Accueil du site > Actualité > Actualité > Plus de 500 000 euros pour le 2 millionième Defender

Land Rover : Plus de 500 000 euros pour le 2 millionième Defender

7 commentaires

Publié le jeudi 17 décembre 2015 à 18:38, par Dalil C.

Le deux millionième Land Rover Defender a trouvé acquéreur au cours d’une vente aux enchères, où il a été cédé à plus de 500 000 euros !

Le mythique Land Rover Defender arrive à la fin de sa très longue et infatigable carrière, et la production de ce 4x4 sera stoppée au courant du mois de janvier. La deux millionième unité de ce légendaire tout-terrain est sortie des chaînes de montage cette année, et a eu tout naturellement droit à un traitement de faveur, que ce soit pour sa fabrication ou ses spécifications, faisant ainsi d’elle un modèle unique.

Land Rover avait annoncé lors de sa présentation que ce Defender n°2.000.000 unique en son genre allait être cédé au cours d’une vente aux enchères caritative chez Bonhams au profit de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge, du Croissant-Rouge et de la Fondation Born Free.

Une vente qui s’est vraisemblablement très bien déroulée et qui a dépassé toutes les espérances puisque ce modèle unique a été cédé à 400 000 livres, soit près de 550 000 euros, une somme déboursée par un acheteur... qatari !

Encore un modèle d’exception qui va très probablement prendre de la poussière dans un garage de collectionneur.

Portfolio

Lire également

Vos commentaires

  • ]Le 19 décembre 2015 à 20:20[, par artic

    Effectivement ,dommage , ces qatari sont entrain de bouffer le monde , et il en ressort de plus en plus qu’ils ne sont pas du-tout connaisseur , ils amassent juste par profusion de petrogazo dollars .et pour cette occasion ils n’ont pas due être attire par la bonne cause ,mais juste par le nombre exclusif sur les ailes et l’arriéré .
    cette belle et increvable machine -defender- ,la première a être réaliser en aluminium ;est faite pour le sable du désert, la boue d’Amazonie , la neige d’Alaska .pas le garage collection d’un cheikh !

  • ]Le 19 décembre 2015 à 20:30[, par artic

    Ahh j’ai failli oublier : savait vous les amis que si en avait de bon décideurs et de gestionnaire intelligent , et bien en devait être entrain de le fabriquer a la snvi de Rouiba depuis plus de 20 ans , et probablement 20 de plus si sa a était concrétiser .
    vous vous rendez compte de combien d’opportuniste comme celle la en a rater , et qu’ont va s’en mordre les doigts aujourd’hui par la situation catastrophique généraliser que nous subissons pour ne pas dire : vivons !!??

  • ]Le 19 décembre 2015 à 20:59[, par artic

    D’oportunité, ...... lapsus invenlentaire ,ou peux etre pas :-/

  • ]Le 20 décembre 2015 à 09:07[, par Dalil C.

    @ artic : Je connais très bien cette histoire, mais il s’agissait de la version militaire et non pas civile.

    L’Algérie ayant refusé c’est la Turquie qui a sautée sur cette occasion en or, et depuis ben l’armée algérienne achète des Defender de la ... Turquie !

  • ]Le 20 décembre 2015 à 15:25[, par mizand

    et maintenant on a le Classe G (d’où son nom ; J’AI) :’-))

  • ]Le 20 décembre 2015 à 22:44[, par artic

    # Dallil-C : Content pour moi . et bien sure même si militaire la version était, ben aujourd’hui on est a la même case : en l’importe a devise forte pour que d’autre travail et prospèrent. et des histoires comme c’elle la y’auna des tones dans chaque domaine d’activite , c dire qu’ont est des champion du ratage dit donc !!!

    faut noter aussi que ce defender et le class G ne joue pas dans la meme cour : l’anglais est beaucoup ..beaucoup plus robuste et facile d’entretien , d’ou ces déboucher militaires varier .

  • ]Le 21 décembre 2015 à 14:36[, par mizand

    le classe G est un faite un véhicule militaire par nature, il a était conçu pour, rien de sa forme carré et ses dimension on étaient calculés pour prendre le moins de place dans les calles des bateaux militaires. Pour la fiabilité du classe G est justement sa raison de sa longévité au catalogue car la demande le veux pour ça.

Répondre à cet article