De notre envoyé spécial à El-Jadida (Maroc). Dévoilée lors du dernier Salon de Genève, la nouvelle génération de la Peugeot 208 se laisse découvrir lors des essais dynamiques au Maroc, histoire de révéler en vrai ses nouveaux atouts aussi bien techniques que technologiques.

Basée sur la plate-forme CMP (Common Modular Platform, destinée aux segments B et C et permettant le choix à ses futurs clients du type de traction : thermique (essence/diesel) ou électrique, la nouvelle 208 affiche un poids inférieur de 30 kg comparativement à la génération actuelle tout en étant plus longue (4,05m), plus large (+32 mm) et plus basse (-20 mm), ce qui confère à cette nouvelle génération un air de véhicule bien campé, affirmé et dynamique ,«les designers ayant eu droit à une feuille blanche pour chercher les meilleures cotes architecturales», comme expliqué par Guillaume Clerc, responsable du projet 208. Par ailleurs et malgré un empattement identique, l’habitabilité est en légère hausse pour l’espace au jambes arrière , mais le coffre perd légèrement en volume en passant à 265 litres, ceci étant dû à une plus forte inclinaison de l’assise arrière devant améliorer le confort des passagers.

La face avant combine une évocation de la signature visuelle de la nouvelle Peugeot 508 en partie basse et une signature lumineuse à 3 griffes dans les projecteurs Full LED (selon version). De face on apprécie, de ¾ avant, un peu moins avec un semblant de décalage entre la partie intégrée au feu et celle au sein du bouclier. Le bouclier avant, qui rappelle celui de la RCZ restylée , est dessiné d’une seule ligne et embarque en son centre une calandre à bouche unique portant en son centre le monogramme Lion de la marque Peugeot. Le nez de capot est siglé 208. De profil, la nouvelle 208 dispose d’un pare-brise reculé permettant d’implanter un capot sculpté plus long tandis que la vitre de custode est très inclinée et alignée avec le passage de roue arrière. Petit clin d’œil au passée, le petit haricot dans la custode et la forme de la vitre arrière évoque la 205.

En version GT Line ou GT, les passages de roues sont agrémentés d’élargisseurs d’ailes noir laqué (que nous n’aimons toujours pas !). Sur ces versions haut de gamme, les jantes de 17 pouces sont ornées d’inserts vissés et personnalisables. Dans la lignée des Peugeot 3008/5008/508, la face arrière de la nouvelle 208 est caractérisée par un bandeau noir courant sur toute la largeur du volet de coffre et reliant des feux à trois griffes (allumés de jour comme de nuit). Le diffuseur arrière est disponible en finition noir laqué et, selon la motorisation, peut être rehaussé de canules d’échappement chromées. En complément des teintes de carrosserie standards et du toit Black Diamond, Peugeot propose sur sa nouvelle citadine les teintes Jaune Faro métallisé, le bleu Vertigo tri-couches, le rouge Elixir à vernis coloré. La nouvelle Peugeot 208 est proposée dans une gamme à 5 niveaux de finition : Like, Active, Allure, GT Line et GT Les versions haut de gamme GT Line et GT sont dotées d’attributs stylistiques distinctif comme les projecteurs Full LED avec signature lumineuse à 3 griffes, enjoliveurs de passages de roues et lécheurs de vitres noir laqué, jantes en aluminium 17’ diamantées avec inserts, habitacle aux détails soignés (garniture de pavillon noire, surpiqûres de couleur Adamite, choix de 8 couleurs pour l’éclairage d’ambiance, sièges dynamiques, pédalier aluminium).

Habitacle moderne et digitalisé

L’habitacle suit les pas de l’extérieur et affiche un grand pas vers l’avant avec l’adoption de l’instrumentation digitale du i-cockpit inaugurée par le 3008 et une console centrale qui adopte un grand écran tactile d’infotainement. Et si l’intérieur de la nouvelle 208 adopte des plastiques durs, courant dans le segment, sur certaines parties, telles que les contre-portes et le bas de la planche de bord, des matériaux plus valorisant sont mis en avant sur le haut de la planche de bord et autres accoudoirs de portières, le plaquage façon «Carbone». En partie centrale, au-dessus des toggle switches, l’écran tactile est disponible en 5, 7 ou 10 pouces selon le niveau de finition ou les options choisies, 7” sur notre modèle d’essai en finition Allure. On retrouve également le volant méplat et les touches “Toggle Switches” (touches Piano). Enfin, côté rangement, en plus des bacs de porte et de la boîte à gants, 3 zones sont disponibles à l’axe du véhicule (selon version) avec un large rangement sous l’accoudoir entre les sièges avant, une zone de dépose facilement accessible devant le levier de vitesse et un rangement sur la console centrale, occultable et permettant de recharger par induction son smartphone.

