Accueil du site > Essais > Statutaire et valorisante

Essai Renault Mégane Sedan : Statutaire et valorisante

13 commentaires

Publié le lundi 17 octobre 2016 à 11:30, par Khaled A.

Dévoilée il y a quelques semaines puis présentée à la presse au Mondial de Paris, la Renault Mégane Sedan passe entre les mains des journalistes pour les essais internationaux dans la région polonaise de Varsovie

Membre à part entière de la famille Mégane, cette variante Sedan reprend comme attendu le style de la version cinq portes à hayon, avec une face avant identique. Comme d’habitude, le losange prend la place - et la taille - que VDA a toujours voulue : volumineux, très centré et bien bombé, en plus d’être mis en évidence par les lignes de force d’une calandre trapézoïdale striée. Les optiques et la signature lumineuse, l’expression ultime du renouveau du design Renault, à travers ce détourage lumineux en forme de "C" sont également, et logiquement, de la partie.

Le montant C affiche par contre un dessin particulier puisque, au lieu de le lisser comme il est de coutume, une petite nervure dessine un L qui vient prolonger visuellement le dessin de la surface vitrée. Des lignes élégantes et un profil qui apparente la Renault Mégane Sedan à une petite sœur de la Renault Talisman viennent renforcer l’appréciation issue des photos officielles : point d’effet « sac-à-dos » sur la partie arrière, l’une des plus grosses, si ce n’est la plus grosse, critiques qu’avaient enduré les deux premières générations. L’arrière avec un hayon composé de deux parties et des feux arrière à la forme spécifique mais qui adoptent l’identité de la Mégane, complètent ces airs de mini-Talisman !

Le large toit ouvrant panoramique en verre qui rejoint la lunette arrière renforce le design « coupé « et élégant de cette variante. En parlant de coffre qui souffre d’une ouverture étroite, Il s’avère profond et offre un volume de 550 dm3 VDA et propose le système d’ouverture mains libres EAT (Easy Trunk Access).

Une habitabilité dans la moyenne supérieure

L’habitacle est identique à celui des autres versions de la Mégane et ce caractéristique écran vertical ponctué par deux molettes bien rondes habillées d’un laqué noir et qui permettent de réguler la température intérieure. L’ensemble est massif et imposant et l’effet est accentué par la texture et la couleur plus sombre de la partie centrale. Visuellement, cette console se détache du reste de l’habitacle au point d’en faire sa signature. La planche de bord adopte des plastiques moussés, les inserts en chrome ou façon chrome sont bien exécutés et la bonne qualité perçue des autres plastiques, quand ils sont durs, confirme la volonté de montée en gamme de Renault.

Identique au niveau des entrailles, cette Mégane Sedan reprend la plateforme CMF C/D dans la version qui est usitée sur la variante Estate et l’habitabilité est dans la moyenne supérieure du segment, notamment l’espace aux épaules avec 1 441 mm à l’avant, 1 377 mm à l’arrière pour la largeur aux épaules, 1 492 mm à l’avant, 1 413 mm à l’arrière pour la largeur aux coudes. L’espace aux genoux à l’arrière est lui aussi généreux (216 mm, soit 37 mm de mieux que la version cinq portes) et si la ligne de toit trop basse peut s’avérer un tantinet les grands de taille, l’inclinaison de la banquette arrière (27°) optimise la garde au toit.

Riche en dotations

Dans le volet équipements, Renault propose sur cette Mégane Sedan le compteur digital TFT 7’’ configurable en couleur, la tablette multimédia I-surface de 8,7 pouces, le système R-LINK 2, le Multi-Sense, l’affichage tête-haute en couleurs, le système Easy Park Assist, le freinage automatique d’urgence, avertisseur d’angle mort, l’alerte de franchissement de ligne, etc. Afin de pouvoir connecter périphériques nomades et supports multimédia, la voiture offre une connectivité dans l’air du temps : aux deux ports USB, entrée auxiliaire Jack et lecteur de carte SD, s’ajoute le Bluetooth.

L’intérieur est donc dominé par cette grande tablette dédiée à l’info-divertissement. Elle centralise une bonne partie des commandes, en plus de servir à l’affichage des statuts et des informations du véhicule. Elle regroupe le multimédia, la navigation, la gestion des aides à la conduite et des modes de conduite, seul l’air conditionné y est déporté, ainsi que quelques "raccourcis" physiques qui prennent place sous les molettes.

Le format vertical a permis aux concepteurs de profiter d’un espace d’affichage utile plus important. En plus d’être à portée de main, le fait de scinder l’affichage en deux, offre un "double-écran" au format paysage, facilitant ainsi la lisibilité. Revers de la médaille, la lecture de la partie inférieure oblige à baisser les yeux et à quitter un peu plus longtemps la route des yeux. Mais ce n’est pas bien grave puisque l’information principale s’affiche dans la partie supérieure de l’écran.

