées, il n’y a pas de fumée sans feu dit-on-, dans un article, sur une probable arrivée de ces technologies à moyen terme sur notre marché. Bien entendu, nous croyons que ce type de véhicules a de l’avenir en Algérie, moyennant quelques ajustements “environnementaux” et l’on parle là de l’environnement au sens large du terme, au-delà de l’aspect écologique de la technologie hybride. En attendant, nous nous arrêtons sur ce discours officiel :

«  L’objet étant de tester l’évolution de ce type de véhicule dans notre pays et la réaction de son moteur thermique par rapport à la qualité de notre carburant et aussi susciter auprès de nos décideurs l’intérêt pour cette énergie renouvelable et écologique (…) Le véhicule propre est encore à l’état de balbutiement à travers le monde mais sa généralisation est en train de prendre une allure rapide. Et nous devons, pour notre part, nous préparer dès maintenant à cette éventualité. Chez Toyota Algérie, c’est l’occasion d’évaluer les aptitudes de nos services techniques et de marketing à prendre en charge cette technologie de demain. On est toutefois conscient que le transfert de ce savoir-faire prendra du temps mais on doit commencer maintenant », a précisé M. Hessaim, directeur général de Toyota Algérie qui tient toutefois à préciser que la présence de ces véhicules n’entre pas dans le cadre d’une opération commerciale mais plutôt dans une démarche de sensibilisation et de préparation technique de la filiale pour la prise en charge efficiente de ce type de véhicule.

Lorsque l’équipe de communication de Toyota Algérie nous a confirmé le rendez-vous pour le test de la Camry Hybride, introduite à titre expérimental, on était tout excités à l’idée de se mettre au volant d’un véhicule hybride. Arrivé sur place, un technicien de chez Toyota Algérie, nous a d’abord expliqué les différentes fonctions de cette Camry, qui n’est finalement pas si compliqué à conduire du moment que la “technologie” s’occupe de tout. Seule compétence requise : un permis de conduire. Le reste se fait naturellement, un jeu d’enfant, ou pressque : presser la pédale de frein, appuyer sur le bouton start & stop et c’est parti ! A noter : il arrive parfois de ne pas entendre le véhicule se mettre en marche… en mode électrique ! on s’y habitue vite et on ne s’en lasse pas !

De l’extérieur, la Camry hybride est reconnaissable par les logos “Hybrid” sur les ailes et sur le coffre arrière, sinon rien de particulier ne la distingue de la version doté du seul moteur à quatre temps.

A l’intérieur, cette Camry fait vite de vous rappeler que vous êtes à bord d’un concentré de technologie : l’écran central, tactile, de 7″ couleur affiche sous formes de schémas, histogrammes, pictogrammes… etc. toutes informations du inhérentes au fonctionnement actuel du véhicule, en temps réel. Allant de la consommation instantanée, l’histogramme de consommation minute par minute, et l’énergie utilisée à un instant donné, type de moteur, mode de fonctionnement : thermique, électrique, mode recharge de batteries, mode mixte (ou Full Hybrid comme aime l’appeler Toyota), adopté en fonction des différentes sollicitations.

Sur le tableau de bord, à la place du compte-tours prend place un indicateur de consommation instantané analogique, qui passe à zéro, dans une zone bleue, lors de la mise sous tension du moteur électrique. Idem sur le compteur de vitesse où apparaît une zone bleue témoin de la mise sous tension du même moteur.

Habitués aux voitures en général et aux sportives en particulier, passez votre chemin. Vous aurez beau chercher sur la planche de bord, de jour comme de nuit, vous ne trouverez pas la moindre trace du rouge, synonyme de puissance.. donc de consommation ! Hormis le bouton des warnings et quelques témoins où le rouge est réglementaire (et qui ne s’allument pas en fonctionnement normal), l’ensemble de la planche de bord est un subtil mélange de blanc inspiré de l’Optitron Lexus, et de bleu, devenue couleur officielle de l’écologie dans l’automobile (oui, le vert est passé d’âge nous dit-on). Toyota n’a rien laissé au hasard, l’ambiance y est particulièrement “pure”, les designers ont bien fait leur boulot.

