Accueil du site > Essais > Prise en main du nouveau Kia Sportage

Essai : Prise en main du nouveau Kia Sportage

4 commentaires

Publié le mardi 9 février 2016 à 15:25, par Khaled A.

La nouvelle génération du Kia Sportage, dévoilée lors du dernier Salon de Frankfurt, ambitionne de faire aussi bien que celle qu’elle remplace et c’est à Dubaï que les journalistes de la région MENA ont été conviés à le vérifier.

Réussite importante de la marque sud-coréenne, le Kia Sportage a représenté, à lui seul et en 2014, 25% des ventes de Kia Motors dans le Vieux-Continent, soit 97.000 unités. Le renouvellement de ce modèle-clé dans la gamme Kia est donc une étape importante dans la conquête du constructeur dans un segment où la concurrence, rude, ne cesse de se renouveler. Ce nouveau Sportage garde la silhouette si spécifique de l’ancien. Par ailleurs, il reconduit sa largeur (1.855mm) et sa hauteur (1.635mm) mais s’allonge de 40mm (4.480mm) et voit son empattement s’allonger de 30mm pour une meilleure habitabilité. Les designers ont quelque peu "avancé" la carrosserie en allongeant le porte-à-faux avant de 20mm et en rétrécissant celui de l’arrière de 10mm.

Un design déstabilisant et séducteur

Le premier changement majeur et perceptible sur ce nouveau Sportage est naturellement son design revu de fond en comble. Et si la première vue du Sportage est déstabilisante puisqu’elle rompt avec les standards du moment, elle finit par séduire lorsqu’on la voit de façon plus approfondie avec son aspect robuste et dynamique avec ses lignes tendues qui se laissent apprécier au niveau des passages de roues et des nervures du capot.

De l’ancien Sportage, ce nouveau garde le nom, le gabarit, le combiné feux de recul et antibrouillards arrière et un très discret clin d’œil aux blocs optiques avant. La ligne latérale est cependant conservée, notamment la signature visuelle de la surface vitrée, autant dire que le design a été revu de fond en comble pour pondre cette nouvelle mouture. Là, la face avant du Kia Sportage reconduit la calandre « Tiger Noise » qui fait l’identité des Kia mais dans des dimensions plus larges. Et le point le plus important sur la face avant du Kia Sportage est cet élément de style qu’il inaugure, pour la première fois sur un véhicule de production de la marque, à savoir une séparation franche entre les feux et la calandre qui ne sont plus sur la même ligne horizontale, les feux sont désormais en position haute et la calandre bien au-dessous, à l’instar de ce qui se fait chez... Porsche et Ferrari.

L’arrière de ce nouveau Sportage est plus épuré. Les lignes horizontales sont dominantes et les surfaces plus douces. Il est Inspiré par le Concept Provo duquel il reprend la silhouette des feux. Comme sur le concept, les feux sont reliés entre eux par une ligne horizontale, relevée par un jonc en chrome. Le dessin intérieur des combinés optiques fera lui aussi partie intégrante de l’identité de ce nouveau Sportage. Les clignotants sont toujours disposés dans la partie inférieure, au niveau du bouclier, c’est là quasiment l’unique rappel de l’ancienne version, avec le dessin intérieur des feux avant. Le nouveau Kia Sportage ramène dans ses bagages une nouvelle finition dénommée GT Line, initiée sur la Cee’d restylée, qui s’offre des attributs stylistiques propres, aussi bien à l’avant qu’à l’arrière. Ainsi, la proue se distingue des versions standards par une calandre au dessin spécifique, des antibrouillards à quatre LED et que Kia surnomme "ice-cube" (glaçons) et une plaque de protection sous-caisse façon aluminium, à la place des antibrouillards conventionnels, circulaires, soulignés par deux liserés en chrome. La poupe, pour sa part, adopte une double sortie d’échappement et un faux-diffuseur façon métal.

Un intérieur en nette amélioration

L’autre changement majeur dans le nouveau Sportage vient de son intérieur, sobre tout en dégageant une impression de modernité et de qualité avec une planche de bord orientée conducteur et marquée par l’omniprésence de lignes verticales, la qualité des matériaux s’améliore avec du plastique moussé sur sa partie haute mais dur sur la partie basse de la planche ainsi que sur les contre-portes, le tout sans dénoter du reste, tandis que l’ajustement est de bonne facture.

