Les Bugatti EB110, Veyron et Chiron sont considérées comme les jalons de la construction automobile des années 1990, 2000 et 2010.

Avec la collection désormais complète de ce que l’on appelle la « trilogie de l’ère moderne Bugatti », se réalise enfin le rêve des amateurs et des propriétaires de Bugatti dans le monde entier. Avec la collection désormais complète de ce que l’on appelle la « trilogie de l’ère moderne Bugatti », se réalise enfin le rêve des amateurs et des propriétaires de Bugatti dans le monde entier.

Elle constitue simultanément des objets de collection convoités et un bon investissement. Les trois modèles ont été réunis pour une séance photos – des photos uniques et un événement comme il en existe rarement dans le monde entier.

Bugatti EB110 Super Sport

Au début des années 90, Romano Artioli a créé la Bugatti EB110, la première supersportive de l’ère moderne. EB pour les initiales d’Ettore Bugatti et 110 pour son 110e anniversaire. Lors de sa présentation à Paris le 15 septembre 1991 – pour le 110e anniversaire d’Ettore Bugatti – Bugatti dévoile une technique sensationnelle : construite en carbone pour la première fois sur un véhicule en série, la monocoque ne pèse que 125 kg. La carrosserie est en partie en aluminium et en carbone, les roues sont coulées en magnésium, les vis sont en titane. La propulsion est assurée par un moteur central V12 de 3,5 litres, quatre turbocompresseurs et un régime maximal de 8 250 tr/min. Soixante soupapes assurent une circulation rapide du carburant, les quatre turbo travaillent avec une pression de suralimentation située entre 1,05 et 1,2 bars qui réduisent au maximum le « trou » turbo.

L’EB110 abat le 0 à 100 km/h en 3,26 secondes, ce qui en fait la voiture de série la plus rapide de son époque. La vitesse de pointe s’élève à 351 km/h. Bugatti a établi quatre records du monde avec l’EB110 : notamment l’accélération la plus puissante, la voiture de sport de série la plus rapide, la voiture de sport carburant au gaz naturel la plus rapide et la voiture de série la plus rapide sur glace. Jusqu’en 1995, seuls 96 exemplaires de l’EB110 GT et moins de 40 de la variante plus légère et renforcée EB110 Super Sport ont été construits ainsi que deux voitures de course officielles de 670 ch. En 1992, le prix de la super sportive s’élevait à 550 millions de lires (soit 232 000 euros actuels) incluant l’entretien et les pièces d’usures pour les trois années suivant l’achat. Depuis, les prix ont grimpé. Étant donné le faible nombre de véhicules construits et de ventes, il existe certes peu de valeurs de référence : L’année dernière, lors d’une vente aux enchères chez Sotheby’s, un enchérisseur a versé environ 2,03 millions d’euros (2,33 millions de dollars américains) pour une EB110 Super Sport de 1994.

Bugatti Veyron 16.4 Super Sport

Avec l’introduction sur le marché de la Veyron 16.4, Bugatti réalise une véritable performance de pionnier et écrit l’histoire de l’automobile. La Veyron sonne l’avènement du nouveau millénaire et se catapulte dans une nouvelle dimension. Une fois encore, le constructeur français a misé sur une monocoque en carbone, quatre roues motrices et quatre turbos. La première véritable hypersportive du monde développe plus de 1 000 ch et affiche une vitesse de pointe de plus de 400 km/h, notamment 407 km/h. Le moteur W16 de 8,0 litres, entièrement repensé, développe au départ 1 001 ch et un couple de 1 500 newton-mètres. Ce coupé passe de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes et atteint 200 km/h en seulement 7,3 secondes. En 2010, Bugatti réaffûte la Veyron avec la Super Sport. L’énorme moteur déploie une puissance fabuleuse de 1 200 ch, la vitesse maximale réglée est d’environ 415 km/h. La même année, Veyron 16.4 Super Sport établit un nouveau record de vitesse pour un véhicule sur route : avec ses 431,072 km/h, c’est la Super Sport produite en série la plus rapide du monde.

Inhabituel pour un véhicule incomparablement rapide : déploiement d’une puissance extraordinaire, souplesse de conduite et aptitude à un usage quotidien, il frôle la perfection. La Veyron est un chef d’œuvre sur roues. Ses matériaux sont de très grande qualité et la finition reste encore inégalée à ce jour. Seuls 450 véhicules de la Veyron 16.4, dont 48 Super Sport, ont été fabriqués à la main jusqu’en 2015 au siège social de Molsheim et sont aujourd’hui des objets de collection convoités. Depuis son introduction sur le marché, les prix de la Veyron ont grimpé en moyenne de 30 à 35 pour cent – tendance à la hausse.

Bugatti Chiron

En 2016, la Chiron 1 a remplacé la Veyron. Avec une puissance sans précédent de 1 500 ch sur les voitures de série, un couple fabuleux de 1 600 newton-mètres et de nombreuses innovations techniques, la Chiron impose de nouveaux standards dans la construction automobile des années 2010. La Chiron passe de 0 à 100 km/h en seulement 2,4 secondes, atteint 200 km/h en 6,1 secondes et 300 km/h en 13,1 secondes. Dans un premier temps, la vitesse maximale est réglée à 420 km/h sur le véhicule de série pour la circulation routière. Comme sur l´exemple : la Chiron reproduite en 2017 en “Gris carbone” et en cuir clair “Terre d’or” avec des jantes en gris mat.

Avec la Chiron, Bugatti devient, en 2019, le premier constructeur à franchir le cap des 300 miles à l’heure. Avec ses 490,484 km/h, le fabricant français de véhicules de luxe enregistre simultanément un nouveau record de vitesse. Jamais auparavant un fabricant de véhicules de série n’avait obtenu une telle vitesse.

Sur les 500 véhicules prévus, plus de 250 ont déjà été fabriqués et livrés – au prix à l’unité d’au moins 2,65 millions d’euros (hors taxes).


Campagne de sensibilisation

Citoyen avant tout, le site accompagne ses articles avec un rappel des gestes basiques à suivre pour éviter la propagation du Covid-19 (Coronavirus). Et n’oubliez pas de limiter vos déplacements au maximum et de rester chez vous.