Accueil du site > Actualité > Actualité > Suspension des importations

Marché automobile algérien : Suspension des importations

8 commentaires

Publié le mercredi 6 janvier 2016 à 18:46, par Khaled A.

L’importation des véhicules est momentanément suspendue suite à une instruction de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers (ABEF) suspendant les domiciliations des produits soumis à la licence.

Nouveau coup dur pour les concessionnaires avec l’instruction de l’ABEF, suivant celle du Gouverneur de la Banque d’Algérie, instruisant les banques à refuser toute domiciliation bancaires des produits soumis à la licence d’importation, désormais en vigueur pour trois produits dont les véhicules.

L’instruction relayée par l’ABEF stipule que toute domiciliation, à partir du 5 janvier, d’un produit soumis à une licence d’importation est désormais subordonnée à la présentation de la licence...licence dont ne disposent pas encore les acteurs du secteur.

Une instruction inattendue d’autant plus que le ministre de tutelle, Abdesselem Bouchouareb, avait déclaré, pas plus tard qu’hier lors du forum d’El Moudjahid, " qu’une étude avait été lancée pour avoir une meilleure visibilité sur le marché des véhicules en prévision de l’instauration des licences d’importation". Il a alors fait savoir qu’il était, "désormais, pris en considération non seulement les ventes opérées par les concessionnaires au cours des deux dernières années, mais aussi les déclarations fiscales et des bénéfices, sachant que certains concessionnaires déclarent des bilans déficitaires alors qu’ils réalisent des chiffres d’affaires « importants »". Quant à l’instauration des licences d’importation, il a précisé que "le calcul des quotas pour les véhicules sur l’année 2016 se fait à partir du 1er janvier en cours" et de préciser "que tout véhicule importé en janvier 2016 ne rentre pas dans le quota".

Vos commentaires

  • ]Le 6 janvier à 19:42[, par mizand

    OHLALLALALAALAL

    Même Steven Spielberg pourrai imaginer un tel scénario, ça va faire mal, jusqu où ira t on ?

  • ]Le 6 janvier à 20:56[, par LRM

    Ça sent le début de la fin pour les importateur de véhicules.

    Mes pensées a ceux qui ont commander a l’aveuglette et qui sont toujours dans l’attente. :’-))

  • ]Le 6 janvier à 21:56[, par Clio18

    La ça va faire mal je vois d’ici les prix de l’occasion qui vont s’envoler !!!alors la les gens qui ont passé commandé bon courage !!!!

  • ]Le 7 janvier à 07:55[, par aminerona

    Une vrai catastrophe !!!!! Le pétrole passe sous les 35 $ bien limité au Max les importations quitte à provoquer la pagaille

  • ]Le 7 janvier à 08:52[, par Naventador

    A peine le marché commencé a redemarrer que l’état ressort une autre carte qui fera encore mal au secteur !!!! mnt reste à savoir combien de temps il faudra pour établir ses licences et qui n’aura pas droit tout court ....
    La Symbol DZ sera la reine incontéstable et sans oublier la cerise sur le gateau avec le crédit conso qui est de retour !!!(Coincidence ou pas)
    Sinon si cela va réellement servire à controler les chiffres d’affaires/Bénéfices des concessionnaires pourquoi pas !

  • ]Le 7 janvier à 10:13[, par KingOfTheRoad

    Les concessionnaires ont démontré leur cupidité sans vergogne, non seulement ils arnaquent leurs clients avec des prix exorbitants, ils arnaquent aussi le trésor Algérien en se déclarant déficitaires, aux États Unis pourtant un pays ultra-libéral si le fisc décide d’attaquer, le patron finira par se suicider.
    Cette décision très tardive est bonne, c’est vrai qu’elle est sévère et sacrifie le consommateur, mais elle ralenti la fuite de devises en ces temps de crise où le prix du baril est inférieur à 35$ et qui n’est pas prêt à redescendre vu le contexte géopolitique actuel : affaiblir la Russie, affaiblir l’Iran, Arabie Saoudite qui décide de planter les compagnies américaines de pétrole de schiste, et USA qui décident de planter tout le monde en autorisant l’exportation de pétrole.

  • ]Le 7 janvier à 23:14[, par ferrari

    Moi ce que je n’arrive toujours pas à comprendre, c’est comment ils (le gouvernement ) vont arrêté l’hémorragie des devises, alors que les pièces ou bien plus exactement les kits pour le montage des voitures ce fait toujours en devise moins les taxes et c’est la que létat gagne le plus. Si seulement y avait transfert de technologie réel ma3lich.
    Je fume du H et je reste éveillé Malheureusement le cauchemar continu. Pauvre Bladi. :’-(:’-(:’-(

  • ]Le 8 janvier à 01:09[, par Routard

    Toutes ces mesures sont inutiles on ne répond jamais à un problème financier par des mesures bureaucratiques administratives.
    Le problème de l’économie algérienne réside dans un seul point crucial qui est l’accès à la devise au simple citoyen car tant que l’Etat verrouille l’accès à la devise en quantité suffisante aux citoyens algériens il y aura toujours surfacturation par les importateurs afin de réinjecter les fonds dégagés dans le marché noir pour satisfaire la demande que je pense légitime (qui pour étudier, qui pour se soigner, etc.)
    Le fait d’interdire les importations ne réglera en aucun cas le problème de la fuite des capitaux bien au contraire, il encouragera davantage la fraude et les trafiques en tout genre car il y aura toujours des petits malins ou plutôt des barons qui contourneront le système aidé de leurs complices dans l’administration et bonjour la corruption. (il faut bien que le square port Said soit alimenté de quelque part)
    Aussi, le fait de surtaxer les transferts des sociétés étrangères ne fera que rajouter de l’eau au moulin du marché noir car ces entreprises détiennent de fortes sommes en dinars qui seront transformées au square au lieu de passer par le canal légal.
    La formule est très simple : interdiction implique demande insatisfaite = marché noir.
    Sans oublier que le dinar est contrefait par certains pays afin de destabiliser l’economie algerienne.
    La solution réside dans le fait d’ouvrir des bureaux de change, d’arrêter de surtaxer les transferts des sociétés étrangères et créer un nouveau dinar.
    Je vous assure que si cela est fait les importations ne dépasseront pas les 20 mrd de dollars.

Répondre à cet article