En finition, la voiture est correctement finie, avec des ajustements dignes de Toyota. Le confort -excellent- de la voiture contraste quelque peu avec le choix des matériaux “généralistes” de l’habitacle, qui sont de bonne facture et loin d’’être “cheap”. De plus, le silence de fonctionnement quel que soit le mode, l’insonorisation et le confort de cette Camry dignes de la catégorie supérieure nous pousseraient presque à réclamer la finition d’une Mercedes ou d’une BMW, ce qui n’est pas le cas ici, car, ne nous trompons pas, la Camry n’a jamais eu pour vocation de boxer dans la catégorie premium, pour ça, il y a Lexus !

La Camry est même, et depuis très longtemps, la voiture la plus vendue aux États-Unis. La motorisation hybride est une plus-value écologique, plus qu’une volonté de Toyota de tirer sa berline vers le haut.

Sous le capot, on découvre d’abord le moteur thermique d’une cylindrée de 2362 cc, quatre cylindres en ligne, qui développe 147 ch (110 Kw) à 6 000 tr/mn, combiné à un moteur électrique. Les deux moteurs dégagent une puissance totale de 140 kw (190 ch), largement suffisants pour tracter les 1670 kg de la voiture, mais surtout se jouir d’une économie de carburant impressionnante. Que les puristes nous pardonnent l’offense de ne pas avoir relevé le rendement “désuet” de ce moteur (46 ch/litre), mais le but étant justement de faire un maximum d’économies. Ceci a sûrement poussé Toyota à revoir la cartographie moteur pour optimiser sa consommation tout en gardant une puissance raisonnable mais surtout.. de proposer sur papier, et au client américain qui ne saura pas lire un chiffre inférieur à 2000cc, une cylindrée “qui passe bien” dans l’esprit du Yankee !

Les batteries du moteur électrique sont quant à elles dissimulées dans le coffre. Celui-ci perd de son volume de chargement.

Sérénite = Confort + silence de fonctionnement + tranquillité générale

Une fois à bord, le moteur électrique est, généralement et quand les batteries sont suffisamment chargées, le premier à se mettre en marche, dans un silence total ! Équipé d’une boite à vitesse automatique à variation continue, la Camry avale les premiers kilomètres avec une souplesse déconcertante, sans que le moteur thermique ne démarre ; ce n’est qu’à partir d’une certaine vitesse, plus de 30km/h, ou alors en appuyant bien fort sur l’accélérateur, que le moteur “classique” se met en marche et s’ajoute à cette synergie réglée comme une montre japonaise (elles sont aussi très précises les montres japonaises !).

Le moteur essence peut aussi bien prendre le relais du moteur électrique permettant ainsi aux batteries de se recharger. Aussi les deux moteurs peuvent fonctionner ensemble, un petit coup de pouce du moteur électrique est toujours le bienvenu pour réduire la consommation d’essence. Bien entendu, les batteries peuvent se recharger en roulant, au bon vouloir de l’ordinateur de bord ! Oui, c’est complexe, même avec l’illustration très pédagogique sur l’écran central, mais on en a que faire, ce n’est pas notre problème, l’électronique embarquée s’occupe de tout, nous, on se contente de conduire et d’apprécier !

La transition du mode électrique vers le mode mixte ou thermique, et vice-versa, se fait dans une fluidité déconcertante, sans à-coups, une vibration à peine perceptible du moteur essence viendra envahir l’habitacle et ne perturbe en rien, ni le silence, ni le confort des occupants, même pas lors des fortes sollicitations. En somme, on a l’impression de planer quel que soit le mode !

