Une trentaine de transporteurs privés de voyageurs ont procédé lundi à la fermeture de la gare routière de la ville en guise de protestation contre une directive du ministère des Travaux publics et des Transports exigeant d’eux d’obtenir le brevet professionnel des transporteurs de voyageurs et de marchandises, a-t-on constaté.

Tôt le matin, les transporteurs protestataires ont fermé le portail principal de la gare à l’aide de cadenas, prenant en otage des centaines de voyageurs. “Nous protestons contre l’instruction du ministère exigeant de nous d’obtenir un brevet professionnel des conducteurs de transport public, une mesure que nous qualifions d’injuste”, a soutenu devant la presse un groupe de transporteurs en colère. “Cette mesure, dont l’application gelée par le ministère de tutelle il y a une semaine, est injuste et nous demandons son annulation”, ont-ils insisté.

Cette action de grève a soulevé la colère des voyageurs et provoqué une pagaille au niveau de la gare routière de la ville, a-t-on également constaté. Plusieurs voyageurs ont dû reporter leur déplacement, tandis que d’autres se sont rabattus sur les services de taxis pour effectue leur voyage.

En réaction à cette action de protestation, les services de la direction des transports de la wilaya (DTW) a rassuré pourtant que l’application du décret prévoyant de disposer d’un brevet professionnel des conducteurs de transport public de voyageurs et de marchandise pour exercer ces métier est “gelée pour toute l’année 2019”.

A ce propos, le président du bureau local de l’Union nationale des transporteurs (Unat), Boualem Azizi, a qualifié d’inopportune cette action de grève qui, a-t-il dit, “n’a pas été décidée, ni même concertée par son syndicat”.

“Dans tous les cas, ce sont les usagers qui sont pénalisés par ce bras de fer entre les transporteurs et leur tutelle”, a-t-il regretté dans une déclaration à la presse.