Accueil du site > Actualité > Actualité > Un montant-plafond pour chaque concessionnaire

Licences d’importation : Un montant-plafond pour chaque concessionnaire

22 commentaires

Publié le lundi 18 avril 2016 à 16:21, par APS

Une valeur limite des véhicules à importer sera fixée pour chaque concessionnaire, en plus du contingent quantitatif imposé à ce dernier dans le cadre des licences d’importation dont l’attribution est prévue dans 15 jours au plus tard, a annoncé, lundi, le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb.

"Nous sommes en phase de définition des mesures relatives à l’importation des véhicules. Parmi les mesures principales, il y a l’imposition d’un plafond en valeur à ne pas dépasser pour chaque concessionnaire", a déclaré M. Belaïb, ministre du Commerce, à la presse en marge d’une rencontre avec les associations de protection du consommateur.

"Cette mesure est très importante. Il faudrait que nous connaîtrions les coûts d’importation. D’autant plus que nous avions déjà constaté que ces coûts en devises étaient souvent plus élevés par rapport au pays d’origine", a-t-il observé.

Pour le ministre, le contingent quantitatif, fixé à 152.000 unités pour l’année 2016, n’est pas suffisant à lui seul pour contrôler et réguler cette activité dont "les transactions sont souvent douteuses".

Selon ses explications, un concessionnaire qui a obtenu un quota de 3.000 unités doit aussi respecter la valeur fixée dans la licence "car s’il se contente d’importer les véhicules de luxe, cela augmentera la facture d’importation", a-t-il avisé.

M. Belaïb a aussi fait savoir que le comité chargé des délivrance de ces licences était sur le point d’achever son travail et attribuera les licences dans quinze (15) jours au plus tard.

APS

Lire également

Groupe Hasnaoui : Tabco et GHMedia pour le secteur automobile
Renault Algérie : Rendez-vous en ligne pour le SAV

Vos commentaires

  • ]Le 18 avril à 17:16[, par mizand

    Je suis vraiment perdu, c’est qui a en charge le dossier des quotas, car on voit des déclaration de tout le monde ; Bakhti Belaïb, M. Djellab, Bouchouareb, Sellal ?

  • ]Le 18 avril à 18:42[, par mizand

    On parle aussi de voiture pas cher, se serai la fin de voitures de luxe en Algérie, ça veut dire qu’on va supprimer les quotes par modèle et instaurer une limite de prix ?

  • ]Le 19 avril à 10:26[, par blumy31

    Non ce ne sera pas la fin des voitures de luxe mais chaqu’un devra importer selon son créneau.
    Donc plus de Golf à 430U en licence (le prix d’une BMW 320d ou Audi A4) et plus de Polo à 260U (le prix d’une Golf 7)
    d’autant plus que pour les marques de luxe les quantités sont très réduites, c’est donc une bonne chose pour remettre chaqu’un à sa place.
    Pour rappel en 2013 une BMW 114i coutait 2.190.000 DA en licence.
    Aujourd’hui à ce prix là vous achetez une Golf 7 Highline de 2013 avec plus de 100.000 km au compteur.
    ça ne sert à rien de réduire les quantités sans les valeurs, car on importe essentiellement pour les revendeurs : 7 voitures sur 10 sont achetées pour la revente la demande réelle est très inferieure, d’autant plus qu’on importe des voiture assez inutiles (Polo 1.6 Boite auto avec Toit et LED..ou Picanto Brazilia avec feux de jour et toit etc..!!)
    Alors que selon notre culture l’état de nos route et surtout notre niveau de vie une voiture neuve ne doit pas dépasser 1.000.000 DA.

  • ]Le 19 avril à 12:03[, par Proact7

    Je pense que tout ça n’est pas suffisant. En limitant la valeur d’importation, qui veut dire qu’il va y avoir majoritairement des voitures entrée de gamme, rien n’empêchera les concessionnaires à appliquer des tarifs élevés pour récupérer leur argent.
    Il faudra les surveiller et faire un vrai travail de régulation pour ne pas surfacturer aux clients...

  • ]Le 19 avril à 14:32[, par blumy31

    Je suis d’accord ce n’est pas assez, moi je pense qu’il faut soit :
    1. Appliquer la taxe de transaction de véhicule neuf sur l’occasion de moins d’une année et le diminuer chaque année après.
    2. limiter les transactions véhicule à un seul véhicule par personne en vente et une en achat, avec passage obligatoire à la banque pour justifier les montant payés et montant reçus.
    En out cas l’état s’occupe actuellement des concessionnaires et après ce sera le tour des particuliers, car l’argent informel non déclaré en circulation suffit largement pour combler le déficit de l’état.

  • ]Le 19 avril à 15:01[, par mizand

    @autoalgerie il serait bien de faire un bilan des agent qui ont mis la clés sous la porte pour savoir où on en est.

