Accueil du site > Actualité > Actualité > Résumé de l’analyse d’Oxford Business Group

Industrie Automobile : Résumé de l’analyse d’Oxford Business Group

Publié le jeudi 25 janvier 2018 à 16:52, par La rédaction

Pour la 12eme année consécutive, OBG présente au travers de son rapport un condensé de l’économie algérienne et de ses potentiels d’investissement dont celui de l’industrie automobile.

Avec The Report : Algeria 2017, Oxford Business Group établit un examen du développement de l’industrie automobile "qui a franchi d’importantes étapes en 2017", les analyses soulignant les efforts effectués pour amplifier la capacité de production industrielle locale et l’expansion rapide du secteur automobile.

En plus de Renault, qui produit déjà sur le sol algérien depuis son usine d’Oran inaugurée en 2014, et Volkswagen qui s’est allié au distributeur SOVAC, d’autres constructeurs d’envergure internationale s’apprêtent à produire en Algérie, comme Hyundai, PSA ou Kia. A ce sujet, OBG a souhaité recueillir la vision du Directeur Général de SAREL, l’un des premiers sous-traitants local du secteur automobile. Amine Melouk explique comment les entreprises algériennes (notamment les PME) peuvent prendre une part plus active au sein de ce secteur naissant et se montre confiant quant à l’évolution d’un véritable réseau de sous-traitance nationale et à l’augmentation rapide du taux d’intégration. Selon lui, le secteur, bien qu’actuellement fragile, devrait bénéficier d’économies d’échelle avec l’entrée en production d’autres constructeurs. Le patron de SAREL estime également que des efforts significatifs doivent également être faits par les autorités douanières et qu’il faut également améliorer nos ressources humaines en orientant des investissement vers le développement de centres de formation et d’écoles spécialisées dans

Néanmoins, en matière de construction automobile, il convient de s’interroger aujourd’hui sur la place que l’Algérie peut occuper sur des segments plus spécifiques et à plus forte valeur ajoutée : notamment sur toute la partie « composants électroniques ».

Répondre à cet article