Accueil du site > Actualité > Véhicules moins de trois ans, sous certaines conditions

Marché automobile : Véhicules moins de trois ans, sous certaines conditions

16 commentaires

Publié le lundi 19 septembre 2016 à 14:31, par APS

Le gouvernement a décidé, dans le cadre du projet de loi de finances 2017, de lever l’interdiction de l’importation des véhicules d’occasion mais sous certaines conditions, a indiqué lundi à Alger le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb.

"On va lever cette interdiction et élaborer un cahier des charges bien précis qui permet de ne pas importer des véhicules représentant des dangers à la circulation. C’est-à-dire que nous allons autoriser l’importation de ces véhicules sous conditions", a-t-il souligné lors du forum El Moudjahid.

"L’essentiel pour nous est que ce soit un marché transparent où l’acheteur a des garanties suffisantes", a ajouté le ministre.

Selon lui, le gouvernement "a décidé de lever cette interdiction et de la remplacer par la mise en place d’un cahier des charges portant des conditions bien précises".

"De mon point de vue, un cahier de charges est mieux que l’interdiction", a-t-il estimé.

Par ailleurs, il a fait savoir que les pouvoirs publics examinent actuellement les formules à travers lesquelles le marché d’occasion sera organisé, en avançant que ce marché sera soit laissé au distributeur et au concessionnaire uniquement, soit il sera ouvert également à d’autres intervenants.

Pour le ministre, le marché d’occasion pourrait permettre d’importer des véhicules plus performants et beaucoup moins chers que certains véhicules neufs importés.

En effet, a-t-il expliqué, il existe des cas où certains constructeurs fabriquent des véhicules spécialement pour l’Algérie et qui sont loin des normes internationales".

Le marché national des véhicules, a-t-il poursuivi, "doit être organisé pour que nous ne soyons plus arnaqués et victimes de manque de transparence".

Vos commentaires

  • ]Le 19 septembre à 15:37[, par LRM

    S’ils vont laisser le particulier importé au taux officiel ( un droit au change dans ce cadre ) la oui ca sera profitable, dans la limite d’un véhicules par an et par personne pour lutter contre les revendeurs.

    Le taux officieux est beaucoup trop exagéré pour rendre la chose utile.

  • ]Le 19 septembre à 15:43[, par kakipop

    si seulement c’été vrai !!!
    je voie d’ici comment ça va finir ;-)

  • ]Le 19 septembre à 16:19[, par aminerona

    des véhicule moins de 3ans au taux de change 185da pour 1euro c’est pas vraiment intéressant une golf exemple gtd a 20000euro 2015 qui a roulé 40000km alors 20000*185 : 370 million + frais de transport 10 million + billet 5m + licence d’importation 30m total 415 million !!! "golf gtd 2015 sans mode sans obstacle est cedé au tour de 410 430 million au max "sauf si le change ce fait au taux officiel la l’etat ne gagne rien ! si l’etat a decide de levé la mais sur moins de 3ans c’est juste pour preservé au max la reserve de devises donc !!!! et en cas ou l’etat leve la main sur l’importation des moins de 3ans conséquence le prix de l’euro va grimpé du cout véhicule va revenir plus cher le marché informel es nourri par l’euro si l’euro augmente au marché noir ya risque de voir les prix augmenté daans tous les secteur !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • ]Le 19 septembre à 17:27[, par Khaled A.

    Salam,
    selon les déclarations du ministre, l’importation "Particulière" n’est pas concerné"....puisqu’on parle de concessionnaires, distributeurs ou autre entité ;)

  • ]Le 19 septembre à 17:50[, par LRM

    @ Khaled A.

    C’est pas comme ça qu’ils vont lutter contre la surfacturation, au contraire ils vont l’aggraver vue que le marché de l’occasion est encore moins claire que celui du neuve.

    On aura au finale de la camelote roulé jusqu’à l’épuisement surfacturé et vendu aux particuliers au prix du neuve !