  • ]Le 19 avril à 15:34[, par Fuel

    Bonjour,

    Le problème de la (re)vente va bien au delà de la simple taxation, il faut que tous les acteurs jouent le jeu : Des commerciaux (concessionnaires) qui vendent n’importe quoi à n’importe quel prix, aux revendeurs qui s’empiffrent royalement, sentant qu’il y a toujours à gagner et surtout au niveau du client, si tout le monde raisonnait collectivement personne ne serait assez "égoïste" et "bête" ( J’emploie ce mot car la source première du problème est bien le client !) pour acheter de la disponibilité par son propre argent, car oui il achète de la dispo ni plus ni moins... Si les gents savaient patienter le temps qu’ils faut, boycotter lorsqu’il faut et aller ailleurs parfois, on en serait pas là... Des voitures vendues 100 000 DA de plus que "la maison" si ce n’est encore plus et certains clients se bousculent quand même... Je préfère rouler en voiture dite exotique ( Qui généralement est dispo plus rapidement !) ou alors en occasion ou même attendre des lustres avant d’être livré que d’acheter de la disponibilité ( C-a-d du vent !) à un "bon à rien" qui n’a eu qu’à acheter avant moi ou qui a juste le contacte qui faut sur une marque "classique" ! C’est une question de principe...

    La taxation ne réglera rien, elle déplacera le problème seulement... Un souci qui a commencer par les clients, ne se réglera que par les clients, et les concessions dans une moindre mesure, car après tout, ils sont là pour vendre !!!

    Ps : Pour ceux qui disent qu’ils n’ont pas le choix, je dirais qu’on a toujours le choix et oui je suis sévère avec ceux qui ont choisi une facilité qui à plomber tout un marché...

  • ]Le 19 avril à 17:48[, par momo

    le problème c’est que si tu cherches à comprendre, tu ne vas rien comprendre car même la compréhension n’a rien compris à l’incompréhension de ceux qui veulent nous faire comprendre que comprendre quelque chose de compréhensible peut devenir incompréhensible ...:’-))

  • ]Le 19 avril à 18:53[, par mizand

    @momo
    je t’ai compris :-P

  • ]Le 19 avril à 23:33[, par momo

    B-) bravo mizand

  • ]Le 20 avril à 00:01[, par YOUGOURTHEN

    Tout ce charabia ne veut dire qu’une seule chose. Moins de voitures huppées, toutes les voitures coûteront encore plus chères et les beznassia trouveront leur comptes avec évidemment la complicité des agents commerciaux... et toi le zawali, b’drahmek u ma techrich

  • ]Le 20 avril à 01:39[, par mizand

    oui momo
    j’ai compris qu’il ne faut pas comprendre

  • ]Le 20 avril à 08:14[, par YOUGOURTHEN

    fuel, t’as très bien résumé la philosophie qui règne dans notre marché de l’auto, bravo

  • ]Le 20 avril à 09:45[, par blumy31

    Comme indiqué notre problème c’est le client ! et le problème de ce client c’est qu’il est Algérien.
    Et ces clients (essentiellement les revendeurs) il faut les toucher à leurs poches. et leur limiter les transactions (une par an).
    Même si j’avais beaucoup d’argent je refuse de me faire avoir par con au niveau primaire qui se lève à midi, et se permet de me vendre une voiture 20 ou 30U plus cher que chez le concessionnaire. ou bien une occasion plus chère que son prix neuf.
    Moi ma paie est la même depuis des années et la différence que je doit ajouter correspond à plusieurs mois de salaire.
    Regardez les annonces sur Ouedkniss c’est devenu une comédie.

  • ]Le 20 avril à 10:30[, par Fuel

    Bonjour,

    @Blumy31 : Le hic c’est qu’en limitant le nombre de transaction et/ou en les surtaxant... On tombe dans une limitation des libertés de chacun !

    - Imaginez une taxe énorme ( Genre 20% ) dans le cas d’une revente à moins d’une année de la livraison et qu’un client "lambda" soit obligé de revendre son véhicule pour une raison X ou Y ( Décès d’un proche, maladie etc).

    - Imaginez un père voulant léguer ses biens à ses enfants avant de mourir sachant qu’il est condamné par un cancer et qu’il veuille le faire en un temps record et qu’il possède 10 voitures.

    Dans le premier cas comme dans l’autre, ça serait une véritable injustice que d’appliquer une quelconque barrière légale.

    Je pense personnellement que c’est la demande qui doit changer, ce n’est pas au niveau des taxes et des lois, c’est au niveau des mentalités de chacun...