Agile et ludique

Installé en son sein, la nouvelle 208 se montre confortable au niveau des sièges avant, tout tombant sous la main, une visibilité correcte surtout si on n’embarque pas de gros gaillards à l’arrière, et une bonne sensation d’amplitude. On regrettera néanmoins le nombre de commande à gérer avec le “Toogle switch”, 17 au totale, durant la conduite même si certaines fonctions peuvent être actionner à travers l’écran tactile. L’accès aux places arrière est tout juste pour ceux qui mesurent 1,80 et plus et l’espace aux jambes l’est tout autant tandis que la place du milieu est conditionnée par le tunnel central. Pour chipoter encore un peu plus, on ne comprendra pas la présence de cette antenne d’une autre temps sur un modèle aussi technologique, mais ça c’est vraiment pour chipoter. Cela s’expliquera par des arbitrages sur les coûts, tout comme les deux «trous» à la fin des ailes qu’on retrouve en ouvrant le capot. Des choix économiques, expliquera également Guillaume Clerc.

Moteur en marche, nous nous attardons sur ce qui fait la force de Peugeot, ses trains roulants et ce en allant titiller au max les limites de la 208 et ce à l’encontre des limitations de vitesse (shuut, faut pas le dire ni le faire), surtout lors d’un passage sur une route dégradée, suffisant pour un seule véhicule. Notre modèle d’essai, est animé par un 1.6 Hdi 90ch BVM5 qui fait le «job» sans plus, agréable au niveau urbain mais qui nécessite de passer au jeu du levier en dehors de son milieu naturel. On notera également une insonorisation de qualité puisque le bourdonnement du moteur est presque inaudible au sein de l’habitacle. Une fois en dehors de la ville on a fini par trouver un «terrain de jeu» pour mettre à rude épreuve notre monture.

Et à ce niveau là, la nouvelle 208 se montre conforme à la réputation prestigieuse de la marque avec un train avant incisif, une direction précise, directe et informative, et des suspensions absorbant convenablement les aspérités de la route, sans coup férir, en se montrant aussi efficaces que confortables. Sa tenue de route fait, encore incontestablement, partie des meilleures de sa catégorie et titille sans peine celle de ses grandes sœurs du segment supérieur… S’ensuivra une portion autoroutière, dévoilant un modèle très confortable et silencieux nous menant droit vers la seconde partie de notre teste, cette fois-ci à bord d’une unité animée par le 1.2 Puretech 130ch associé à la boîte EAT8.

Première surprise, cette 208 Allure embarque, non seulement un agréable écran flottant de 10” orienté vers le conducteur mais aussi l’instrumentation numérique 100 % 3D qui diffuse les informations sur 2 niveaux de lecture., contrairement à la première unité testée. Bizarre à première vue mais l’explication est toute simple, l’instrumentation numérique 100% 3D n’est pas (encore) proposée au Maroc (serait-ce également le cas chez nous ? ) mais l’est sur d’autres marchés. Autre petit détail, l’accoudoir n’est également pas le même, celui de l’Allure “marocaine” semblant venir d’un autre temps… passé ! Explication faite, revenant à cette instrumentation dont, devant la dalle numérique haute, les informations sont projetées à la manière d’un hologramme. Ces indications sont dynamiques, elles s’approchent de l’œil en fonction de leur degré d’importance ou d’urgence, le gain en réactivité est de l’ordre d’une demie seconde, annonce Peugeot.

Passé ce moment de découverte, place à la route même si le parcours ne permettait pas de tirer toute la quintessence du moteur si ce n’est une petite portion de route, large et bine bitumée, qui nous a rendu le sourire sur trois kilomètres. Une distance courte mais qui nous a fait apprécier, en mode sport, un accélérateur des plus réactif et une EAT8 rapide dans la transmission des rapports. Enchaînant les virages avec brio, la 208 bluffe par son châssis et son comportement, même si nous aurions apprécier disposer de plus de temps pour mieux nous situer sur de plus longues distances.

Bilan

Rompant radicalement avec son ancien design, embarquant une large palette d’ADAS (Systèmes d’aide à la conduite), une gamme variée de motorisations (heu, pas pour nous sûrement, merci carburant) et bluffante de par son châssis et sa tenue de route, la nouvelle 208 dispose de suffisamment d’atout pour donner le sourire à Peugeot et ce n’est sûrement pas une étoile en mois à l’EuroNcap pour cause de l’absence de série du détecteur de cyclistes la nuit (en option) qui sera un handicap.

Reste à connaître ses tarifs et ses finitions en Algérie, sachant qu’elle sera le premier modèle à sortir de l’usine Peugeot Citroën Production Algérie et dont la production est attendue pour le premier semestre 2020.