    Ou alors c’est pour donnée un autre business bien grassouillet au détenteur de licence pour un gain rapide et facile.

    Je vois pas en quoi c’est une solution dans ce cas.

  • ]Le 19 septembre à 18:48[, par mizand

    En effet, a-t-il expliqué, il existe des cas où certains constructeurs fabriquent des véhicules spécialement pour l’Algérie et qui sont loin des normes internationales".
    :’-)):’-)):’-))
    c est les propos du ministre, j ai même pas besoin de faire de vanne pour une fois, est ce une auto-critique.

  • ]Le 19 septembre à 19:11[, par nb

    Des voitures d’occasion ramène des Émirats oui sinon elles ne serait pas vraiment intéressant de les ramener d’Europe , si c’est bien réglementé pour des professionnels du secteur pourquoi pas

  • ]Le 19 septembre à 19:51[, par Fuel

    Bonjour,

    Je disais que ce n’était pas interessant avec un taux paralele dans l’article precedent mais là en voyant que mr tt le monde n’est pas concerné je n’y comprends plus rien...

    Les quotas c’était pourquoi au faite : Ah oui, "Minimiser la facture d’importation ?" mais si c’est autorisé pour des "professionnels" ça sera l’occasion de faire sortir des tonnes de devises au taux bancaire...

    Bref je finirais avec la confirmation de ma conclusion sur l’autre article : ça sera une source de magouille supplémentaire pour certains privilégiés...

  • ]Le 19 septembre à 20:00[, par Snoop

    Pour compléter l’exemple de aminerona vous aurez une Golf avec un moteur euro 6 donc bonjour les dégâts après quelques milliers de kilomètres avec notre bon vieux gazoil

  • ]Le 19 septembre à 21:23[, par mizand

    vous voyez si on ouvre les debat sur la reduction des subvention on revient au libre marche, alors pourquoi fermer puis ouvrir les choses, et ce dans plusieurs domaine, et dans le dernier com on parle de qualite d essence et dans d autre article de rationnement de l essence ce qui emnene a prevoir pour l essence l ouverture du marche, donc libre prix et libre importation de qualité d essence, qui sera le meme schema que pour les voitures.

  • ]Le 19 septembre à 23:43[, par YOUGOURTHEN

    Déjà et sauf si on a pas tout rapporté de ce forum, il n’a pas précisé qu’il s’agit de véhicules de moins de 3 ans. Cette histoire à toujours rien voulu dire car on peut très bien avoir une voiture de 2 ans d’âge mais qui a roulé 150 voir 200 mille km et une de 5ans qui ne dépasse pas les 20 mille. Et une de 2 ans complètement déglinguée par des collisions
    Et une de 10 ans avec zéro impact.

    Par contre contre il parle de cahier de charges, on attend de voir le contenu.

    D’autre part, si ils vont dédier ces opérations aux seuls concessionnaires et pros, dans ce cas faudrait nous expliquer les raisons qui les ont poussé à instaurer les licences et quotas d’importation des neufs et ce fameux argument de baisser la facture d’importation qui sautera avec ce choix des pros.
    Aux particuliers de pourvoir importer et ils n’ont qu’à pondre un cahier de charges auquel faudra s’en tenir y compris pour les pros à qui faudra surtout pas nous pondre une quelconque arnaque du genre aides ou avantages fiscaux, facilités en rapport au dédouanement... etc.

    Le cahier de charges devra être du lourd, pas qu’une histoire de kilométrage et d’années, voir de puissance fiscale.

