Accueil du site > Actualité > Actualité > Porsche toujours aussi rentable, grâce à ses SUV

Marché Automobile : Porsche toujours aussi rentable, grâce à ses SUV

3 commentaires

Publié le mardi 15 mars 2016 à 11:59, par Dalil C.

Porsche reste quasiment aussi rentable que l’année passée et cette performance est essentiellement due à ses SUV.

Une grosse bouffée d’air, tel est l’apport des Macan et Cayenne pour Porsche. Si certains ont décrié le choix de la marque allemande de s’attaquer au marché des SUV, les résultats, eux, plaident pour cette option car grâce à ces modèles, elle prospère sur le plan financier.

Les 80 216 unités de Macan écoulées en 2015, soit quasiment le double de 2014, constituent à elles seules 35.63% des ventes de Porsche, alors que les ventes du Cayenne ont progressé de plus de 10% pour atteindre les 73 119 unités, représentant ainsi 32.48% des ventes de la marque. Les deux SUV représentent donc à eux seuls 68.11% des ventes de Porsche ! Alors que la 911 représente 13.90 % (31 350 unités) des ventes et Boxster et Cayman 10.07 % (22 663 unités).

Des ventes qui permettent à Porsche de réaliser 21.5 milliards d’euros de chiffre d’affaires, de dégager 3.4 milliards de résultat opérationnel et 2.34 milliards d’euros de bénéfice. Porsche engrange donc en moyenne plus de 10 216 euros de bénéfice par véhicule vendu.

Une situation financière qui, sauf surprise, devrait rester dans le vert et même progresser avec l’arrivée de nouvelles offres qui vont permettre à Porsche de ratisser encore plus large, essentiellement grâce à l’accroissement des ventes du Macan qui baisse son ticket d’entrée avec l’arrivée d’un bloc quatre cylindres de 2.0 litres,et aussi du lancement du 718 Cayman et 718 Boxster qui ont ressuscité le flat 4. Sans oublier l’icône 911 et ses différentes variantes qui devraient continuer à faire engranger de gros bénéfices, ainsi que la future génération de Panamera qui ne devrait pas tarder à éclore, et…quelques surprises de "petite taille" !

Grosso modo et comme l’a si bien expliqué notre confrère Paul Clément-Collin de Boitier Rouge dans un article (que nous vous conseillons de lire), c’est grâce à l’apport de ces SUV tant décriés chez les marques de luxe et les gains qu’il génèrent que ces dernières peuvent prospérer et se lâcher sur d’autres modèles destinés aux puristes, bien plus passionnants et plus confidentiels.

Lire également

Groupe Volkswagen : MOIA, la nouvelle société de services de mobilité du Groupe Volkswagen
MINI : 3 millions d’unités issues de l’usine d’Oxford
Renault Algérie Production : 55.000 véhicules en 2 ans

Vos commentaires

  • ]Le 15 mars à 12:26[, par Ragnarök

    La passion automobile version VAG.
    Diesel, 4 pattes VW, et 70% des ventes réalisées grâce à des véhicules haut-perchés... Vive la sportivité incarnée par les Porsche de nos jours :-/

  • ]Le 15 mars à 15:02[, par Fuel

    Bonjour,

    Le gros hic dans ce raisonnement, c’est qu’ils ne sont pas "obligés" de faire des SUV pour vivre mais le font par "facilité" :’-))

    Je m’explique, Porsche appartient à un groupe et ce dernier reste plutôt bon pour faire des voitures passe partout, qui génerent beaucoup de chiffre d’affaire. Porsche peut se permettre, via l’apport du groupe justement, de faire "uniquement" ce qu’il fait son charme et de rester petit, c’est juste que le manque à gagner est trop gros à encaisser pour les actionnaires qui veulent toujours plus !

    Porsche était pendant de longues années le constructeur le plus rentable de la planète, bien avant les Cayenne, Macan et autre Panamera.

    Personnellement partir du principe qu’il faut faire des modèles "à chiffre" pour pouvoir faire des modèles "un peu plus confidentiels" n’est valable que pour un constructeur indépendant et il n’en subsiste quasiment que dans le luxe !

  • ]Le 15 mars à 17:53[, par Touka

    A quand une berline de sport ? Il y a des pères de famille qui aimerait rouler en porsche sans devoir acheter un SUV ou l’encombrant Panamera !

Répondre à cet article