Autre caractéristique de l’intérieur, c’est la séparation de la console centrale en deux zones : zone affichage en haut et zone commandes au-dessous. Entre l’instrumentation de bord analogique, se loge la large zone d’affichage de l’ordinateur de bord. Complété par l’écran central au-dessus de la console et disponible en 7 ou 8 pouces de diagonale. Nous regretterons, par contre, la profusion de boutons regroupés dans la partie inférieure de la console centrale, boutons de commandes, assemblés en plusieurs rangées horizontales, poussant à quitter la route des yeux pour savoir ce que vous appuyez -les propriétaires finiront par s’y habituer- mais qui tombent néanmoins sous la main sans avoir à se contorsionner ni à incliner le buste, un avantage dû à la console tournée de 10° vers le conducteur. Le coréen propose trois ambiances intérieures, en noir (cette ambiance a été choisie par Kia Algérie pour notre marché), en bi-ton noir et gris ou bi-ton noir et beige (pas très flatteuse au goût de votre serviteur). La console demeurera noire quelle que soit l’ambiance. La finition GT Line s’offre quelques différences comme ce volant finition à méplat inférieur avec des inserts en noir laqué et un pédalier en aluminium. Dans la continuité de la console, le tunnel central accueille, selon la transmission, soit un frein manuel soit un frein électrique, ce dernier libérant quelques espaces de rangements en plus tels que les porte-gobelets.

Équipements au goût du jour

Côté sécurité, le Sportage hérite des systèmes d’aide à la conduite de dernière génération notamment du VSM et de l’ESP ainsi que du freinage automatique d’urgence, de l’avertisseur de changement de file et du Lane Assist. Il est également proposé avec les feux de route adaptatifs, l’adaptation automatique de la vitesse en fonction de lecture des plaques signalétiques, le détecteur d’angle mort, une caméra de recul avec lignes dynamiques, un hayon électrique et des feux directionnels....L’info-divertissement est également dans l’air du temps avec un système multimédia matérialisé par un écran central (disponible en 7 ou 8 pouces), géré par le microsystème TomTom. En plus de la navigation et selon les pays, il inclut l’information sur le trafic routier, les alertes radar, la recherche locale des points d’intérêt et les prévisions météo. La mise à jour de la cartographie et du reste des fonctionnalités est offerte gratuitement pendant sept ans. La radio numérique est également supportée dans plusieurs marchés européens. L’ensemble audio est proposé avec six haut-parleurs de 160w. Les audiophiles pourront opter pour un ensemble de huit haut-parleurs JBL de 320 watts (dotation adoptée par Kia Algérie pour son offre). Le nouveau Kia Sportage est également équipé d’un chargeur pour périphériques compatibles recharge sans-fil de 5W. Il est situé au pied de la console et doté de la détection automatique des périphériques. Ainsi il prévient lorsqu’on oublie le téléphone en quittant le véhicule. Aussi il affiche la progression du chargement directement dans l’ordinateur de bord. Il est également doté d’un système de protection de surchauffe.

Habitabilité améliorée

Une fois installé c’est une sensation d’habitabilité agréable qui vous habite avec ce toit panoramique ouvrant de généreuses dimensions (1.2m de longueur) mais ce n’est pas qu’une simple sensation. En effet, les 30mm supplémentaires de l’empattement se répercutent à l’intérieur, avec un espace aux genoux qui progresse aussi bien à l’avant qu’à l’arrière, tandis que la garde au toit augmente également et le confort à l’arrière s’en ressent dans le bon sens. Les sièges, au design nouveau et pouvant être chauffants et ventilés à l’avant comme à l’arrière, profitent d’une nouvelle conception et d’une structure en acier haute résistance. Ceux de l’avant profitent de davantage de positions de réglages alors qu’à l’arrière, l’inclinaison peut varier de 23° à 37° avec 17 positions intermédiaires, via un levier repositionné en bas. Les passagers arrière, dont la place du milieu est conseillée ponctuellement, peuvent désormais profiter directement de la climatisation, des aérateurs arrière ayant, enfin, trouvé leur place derrière le tunnel central. Enfin, le coffre est plus spacieux, 503litres (+38litres), l’espace de chargement plus haut et plus large (+35mm) et le seuil plus bas (-47mm) permettent un chargement facile des objets volumineux.