Pour profiter de cette routière, on a d’abord choisi de faire un long trajet, Alger-Oran, aller-retour cela s’entend, empruntant l’autoroute Est-Ouest pour tirer le plus de profit de la dualité des deux moteurs. La Toyota Camry hybride offre ainsi un comportement routier sans reproche, avec une consommation moyenne qui s’établit à 7l/100km… avec un 2,4-litres sous le capot, c’est un exploit !

Les deux moteurs cohabitent pour délivrer la puissance de 140 Kw, suffisante pour assurer des dépassements en toute sécurité et atteindre de belles performances (180 km/h vitesse max données usine).

Une virée au centre-ville d’Oran et une visite du lieu historique d’Oran, la chapelle Santa Cruz, nous ont permis de bien apprécier le silence, mais surtout le confort et l’économie de carburant. dans le parcours sinueux menant à la chapelle, la Camry absorbe les virages dans un bon confort, bien accrochée à la route, sans la moindre prise de roulis.

En milieu urbain, la Camry hybride ne consomme absolument rien, notamment en plein centre-ville, dans les embouteillages, nombreux dans nos villes. Le moteur thermique n’est sollicité que lors des fortes accélérations, ce qui permet également au moteur électrique de se recharger. Pour le reste, le moteur électrique garantit le silence et l’économie. Les batteries se rechargent aussi au freinage – l’énergie produite par le freinage est récupérée pour recharger les batteries… D’ailleurs, au freinage, on entend le léger claquement du relais qui active le “chargement” des batteries. Il est à noter que les batteries se chargent et se déchargent très vite, pour être disponibles plus souvent. Ce n’est pas ce genre de batteries qui mettent huit heures pour se recharger. Quelques minutes (15 environ) suffisent à faire passer le témoin au vert lorsqu’elle ont été pratiquement déchargées par l’utilisation de la climatisation en mode électrique à l’arrêt par exemple.

Coté équipements, la Camry hybride est bien dotée, elle reçoit de série un écran tactile multifonctions avec chargeur 6CD et DVD pour la navigation GPS, ABS, ESP, six airbags, verrouillage centralisé, démarrage sans clé, Climatiseur auto bi-zone, régulateur de vitesse, vitres électriques, rétroviseurs électrique, volant télescopique, les commandes audio avec un éclairage qui rehausse le confort à bord en conduite de nuit ET la commande de la climatisation au volant… oui, on ne connaissait pas ça avant et c’est très pratique dans un pays comme le notre où les étés sont chauds !

Seul regret qu’on eus est un petit détail : les rétroviseurs ne sont pas rabattables. Ils sont fixes ! Pourquoi ? On ne le sait pas ! Les ingénieurs Toyota ont sûrement leurs raisons (aérodynamique ?), mais dans notre pays, ils risquent de se casser au stationnement vu l’étroitesse de nos rues…

Pour le reste, Cette Camry Hybride nous aura séduit par tout ce qu’elle représente et ce qu’elle offre, sa technologie, son confort, sa dotation, sa prestance, ses prestations. Si on a ça sur une Toyota, on n’osera même pas faire une extrapolation pour voir ce que sera une Lexus Hybride. Mais peut très bien l’imaginer et ceci explique largement le succès des produits hybrides Toyota/Lexus de par le monde.

Pour ce qui est de l’Algérie, on espère voir quelques modèles de la marque japonaise peupler nos routes et, pourquoi pas, transporter les officiels et autres cadres des entreprises de l’état puisqu’ils sont tenus de rouler en essence (et c’est tant mieux), alors pourquoi ne pas rouler propre ! autoalgerie.com applaudira forcément une initiative pareille pour deux raisons : l’écologie et …. la technologie !


Campagne de sensibilisation

Citoyen avant tout, le site accompagne ses articles avec un rappel des gestes basiques à suivre pour éviter la propagation du Covid-19 (Coronavirus). Et n’oubliez pas de limiter vos déplacements au maximum et de rester chez vous.