Accueil du site > Actualité > Actualité > Plus de 3.300 morts en 2016

Sécurité routière : Plus de 3.300 morts en 2016

Publié le mercredi 1er mars 2017 à 07:18, par Khaled A.

3.306 personnes ont trouvé la mort et 25.705 autres ont été blessées dans 14.452 accidents de la route enregistrés en 2016 au niveau national, a indiqué mardi la Gendarmerie national dans un bilan.

Par rapport à l’année 2015, le bilan fait ressortir une baisse de 13,02% du nombre de tués, de 29,88% du nombre des blessés et de 29,2% du nombre d’accidents, a indiqué le directeurs des unités constitués du commandement de la Gendarmerie nationale, le colonel Mohamed Triki en présentant le bilan des accidents de la circulation et des activités de la sécurité routière des unités de la Gendarmerie nationale durant l’année 2016.

Pour le colonel Triki, cette baisse est le résultat de "la stratégie arrêtée par le Commandement de la Gendarmerie nationale en vue de baisser de 30% le nombre des accidents de la route en plus des mesures prises dans ce cadre et des efforts déployés sur le terrain avec les partenaires pour assurer la sécurité routière".

Le même responsable a indiqué que quelque 40 accidents sont enregistrés quotidiennement avec un bila, de 9 tués et 70 blessés.

L’élément humain reste la première cause de ces accidents à hauteur de 86% suivent les piétons avec5,78%, l’état des véhicules avec 4,72% et l’environnement avec 0,89%.

Concernant les infractions du code de la route, il a précisé que l’excès de vitesse vient en tête suivi des dépassements et les manœuvres dangereux puis le non-respect de la distance de sécurité et des feux de signalisation.

Evoquant les véhicules impliqués dans ces accidents sinistres, le colonel Triki a donné le chiffre de 16320 véhicules touristiques, précisant que les véhicules de transport de marchandises et de voyageurs et les taxis ont été à l’origine de 4121 accidents l’année dernière.

D’autre part, les chiffres présentés par le même responsable font ressortir que ces accidents étaient le plus souvent causés par des jeunes âgés entre 25 et 29 ans à hauteur de 17,51%.

Répondre à cet article