  • ]Le 20 avril à 11:14[, par GT_muse

    je vais vous résumer la situation

    ya trop d’argent facile en algerie, quelqu’un qui touche 15u par jour en louant une salle des fêtes minable en dormant ne se gêne a payer 30u plus cher pour une caisse bcp d’entre ns travaillent dur pour acheter une voiture mais ce n’est pas le cas d’une grande partie d’algériens un khadar achete de la pomme de terre a 20da pour la revendre a 50da et comme il n’a qu’un seul neurone qui fonctionne il paye ca logan 10u plus cher pour la revendre encore a un autre idiot qq1 qui vend des fringues touche facilement 2000da par jeans et il roule en tiguan et il est 4 fois mieux payé q’un universitaire toi tu bosse tout les jour de la semaine pour gagner 6u par ex mais mal heureusement en voulant repeindre ton appart le peintre te fait un devis de 15u pour 2 semaine de travail :o qlr que toi ta bossé 2 mois et demi pour les avoir
    en algerie ya aucune échelle de valeur... triste pays

  • ]Le 20 avril à 11:25[, par blumy31

    @Fuel
    Désolé mais les exemples cités sont assez décalés de la réalité, et la probabilité d’un cas pareil est quasi inexistante, si une telle loi voit le jour elle doit prévoir des dérogation pour certains cas (véhicules endommagés/réformés...etc).
    Pour les 10 voitures il trouveront le moyen de les hériter après.
    comme vous l’avez indiquez la demande doit changer, et pour cela il faut la recadrer par des lois.
    Une transaction par personne et par an (une vente et un achat) avec passage à la banque.
    Ou encore mieux 80DA le litre d’essence:-|

  • ]Le 20 avril à 15:25[, par mizand

    lisez ça à partir de la page 40, c’est un reportage sur l’industrie auto en Algérie de 1975, on parler de créations d’industrie automobile, de quotas etc. un point de situation qui nous remets en question et qui montre que l’histoire qu’on ne connaît pas nous jeunes (hormis Khaled et moi vu notre âge :)) ) et qui se répète.

    http://benbadis.org/documents/eldje...

  • ]Le 20 avril à 15:27[, par mizand

    pardon page 38, mais vous trouverai

  • ]Le 20 avril à 16:39[, par Sophia

    Ils disent, ils se contre-disent !!!!!!!!!!!
    Je bugs !!!!!!!
    En attendant beaucoup de concessionnaires mettent la clé sous le paillasson, des salariés licenciés, des clients mécontents,........
    Alors entre régulation OU teckchoucka, je vous laisse juger.
    Si vous avez compris expliquez-moi, car je pige rien, entre agrément, licence, industrie, commerce,...........
    A qui profite tous ça !!!!!!!!

  • ]Le 20 avril à 17:12[, par mizand

    @sophia
    bienvenu au club

  • ]Le 26 avril à 09:26[, par Swiftoman

    Donc l’état va "figer" les part de marché des concessionnaires les uns par rapport aux autres (ce qui est d’une injustice et d’une stupidité profonde, surtout que c’est basé sur les "performances" des années précédentes, donc favorise ceux qui sont déjà les plus "forts" du marché) et en plus il va "figer" leur chiffre d’affaire !
    - Sur quelles base de critéres ceux qui décident vont-ils statuer ?
    - Quelles compétences ont-ils ?
    - Qui sont les "experts" chargé de cette tâche et quelles sont leurs qualifications ?
    Si l’état se donner la peine d’être transparent, nous ne serions pas tous aussi méfiant envers ses décisions !

    L’histoire du monde nous a montré et nous montre encore que les mesures de type "quotas", "prohibition", "mesures de régulations administratives" ont échouées dans tous les pays dans lesquels elles ont étés appliquées et n’ont conduit qu’à créer des situations de pénuries, de rentes, de spéculation et finalement, en bout de chaine, ce sera toujours le citoyen lambda qui va trinquer !

    Je suis d’accord que, dans la situation actuelle de baisse des recettes en devises, une des mesures (une parmis de nombreuses mesures nécessaires...) est de limiter les importations. La méthode simple et efficace est de fixer un plafond GLOBAL pour l’importation de véhicules de tourisme (X,xx milliards d’€ par an). Chaque concessionnaire sera libre d’importer les véhicules qu’il veut, les modéles qu’il veut et le nombre qu’il veut. Dés que le plafond est atteint (mesuré par rapport au domiciliations bancaires) l’importation n’est plus autorisée. De cette façon les importateurs vont se livrer une concurrence féroce et une course à l’importation la plus rapide des modéle qui se vendent le plus vite possible (gamme moyenne). Celui qui voudra vendre des voitures à 1 milliards prendra le risque que le plafond soit atteint par les autres concéssionnaires (qui vendront entre temps plusieurs milliers de clio, 308, megane, i30, Octavia, Ibiza, dong zeng, xi2756, etc...) avant qu’il réussise a vendre ses Panamera et Cayenne. Prendra-t-il le risque ? Bien sûr, pour que personne ne triche, ne seront autorisé à l’importation que les véhicules effectivement commandés par des clients (bon de commande à l’appuis) pour éviter que des petits malins importent à l’avance 20.000 voitures sans clients.
    Pour que le citoyen ne soit plus le dindon de la farce la solution est simple : Transparence et vraie libre concurrence entre les acteurs, dans un cadre réglementaire clair (plafond = X milliards de DA / an).

Répondre à cet article