Accueil du site > Actualité > Serie 2 Active Tourer, l’antithèse de l’esprit BMW

BMW : Serie 2 Active Tourer, l’antithèse de l’esprit BMW

5 commentaires

Publié le dimanche 16 février 2014 à 16:24, par Dalil C.

Après l’avoir présenté sous la forme d’un concept, BMW lève enfin le voile sur l’un des modèles de la marque à l’hélice qui va marquer l’histoire et faire plutôt mal en frappant fort, la Serie 2 Active Tourer.

Le concept Active Tourer qui a été présenté au Salon mondial de Paris en 2012 puis à Frankfurt en 2013, avec une nouvelle version Outdoor, s’habille enfin de sa robe de série, en ajoutant cette fois-ci à sa dénomination l’affiliation à la toute nouvelle Serie 2, à savoir le nom de « Serie 2 Active Tourer ».

Un modèle qui va marquer à jamais l’histoire de la marque bavaroise, car étant son tout premier modèle dans le segment monospace, même si BMW se refuse à le désigner en tant que tel. Ajoutons à cela qu’il sera le premier à être équipé d’un bloc à trois cylindres. Mais autre détail plus marquant et plus important au yeux des passionnés et autres fans, il va casser une tradition vielle de presque 100 ans en étant également le tout premier modèle à traction… Un sacrilège pour les puristes de la marque !

Cette Serie 2 Active Tourer affiche des formes et des dimensions de monospace avec ses 4.34 m de long, 1.80 m de large et 1.56 m de hauteur, avec un empattement de 2.67 m. Mais même s’il reprend l’affiliation Série, il n’en prend quasiment aucun trait. Dans le volet design, il reste assez fidèle au concept présenté à Paris. Ce nouveau modèle reprend certains codes des dernières productions de la marque, avec des lignes marquées et un profil qui reste, malgré les dimensions, assez dynamique, avec une face avant qui arbore des naseaux déportés vers l’avant et des feux arrière au dessin typique des dernières productions de la marque. A l’intérieur, pas de révolution, c’est du 100 % BMW. Les habitués ne seront pad dépaysés, puisque ce modèle reprend le style maison, avec une présentation sobre et très bonne finition.

Esprit monospace oblige, l’un des points importants de ce modèle reste le volume de chargement. Et dans ce domaine, il se situe dans la partie basse. Avec ses 468 litres de volume de chargement, il fait un peu moins bien que le Mercedes-Benz Classe B, sont concurrent direct qui dispose de 486 litres. Même constat avec les banquettes (40/20/40) rabattues, qui permettent d’avoir une capacité de 1 515 litres, contre 1 545 pour le Mercedes.

Modèle BMW oblige, il s’équipe de tout un attirail technologique avec bon nombre de systèmes, tels que, entre autres, l’assistant de conduite en embouteillage, le régulateur actif avec fonction stop & go, l’avertisseur de collision avec fonction d’amorce de freinage en ville, l’avertisseur de personnes avec fonction d’amorce de freinage en ville, l’alerte de dérive et l’indicateur de la limitation de vitesse Speed Limit Info, l’affichage tête haute.

Dans le volet technique, cette Serie 2 Active Tourer reprend la plateforme de la Serie 1, qui a dû être remaniée pour proposer une configuration « Traction » et qui reçoit un train avant McPherson et un train arrière multibras. Sous le capot, BMW propose, pour son lancement, trois blocs, deux quatre cylindres… et un trois cylindres pour la 218i, à savoir un 1.5l de 136 ch, le même utilisé dans la gamme MINI. La 225i embarquera un 2.0 l de 231 ch et la 218d, seule offre diesel, un 2.0 l de 150 ch. Toutes ces motorisations sont équipées de la technologie BMW TwinPower Turbo. Ces blocs seront associés à une boîte à 6 rapports manuelle ou automatique en option, mis à part la 225i qui aura droit à une boîte automatique 8 rapports. Suivront après les 220i, 220d et 216d.

Un véhicule atypique dans la gamme de la marque bavaroise qui va lui permettre de s’attaquer pour la première fois à ce segment, mais qui va aussi marquer au fer rouge son histoire, étant un semblant d’antithèse de l’esprit BMW et celui qui casse un tradition vieille de presque un siècle !

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 16 février 2014 à 16:55[, par KingOfTheRoad

    90% des acheteurs de BMW ne savent pas ce que c’est que une propulsion ou une traction, n’empêche, c’est un coup dur pour les puristes, mais entre nous, un puriste ne va jamais songer à acheter un monospace, type de carrosserie pour père de famille, sans charme particulier, mais malgré tout, je reste confiant, BMW sait faire de bons châssis, et avec la plateforme de mini, le train avant allégé, le train arrière multibras et la hauteur de caisse réduite, ça ne peut être que bon en virage, en plus le Mercedes Classe B continu à séduire avec de beaux chiffres, BMW a regretté son absence sur ce segment lucratif.

  • ]Le 17 février 2014 à 21:10[, par abgre

    Dès le premier coup d’œil, on dirait une KIA CARENS.

  • ]Le 18 février 2014 à 13:32[, par route66

    ça fait drôle de voir BMW faire ces modèle la

  • ]Le 18 février 2014 à 14:09[, par mirou

    Salam alikoum

    quand j’écoute des truques comme ça ça me pince le coeur :/

    héééé oui, le profit passe avant tout, malheureusement, mini qui n’a rien d’une mini, une fiat 500 gross comme un kangoo, et cette BMW traction monospace :/

    maintenant de plus en plus de constructeurs font la même chose, avec des noms differents, sans âme, sans goût :'-(

  • ]Le 18 février 2014 à 21:02[, par Ragnarök

    C’est comme commercialiser des Porsche avec V6 VW essence et Diesel ... :-|

    Pour revenir à cette caisse, je ne suis pas fan...

Répondre à cet article