Accueil du site > Actualité > Plus attractif et mieux doté, nouvelle recette pour un succès (...)

Essai du nouveau Dacia Duster : Plus attractif et mieux doté, nouvelle recette pour un succès assuré

2 commentaires

Publié le jeudi 28 décembre 2017 à 09:15, par Khaled A.

Khaled A. (Athènes). Dévoilé officiellement lors du dernier Salon de Frankfurt, le nouveau Dacia Duster s’offre aux mains des journalistes pour des essais dynamiques en Grèce relevant une génération dont le succès ne pourrait être qu’au rendez-vous.

7 ans après son lancement et plus d’un million d’exemplaires vendus après, le SUV Dacia Duster a fait peau neuve. Nouveau design extérieur, nouveaux équipements, intérieur revu en profondeur... L’icône de la marque se renouvelle tout en conservant ses atouts : habitabilité, capacités tout-terrain pour un prix qui se veut toujours aussi imbattable. Et c’est dans la région d’Athènes que nous sommes allés le rencontrer une nouvelle fois pour des essais dynamiques d’un SUV du segment C au tarif du B-SUV.

Un air semblable, beaucoup de nouveautés

Tout en gardant l’air général de la première génération, le nouveau Duster s’offre néanmoins ses propres attributs avec une face avant plus agressive à l’image de son capot plus horizontal, aux lignes saillantes, de cette calandre avec ses détails en forme de "cible"dans la continuité de celle de la Stepway et qui s’étire jusqu’à des optiques étirés intégrant des feux de jour à LED répartis en trois segments, des sabots de protection plus imposants, des passages de roue plus "carrés", des jantes de 17" "diamantées" tandis que l’arrière , plus droit, s’offre des feux, tout en nous rappelant la Jeep Renegade, reprenant le dessin "cible" de la calandre et positionnés dans les coins dans le but d’élargir l’aspect visuel du Duster. De profil et parallèlement au Duster actuel, le nouveau-venu voit un avancement du point bas du pare-brise tout en adoptant une ceinture de caisse plus haute pour renforcer le côté SUV. Toujours de profil, on remarquera également le travail effectué sur la custode arrière offrant un aspect plus élancé. Enfin, de nouvelles barres de toit ainsi qu’une partie en caoutchouc qui relie l’aile à la portière avant et dont la présence obéit plus à une contrainte technique pour renforcer cette partie que d’une approche esthétique même si les acquéreur de la variante 4 roues motrices pourront le faire valoir avec un insert 4x4 afin de marquer la différence.

Un habitacle plus valorisant

En effet et une fois la portière ouverte, le changement saute aux yeux avec une planche de bord au design plus aéré abandonnant les "trois blocs verticaux", dégageant ainsi un sentiment d’espace au sein de l’habitacle. Les plastiques, au grain plus raffiné et rendu plus mat, restent durs, et de couleur sombre quelque soit la finition, comme le veut le segment mais la qualité perçue, malgré quelques ajustements à parfaire , enregistre un bond palpable. Derrière le volant à quatre branches désormais, celui de la Sandero tout comme les portières avant au passage, le nouveau Dacia s’offre une nouvelle instrumentation avec non plus trois cadrans , encore ce chiffre, mais deux cadrans séparés par un "display" faisant office d’ordinateur de bord. La console centrale adopte désormais trois aérateurs positionnés juste au-dessus de l’écran tactile, ce dernier prenant un peu plus de hauteur, effaçant un chouia la tare principale constatée sur le Duster restylé puisqu’il "invite" encore à quitter la route des yeux et souffre de reflets. Cet écran permet de gérer le système d’infotainement, réduisant ainsi le nombre de boutons physiques. Rehaussé, l’écran laisse ainsi de l’espace pour une série de touches-piano pour actionner certaines fonctionnalités (warning, ESP, verrouillage, mode Eco...) ainsi qu’aux commandes de la climatisation automatique (une première sur Dacia) et dont l’utilisation lors de notre essai s’est révélée plus agréables que sur certaines Renault, marque dont certains éléments de la Clio et la Mégane sont repris sur la gamme Dacia, économie oblige. Et en parlant d’économie, petit clin d’œil à la prise USB sans cache sur l’écran. Dans la continuité, la console centrale abrite un espace de rangement au design revisité mais également la commande 4x4, profitant d’un frein à main décentré. Enfin, la commande des rétroviseur quitte son emplacement peu ergonomique (sous le frein à main) pour se loger sous l’aérateur gauche de la planche de bord.

La restitution sonore à également été améliorée grâce à des hauts-parleurs au diamètre augmenté à 165 mm. Leur intégration dans les panneaux de porte a été optimisée (fixation et étanchéité). En version haute, l’ajout de deux twitters situés sur le haut de la planche de bord améliore la scène sonore.Le nouveau Duster dispose de 27,2 litres de rangements répartis dans l’habitacle, dont un nouveau tiroir situé sous le siège passager d’une capacité de 2,8 litres. Son volume de coffre, sous tablette, est de 478 litres en version 4x2 et 467 litres en version 4x4 tandis que le volume maximum, banquette rabattue, peut atteindre 1623 litres.

Dotation en hausse et nette amélioration sur route

C’est à l’aéroport d’Athènes que le départ des essais du nouveau Duster ont eu lieu, la première partie du parcourant permettant de faire connaissance avec les aptitudes du nouveau venu en finition Prestige 4x2 et animé par le seul moteur offrant la boîte automatique, un dCi 110 ch et 260Nm de couple associé à la boîte EDC6.

