Accueil du site > Actualité > Actualité > Un grand nombre de véhicules n’est pas immatriculé durant (...)

Marché automobile algérien : Un grand nombre de véhicules n’est pas immatriculé durant l’année d’importation

Publié le lundi 14 mars 2016 à 08:12, par APS

Une bonne partie des véhicules n’est pas immatriculée au cours de l’année de leur importation, ce qui renseigne sur les mises en circulation effectives des véhicules vendus, a appris l’APS auprès de l’Office national des statistiques (ONS).

Sur les 190.694 véhicules neufs importés durant le premier semestre 2015, seules 99.524 unités ont été immatriculées durant ce même semestre (dernier chiffre disponible de l’ONS), soit 52,2%, sachant que durant la même période de 2014, sur les 253.307 véhicules importés, 104.421 ont été immatriculés durant le même semestre (41%).

"Les immatriculations définitives des véhicules neufs nous renseignent sur les mises en circulation effectives des véhicules vendus. L’examen de ces immatriculations, au regard des importations, fait apparaître qu’une bonne partie des véhicules n’est pas immatriculée au cours de l’année d’importation", commente l’ONS.

Par région, il est constaté que dix (10) wilayas comptabilisent à elles seules plus de 60% des 99.524 nouvelles immatriculations enregistrées durant les six premiers mois de 2015.

Alger a enregistré l’immatriculation de 25.717 unités (26% du total), suivie de Blida avec 5.129 unités (5,15%), Sétif avec 4.497 (4,52%), Oran avec 4.339 (4,36%), Tizi-Ouzou avec 4.148 (4,2%), Annaba avec 3.928 (3,95%) Béjaia avec 3.630 (3,65%), Tipaza avec 3.438 (3,45%), Boumerdès avec 3.404 (3,42%) et Batna avec 3.630 (3,27%), détaille l’office.

Rajeunissement du parc automobile

Concernant les immatriculations et réimmatriculations opérées au cours du 1er semestre 2015, elles ont concerné 729.020 véhicules, en hausse de 31.000 unités par rapport au même semestre 2014, une augmentation de 6% principalement tirée par les véhicules de tourisme qui ont totalisé près de 28.000 unités.

Par wilaya, le nombre le plus important des immatriculations et réimmatriculations a été enregistré à Annaba (48.922 unités), Alger (44.051 unités), Tébessa (40.345), Tizi-Ouzou (34.899), Boumerdès (30.676), Tipaza (30.340), Djelfa (30.178) et M’sila (29.917).

Au cours du 1er semestre 2015, presque la moitié des immatriculations et réimmatriculations ont porté sur des véhicules de moins de cinq ans.

L’ONS indique que 356.666 véhicules (49% des véhicules immatriculés ou réimmatriculés au 1er semestres 2015) ont moins de 5 ans d’âge, 158.216 unités (21,7%) ont entre 5 et 9 ans, 67.039 (9,2%) ont entre 10 et 14 ans, 45.559 (6,25%) ont entre 15 et 19 ans, alors que les réimmatriculations des véhicules de plus de 20 ans représentent 13,93% (101.540 unités).

A souligner que l’immatriculation est l’opération qui consiste à établir une carte grise pour un véhicule qui va être mis en circulation pour la première fois en Algérie.

Tandis que la réimmatriculation consiste à établir une nouvelle carte grise suite à un changement de la wilaya de résidence pour un véhicule circulant en Algérie.

APS

Répondre à cet article