Dubaï – Fujaira pour la prise en main

La première reconnaissance avec le nouveau Sportage se fera sur une distance de 160 kilomètres reliant Dubaï à Fujeira, un parcours à domination autoroutière et qui laissera apprécier le confort de la nouvelle génération de ce SUV sud-coréen. Première bonne impression, la visibilité a été largement améliorée, effaçant ainsi l’une des tares de la génération précédente avec un montant A - le plus problématique sur la visibilité de l’actuel- qui a été affiné et sa base abaissée. Les rétroviseurs latéraux ont également été descendus, pour libérer le champ de vision, ce dernier étant également amélioré grâce à une position de conduite plus haute. Une première partie de test qui ressemble plus à une balade qu’à un véritable essai par la platitude d’un parcours choisi pour mettre plus en valeur le confort du Sportage que ses aptitudes techniques et, ma foi, on n’est pas déçu par le premier volet, loin de là. Petit bémol, la sonorité du 2.0 MPI de 157 chevaux et 196Nm de couple du moteur de notre modèle d’essai (oui oui, on a eu droit à ça et non pas au CRDI 178ch qui animera le Sportage sur notre marché) et dont le bruit envahissant est des plus palpable. Pourtant, lors de la conférence de presse précèdant le début des essais du nouveau Kia Sportage, les responsables de KMC ont annoncé une insonorisation améliorée, déjà que la troisième mouture jouissait d’une très bonne insonorisation générale, si ce n’est un peu la vibration du bloc diesel qui était un brin envahissante. On attendra l’essai de la version algérienne et son moteur CRDI pour être définitivement fixé donc.

Ce n’est donc que sur le chemin du retour, via des routes nationales que le Sportage a été mis à « rude épreuve » dans certaines portions, pour le pousser aux limites acceptées, les organisateurs se faisant un malin plaisir à remettre tout le monde en file indienne et respecter les limitations de vitesses. Ceci ne nous empêchera pas de relever, sur la première grosse et longue montée à la sortie de Fujeira, un MPI assez pataud, combiné à une boîte marquant un temps de latence perceptible, pour un SUV pesant 1.6 tonne, et il a fallu passer en séquentielle et jouer du levier pour relancer le Sportage dans un rugissement très présent. Kia Algérie a en tout cas la main heureuse en se passant de ce moteur loin de répondre aux attentes. Il se montrera néanmoins assez efficace à haut régime durant les quelques minutes de vitesses « non autorisées », relevant aussi un freinage bien dosé. Une seconde partie de parcours qui aura également permis d’aller titiller les bas-côtés, aucun passage en off-road n’était au programme malheureusement, afin de vérifier la réponse des suspensions en dehors du joli bitume. Une petite escapade qui a relevé un bon comportement sûr et confortable du Sportage, même si son objectif premier n’est pas d’aller titiller l’off-road mais plutôt permettre d’aborder sans craintes les routes en mauvais état et quelques sorties de pistes.

Bilan

Design séduisant, intérieur qui monte en gamme, dotation complète, notre modèle d’essai n’aura souffert que par son 2.0 MPI de 157ch qui, heureusement, laissera place à une motorisation plus adéquate sur notre marché, le 2.0 CRDI 178ch.

Portfolio

Lire également

BMW Group : Le premier SUV de Rolls-Royce poursuit son développement
Seat : Le futur grand SUV sera produit en Allemagne
Kia Motors Algérie : Le "Quick Service" du caroubier étend ses horaires
Kia Motors Corporation : Prix Best Buy de Kelley Blue Book pour le Sportage
MINI : 3 millions d’unités issues de l’usine d’Oxford
Ford : Présentation du 1.0 litre EcoBoost avec désactivation des cylindres
Essai Peugeot 3008 GT 2.0 BlueHDi 180ch S&S : La nouvelle référence ? C’est bien parti pour !
Kia Motors : La KIA GT s’annonce en teaser-vidéo
Crédit à la consommation : Signature de l’accord TMC - CPA

Vos commentaires

  • ]Le 9 février à 15:43[, par mizand

    merci pour ce très beau essai.

  • ]Le 10 février à 14:04[, par younecell

    Respect ! Pour cet article généreux

  • ]Le 12 février à 20:13[, par Ragnarök

    Franchement, KIA a beau sortir de nouveaux modèles, le manque d’inspiration est flagrant. L’intérieur est quelconque, comme pour les autres modèles.
    Ceci dit, en terme de qualité routières, je pense qu’il doit valoir le coup.

  • ]Le 12 février à 23:24[, par mizand

    @younecell en effet @autoalgerie est toujours généreux

Répondre à cet article