A l’usage et malgré la taille, le R-link 2 sur cette tablette s’est avéré déroutant. Si l’ergonomie "physique" est au rendez-vous, la logique l’est un peu moins avec une interface qui, souvent, impose plusieurs manipulations, validations et "retours" pour passer d’un menu à un autre. Un effet atténué par des fonctions déportées vers des touches tactiles à droite de l’écran de 8.7 pouces. Elles rassemblent des raccourcis d’accès rapide : le bouton on/off, le volume audio, le bouton Home, les aides à la conduite et l’accès au multimédia.

Conduisez selon votre envie

La commande Multi-Sense, positionnée sur la console, permet d’accéder directement à la fonction sur l’écran R-LINK 2, et d’avoir accès à cinq modes de conduite : Neutre, Sport, Confort, Personnalisé, Eco. Cinq ambiances lumineuses y sont associées : sépia, rouge, bleu, violet et vert. L’ambiance choisie est présente sur la console centrale ainsi que sur les panneaux de porte à l’avant et à l’arrière.

Elle est associée à la couleur d’affichage de l’écran TFT du tableau de bord et de l’écran multimédia vertical. Enfin, en lien avec la technologie Multi-Sense, le conducteur a la possibilité de personnaliser le son du moteur. Il a le choix entre trois modes : Neutre, Confort et Sport.

De bonnes sensations routières

C’est à l’aéroport Chopin de Varsovie que se fait la prise en main de la Renault Mégane Sedan pour un parcours de 176 km offrant portions d’autoroutes et routes de campagnes. Mue par le 1.5 dCi 110ch et 260 Nm de couple notre premier modèle d’essai s’est montré à l’aise durant tout le trajet en offrant une conduite sereine et sans à coup. Renault ayant reconduit le châssis de la troisième génération qu’il a profondément revu, ce dernier s’est montré plus abouti tandis que la direction, le talon d’Achille des anciennes, apparait très précise. Tout comme sur la version 5 portes, elle joue la carte du consensus pour ratisser le plus large possible avec, quitte à encaisser quelques mouvements de caisse, un tarage plutôt souple de sa suspension. Les sièges complètement revus, profitant de la même structure que Talisman et Espace, assurent un bon maintien. C’est le confort qui est mis en avant pour séduire le maximum de clients. L’insonorisation est d’un bon niveau notamment sur autoroute grâce à l’épaississement des vitres, à l’ajout de joints d’étanchéité extérieurs en bas de porte et à la généralisation du pare-brise acoustique.

Le premier modèle laissera place à une motorisation plus puissante puisque nous échangeons le 1.5 dCi 110ch par le 1.6 dCi d’une puissance de 130 canassons et 320 Nm de couple, associé à une boîte manuelle à six rapports. Ce nouveau bloc est un digne descendant des moteurs diesel Renault, alliant vivacité, souplesse et discrétion. La transmission est assurée par une boîte manuelle à six rapports qui se chargent de faire passer, en toute sérénité, les 320 Nm sur le train avant. La disponibilité du couple très bas dans les tours en fait un bloc particulièrement adapté pour un usage quotidien tout en permettant, au besoin, de très belles relances.

Bilan

Héritant de toute la panoplie de sa sœur Hatchback, la Mégane Sedan se veut une berline tricorps au style aussi dynamique qu’élégant, l’absence de l’effet "sac-à-dos" étant pour beaucoup, elle se positionnent comme un véritable choix pour ceux qui sont à la recherche d’une voiture statutaire et valorisante.

Portfolio

Lire également

Renault Algérie Production : 60.000 voitures sortiront d’Oued Tlélat en 2017
Renault : Le diesel débarque sur la Mégane GT 15 
Peugeot Algérie : Disponibilité du Partner Atelier
Ival : Finalement, l’unité de montage sera pour février
Dacia Algérie : Nouvelle hausse pour la Sandero Stepway MIB
Renault Algérie : Tarifs à la hausse pour la Symbol MIB
Peugeot : La 301 facelift se dévoile
Citroën : Le restylage de la C-Elysée en 4 points
Renault : Le calendrier des nouveautés en fuite
Renault Algérie : Journées portes ouvertes sur la carrosserie
Essai Peugeot 3008 GT 2.0 BlueHDi 180ch S&S : La nouvelle référence ? C’est bien parti pour !

Vos commentaires

  • ]Le 17 octobre à 15:08[, par 405SR

    une voiture qui va cartonner sans doute

  • ]Le 17 octobre à 15:28[, par younecell

    Bonjour Khaled !
    Quand je lis "statutaire", je me rappelle de votre reportage consacré à la Fluence, sur lequel j’ai décidé de m’en procuré "une" de couleur blanche (comme celle de votre essai). Un achat que je REGRETTE vraiment, avec amertume, car habitué de la marque, j’étais désagréablement surpris par le niveau médiocre de le voiture, mis à part la fiabilité, sans plus, du moteur Dci. Maintenant que je l’ai remise à niveau (révision super générale), je compte (Encore ! me diriez-vous) me procurer cette nouvelle Megane sedan. On verra bien...

