Accueil du site > Actualité > Actualité > Première mondiale de la nouvelle Seat Arona TGI

Mondial de Paris 2018 : Première mondiale de la nouvelle Seat Arona TGI

1 commentaire

Publié le lundi 1er octobre 2018 à 10:19, par La rédaction

Seat dévoilera le tout premier SUV au monde fonctionnant au gaz naturel comprimé lorsque la l(’rona TGI sera présentée en première mondiale au Salon de l’Automobile de Paris.

L’Arona TGI rejoint ainsi la Leon, l’Ibiza et la Mii, tout en s’inscrivant dans la continuité de l’objectif de SEAT d’augmenter l’utilisation du CNG afin de réduire les émissions de CO2 et d’oxyde d’azote. L’Arona est équipée d’un moteur 1.0 TGI trois cylindres et 12 soupapes, associé à une boîte manuelle à six vitesses, et délivrant une puissance de 90 ch disponible entre 4 500 et 5 800 tr/min et un couple maximal de 160 Nm à 1 900-3 500 tr/min.

La version CNG de l’Arona est équipée des mêmes systèmes que la version essence 1.0 TSI, mais avec des composants qui lui permettent de fonctionner au gaz naturel comprimé. Ainsi, la SEAT Arona TGI est équipée de trois réservoirs de CNG qui sont situés sous un plancher arrière spécifique. À cela s’ajoutent un goulot de remplissage à côté de celui qui est dédié à l’essence, des conduites de gaz en acier inoxydable, des capteurs de pression de gaz et un régulateur électronique de pression qui commande efficacement la distribution du gaz au moteur TGI.

L’intérieur du moteur de 1,0 litre a été largement remanié pour inclure des pistons recouverts de nickel-chrome qui incorporent de nouveaux segments. Ces derniers ont été modifiés pour être utilisés avec du gaz. Les soupapes et les sièges de soupape ont été renforcés. Les rampes de fermeture des soupapes d’admission et d’échappement ont été aplaties pour augmenter leur résistance à l’usure. Le turbocompresseur est plus léger, de sorte que la turbine réagit immédiatement.

L’un des défis du CNG est de pouvoir démarrer lorsqu’il fait froid. Ainsi, pour empêcher tout problème et alors même que la SEAT Arona TGI fonctionne principalement au gaz, le véhicule démarre à l’aide du moteur essence lorsque la température extérieure descend en dessous de -10°C. Commence alors un processus de chauffage des injecteurs de gaz, avant l’activation automatique du circuit CNG lorsque les conditions le permettent.

L’Arona TGI n’utilise l’essence que si les réservoirs de CNG sont vides. Les trois réservoirs de gaz du SUV devraient toutefois être largement suffisants pour assurer une autonomie à la plupart des utilisateurs. Au total, ceux-ci affichent une capacité de 14,3 kg pour une autonomie de 400 km en mode CNG. Grâce au passage automatique du gaz à l’essence, l’autonomie est prolongée de 160 km.

Vos commentaires

  • ]Le 1er octobre à 20:35[, par Deviil-Boy

    J’ai fait une petite recherche, la technologie a l’air interessante, d’ailleurs l’interdiction d’accès aux parkings est levée avec l’utilisation de ce gaz contrairement au GPL, il coute moins cher et il est plus économique... d’ailleurs je sais que l’un des dirigeants de Seat a parlé de ce type de moteur pour être montés sur les véhicules produits ici.

Répondre à cet article