Le premier changement avant d’accéder dans la voiture est celui de pouvoir le faire avec un d’un système de carte mains libres qui déclenche automatiquement l’ouverture des portes à l’approche du conducteur et leur condamnation à l’éloignement et plus besoin de sortir sa clé pour démarrer le véhicule grâce au bouton start/stop. Il faut avouer que cette nouvelle génération du Duster se veut un peu plus bourgeoise avec quelques dotations qu’on n’imagine pas sur un véhicule "low-cost" (est-ce toujours le cas ?), puisqu’il dispose en plus de détecteur d’angle mort, de système de caméra multi-vues, du système de contrôle en descente (HDC), aide au démarrage en côte (HSA Start Assist), allumage des feux automatique et autre aide au démarrage en côte (Hill Start Assist). Côté sécurité, le Duster embarque désormais six airbags de série avec l’arrivée des airbags rideaux, des ceintures arrière avec prétensionneur ainsi que des nouveaux appuis-tête avant avec volume augmenté (surface et épaisseur) offrant une meilleure protection en cas de choc arrière. Certes, le dernier Euro Ncap n’octroie que 3 étoiles au nouveau Duster mais cela est plus lié aux différent systèmes d’aide à la conduite plus qu’à des défaut de sécurité, l’exemple de l’ancienne génération de la Renault Mégane étant le plus parlant, passant de 5 à 3 étoiles et qui aurait pu en avoir 4 juste en améliorant le système d’oublie du port des ceinture de sécurité à l’arrière, le système n’étant pas traduit dans toutes les langues de l’Union Européenne. Ceci, pour l’histoire.

Installé sur les nouveaux sièges du Duster, allongée de 20 mm pour un meilleur maintien et plus enveloppants pour assurer un meilleur maintien latéral en virage et intègrent une nouvelle mousse plus dense, encore trop molle pour votre serviteur, pour plus de durabilité et de confort, le réglage se révèle un tantinet difficile portière fermé, mais les commandes fonctionnant progressivement permettent de trouver rapidement la bonne position de conduite d’autant plus que le volant s’offre,enfin, le réglage en profondeur.

Le bouton start/stop déclenche le dCi et une des annonces de Dacia se confirme, l’insonorisation a été amélioré et les dizaines de kilomètres avalés, sur autoroute, route et piste finiront par confirmer cette impression. Sur ce point, le constructeur roumain explique que niveau sonore est divisé par deux, notamment grâce au traitement des bruits de roulage avec des matériaux plus insonorisants. Augmentation des surfaces absorbantes dans l’habitacle et dans le compartiment moteur de 20 à 50 %, réduction des fuites acoustiques par la mise en place de mastics, ou d’obturateurs, augmentation des épaisseurs de vitrage de 0,35 mm à l’avant permettent une meilleure isolation tandis que les bruits d’origine moteur et de roulement sont diminués grâce à la rigidification du bloc avant (berceau, longerons, tablier), qui atténue les transmissions de vibrations par la caisse à l’intérieur de l’habitacle.

Le parcours qui devait nous mener au pied du temple de Poséidon à Cape Sounio fut varié permettant de (re)découvrir un Duster facile à conduire mais surtout un peu plus confortable, plus stable en gérant mieux les balancements de la caisse et absorbant agréablement les aspérités de la route même lors des dizaines de kilomètres de piste en forêt abordés à une vitesse plus élevée que celle conseillée (désolé co-pilote), ce que nous payerons en consommation puisque notre périple se terminera avec un 6.4 litres/100km, loin du 4.5L de la fiche technique. Bien qu’utilisant la même plate-forme que la génération précédente, cette nouvelle mouture dispose d’une nouvelle direction assistée électrique, et si cette dernière dévoile un certain flou nos obligeant à rectifier le tir dans les virages , elle participe également à filtrer les réactions de direction particulièrement en roulage sur tout chemin. Le dCi 110ch ne démérite pas et la EDC6 s’est montrée suffisamment réactive et douce, le tout offrant des accélérations fermes et le dCi anime avec une facilité déconcertante le véhicule qui dégage une sensation de légèreté d’autant plus que le nouveau Duster est plus léger d’une dizaine de kilos sur cette finition.

Après une nuit réparatrice, la seconde partie de l’essai devait nous mener vers une carrière pour une expérience "Off-road", (article à venir) et c’est au tour de la finition Prestige 4x2 animée par 1.2 TCe 125ch de s’offrir à nous sur des dizaines de kilomètres de campagne et piste forestière. Ce moteur s’est avéré très séduisant et fort agréable, dans les diverses conditions d’utilisation et qui sans être un foudre de guerre, est souple, permet de bonne relance et grimpe haut dans les tours tout en étant sobre...en conduite quotidienne normale, ce qui souvent est loin d’être le cas pendant des essais de courte durée.

Bilan

Extérieur semblable mais sans être le même, un habitacle qui gagne en qualité, une dotation en hausse, plus agréable et plus confortable, la nouvelle génération du Dacia Duster prend le chemin de son aînée avec une route toute tracée vers le succès. Reste à croiser les doigts et espérer le voir débarquer sur notre marché, ce qui ne semble pas gagné d’avance.

Portfolio

Vos commentaires

  • ]Le 9 janvier à 21:23[, par VeyronBugatti

    Merci pour cet essai Khaled, c’est vrai que Dacia refuse de commercialisé le Duster avec boîte EDC pour la version 4x4 ?

    Dommage si la boîte double embrayage ne soit réservé qu’à la version traction !!

  • ]Le 10 janvier à 08:10[, par Khaled A.

    De rien Veyron ;)

    Tout à fait, l’EDC ne sera disponible qu’en 4x2

Répondre à cet article