  • ]Le 17 octobre à 15:52[, par Khaled A.

    A youncell :
    Desolé que tu a eu àregretter ton achat mais personnellement je ne peux me prononcer sur un essai, certe sur autoalgerie, mais effectué par un autre journaliste.

    Par ailleurs, il faut prendre en compte que les essais sur 300 km dans le meilleur des cas (distance à diviser par 2 journalistes) ne peuvent que donner un premier aperçu et sur ce point, la Megane Sedan n’a pas à rougir de ce qu’elle offre.

    Ps : j’aimerai bien connaître tes griefs contre la fluence ;) merci

  • ]Le 17 octobre à 20:19[, par momo

    Moi ce que je retiens et sous un autre angle, c’est .....la propreté des paysages, de la nature, pas de sachets, pas de bouteilles, pas de dechets !!!!:’-(:’-(:’-(:’-(
    On ne peut pas avoir la même chose chez nous :’-(

  • ]Le 17 octobre à 20:52[, par mizand

    @khaled
    mais pour le second journaliste, JE SUIS LA B-)

  • ]Le 17 octobre à 20:54[, par mizand

    @younecell
    Je te comprend et je suis du meme avis que toi, alors vivement ton prochain achat avec cette Megane.
    @Khaled
    tes propos m étonne

  • ]Le 18 octobre à 06:39[, par Khaled A.

    @ mizand :
    L’essai dont parle younecell remonte à 2010 et effectué par une autre personne. Deonthologiquement je n’ai pas à me prononcer ;)

  • ]Le 18 octobre à 09:02[, par younecell

    Bonjour Khaled !
    C’est vrai que l’essai date de 2010 et cette Fluence nous a tous emballés avec son "look, mais croyez-moi si je dis qu’elle est d’un niveau de finition, de tenue de route et de confort qui ne ressemblent en rien à une européenne, quoique j’ai appris à l’apprécier (par nécessité).
    En somme, la Fluence fabriquée de 2010 à 2012 (car celles produites depuis 2013 ont un châssis diffèrent et des finitions meilleurs Ex : le joint de toit qui disparait +2013, lui conférant plus de rigidité), souffre de carences à plus d’une échelle... On dirait qu’elle n’a pas été prise au sérieux ou comme si ils (Ing. Renault) étaient obligés de la fabriquer !

    Ce constat est fait étant propriétaire, des années durant, des différentes Meganes produites par Renault (5 et 4 portes) :

    - Révision chaque 10.000 km, avec obligations de changer tous les filtres dont le filtre à gasoil à 4000 ou 5000 dinars (coût total de la révision en concession entre 16.000 et 22.000 DZD les 10.000 km !!!!!)
    - Tenue de route d’une vielle berline (qui fait très peur).
    - Freinage très faible et qui manque sérieusement de mordant.
    - Moteur très brouillant.
    - Une boite 6 vitesses catastrophiquement mal étagée (certaines cotes sont impossibles à pratiquer).
    - Bruits de caisses à chaque tournant.
    - Cuire du volent et du pommeau du levier de vitesse effrité à 10.000 km.
    - Caoutchouc de la pédale embrayage déchiré à 12.000.
    - Vitres et pare-brise (incroyablement fins) enrayés des le premier lavage.
    - Joints de portes qui se détachent au moindre mouvement.
    - Tôle très fragile (notamment au niveau de l’aile arrière).
    - Jantes en alliage fragiles aussi (made in China).
    ......... et j’en passe !!!

  • ]Le 18 octobre à 09:24[, par Naventador

    Cette Megane Sedan a l’air bien faite assez homogéne, une petite talisman j’aime bien, merci pour cette essai qui nous donne une idée plus précise sur cette Megane, cela dit j’accroche moins au C des optiques avant et le Logo assez imposant, Concernant la finition certes elle a l’air d’étre pas mal mais a voir la photos 7 sur la quelle on voit bien que les plastiques ne sont pas bien alignés sur la partie de gauche montre qu’il y’a un peu travail a faire de ce coté la :-P

  • ]Le 18 octobre à 10:10[, par mizand

    une idée sur la date de commercialisation, des la 5 et 4 portes

  • ]Le 18 octobre à 10:34[, par Naventador

    Mea Culpa je voulais dire la Photos N°6 :-))

  • ]Le 18 octobre à 11:39[, par abdouALGER

    @Naventador, ce n’est un mauvais alignement des plastiques, mais c’est effet de l’ombre du jog dial de la clim...;-)

  • ]Le 23 octobre à 21:48[, par karim

    je suis interessé aussi , pas de date pour la nouvelle megane khaled ?

Répondre à cet article