    Quant à cet aveux que des constructeurs nous fourguent du n’importe quoi, chose qu’on a toujours su mais que la langue de bois officielle s’est toujours obstiné à nier, je préfère en rire que de dire des choses... néanmoins je lui tire chapeau pour l’avoir reconnu officiellement

  • ]Le 20 septembre à 07:57[, par Maruti800

    Bonjour,
    Quand je vois des tas de ferraille (404, voiture qui fume, voiture avec des pneu lisse et j’en passe) toujours en circulation qui passe les barrages de contrôle en toute aisance alors que le contrôle technique (savez vous que pour obtenir un agrément de CT il faut être un des leurs...) sa fait des années qu’il est instauré ALORS je me dis leurs cahiers de charges qu’ils le mettent la où je pense.

    Bonjours les affaires ZH, et bay-bay les casses autos française

  • ]Le 21 septembre à 01:14[, par Routard

    Ecoutez les gars on est en train de continuer à bricoler des solutions à un problème qui se situe ailleurs.
    La fuite de la devise ne sera ni éradiquée ni diminuée tant que l’Etat ne comprendra pas enfin que le phénomène est dû essentiellement à l’interdiction d’accéder à la devise légalement en quantité suffisante pour le citoyen lambda et aux taxes appliquées aux société étrangères lors des transferts de leur capitaux .
    Souvenez vous lorsque les véhicules de moins de trois ans ont été interdit, l’écart entre le taux parallèle est officiel a presque disparu car il n’y avait presque plus de demande.
    Malheureusement, l’écart a commencé à se creuser dès que le gouvernement de Ouyahia a appliqué la taxe sur les transferts aux sociétés étrangères et au même moment la surfacturation a commencé à prendre de l’ampleur car des sociétés comme Djezzy , Renault, Nedjma etc disposent d’une quantité faramineuse de dinar algérien très instable en valeur nominal car il est régulièrement dévalué, elles ont donc besoin de le changer en devise stable transférable vers leurs pays sans passer par le canal officiel et perdre 20%, la solution toute simple serait de surfacturer leurs importations.
    La surfacturation est là aussi pour alimenter le marché parallèle qui lui satisfait tout simplement un besoin élémentaire des citoyens de disposer d’une quantité de devise suffisante. des lobbies très puissants sont derrière, ils ont même réussi à écarter le gouverneur de la banque d’Algérie dès qu’ils ont senti qu’il se penche sérieusement sur le dossier de l’allocation touristique.
    Exemple : un importateur qui importe un produit X dont le prix réelle est de 1$ se débrouille en ouvrant une société offshore ou en s’entendant avec son fournisseur pour le facturer 2$, il le paye au taux officiel à 100 DA/$ puis paye la douane 15% et la TVA 17% ce qui fait 132 DA/$. il ne lui reste plus qu’a rapatrier son argent dans une valise et le vendre à 165 DA , il peut même se payer le luxe vendre son produit au prix coûtant.
    La preuve de ce que je dis est que le taux parallèle est régulièrement actualisé en même temps que le taux officiel pour garder plus ou moins le pourcentage confortable de 30% d’écart.

  • ]Le 21 septembre à 08:40[, par YOUGOURTHEN

    Routard, merci pour cette analyse enrichissante

  • ]Le 21 septembre à 08:40[, par YOUGOURTHEN

    Finalement ça parle bien de moins de 3 ans... on refait les mêmes bêtises

  • ]Le 21 septembre à 08:55[, par mizand

    Question 1 ; si il n y a pas de fuite de devise, a quoi servent les devises en Algerie, on va pas acheter notre lait en euro chez Carrefour, quoi que tout est possible
    Question 2 ; on parle que c est réservé au professionnel, donc est ce qu ils sont soumis aux mêmes contraintes que les CC càd avoir un showroom dans les normes, representer une seule marque, assurer le SAV et pièces detache, etc.
    Question 3 ; C est quoi le taux de taxation dessus et sur quelle base
    Question 4 ; C est quoi les normes d imprtations et quelle type de vehicule
    Question 5 ; Qui contrôlera tout ca
    Question 6 ; Hitchcock aurai pu imaginer un tel scénario

Répondre à cet article