Accueil du site > Actualité > Actualité > Peugeot veut garder son trophée

Dakar 2017 : Peugeot veut garder son trophée

Publié le lundi 2 janvier 2017 à 11:39, par La rédaction

Après avoir remporté le Dakar 2016 seulement deux ans après son retour, Peugeot compte voir son 3008 DKR faire aussi bien cette année.

Le Team Peugeot Total est en position, prêt à défendre son titre. Stéphane Peterhansel (vainqueur en titre), Carlos Sainz, Cyril Despres, Sébastien Loeb et leurs navigateurs entament avec concetration le départ à bord de leurs toutes nouvelles Peugeot 3008DKR, pour affronter les 9000 km d’un Dakar annoncé comme redoutable.

Sur le plan technique, la Peugeot 3008DKR succède à la 2008DKR. Elle en reprend le concept deux roues motrices face à une concurrence équipée de quatre roues motrices. Par rapport à la voiture victorieuse l’an passé, la 3008DKR présente de nombreuses évolutions au niveau du moteur, des suspensions et de l’aérodynamique. Autre nouveauté : elle embarque une climatisation, qui devrait permettre aux équipages de se montrer performants même en cas de fortes chaleurs.

Stéphane PETERHANSEL (PEUGEOT 3008 DKR #300)

« J’ai la sensation que nous avons bien travaillé tout au long de l’année. Nous avons mis toutes les chances de notre côté. Nous sommes prêts, que ce soit les hommes ou les voitures. Bien sûr, ce n’est jamais simple. Je ne ressens pas de pression particulière. J’ai juste envie que ça commence ! Et j’entends bien me faire plaisir au volant de cette PEUGEOT 3008DKR. C’est une nouvelle voiture qui marque plusieurs évolutions par rapport à la 2008DKR. Ça tombe bien car le Dakar est désormais plus un sprint pur sur des pistes qu’une course disputée dans le désert. Je suis curieux de passer autant de jours en altitude, en Bolivie. Ça va être une expérience nouvelle pour tout le monde. La climatisation va être un avantage. Rien que sur le shakedown, il a fait très chaud avec un fort taux d’humidité à l’extérieur et nous avons pu constater que la climatisation fonctionne bien et, dans de telles conditions, c’est un vrai plaisir d’être à l’intérieur de la voiture de course. Ce n’est pas seulement du confort mais aussi de la performance. »

Carlos SAINZ (PEUGEOT 3008 DKR #304)

« Notre pointe de vitesse est bonne. Après une année de travail, je suis impatient de prendre le départ de l’épreuve, ici au Paraguay. Je pense que nous avons travaillé dans la bonne direction avec cette 3008DKR. Elle semble plus fiable que sa devancière et même un peu plus rapide malgré le handicap de la bride que le règlement nous impose. Je pense que nous avons contourné ce handicap et tout semble en place. C’est difficile de se prononcer sur le parcours. Nous n’en connaissons que les grandes lignes. Il faut attendre car, sur le Dakar, on ne sait jamais vraiment ce que l’on va devoir affronter. Tout le monde évoque un parcours plus difficile. Mon expérience m’amène à être prudent. »

Cyril DESPRES (PEUGEOT 3008 DKR #307)

« Je suis très heureux de prendre le départ de mon troisième Dakar en auto, le 17e au total. Je suis un peu plus serein car je commence à mieux maîtriser « la bête ». J’ai vraiment de bonnes sensations. Le fait de remporter le Silk Way Rally l’été dernier et de me battre devant au Rallye du Maroc m’ont permis d’explorer davantage les limites de la voiture. Je suis zen et en pleine forme. Pour moi, qui ai le moins d’expérience sur quatre roues, j’apprécie particulièrement cette nouvelle 3008DKR car elle a gagné en stabilité grâce au travail effectué sur le châssis et sur les suspensions. C’est un paramètre peut-être moins sensible pour mes équipiers mais qui compte beaucoup pour moi, en termes de confiance. Bien sûr, il va falloir composer avec les deux gros défis du parcours : l’altitude en Bolivie et les dunes et la broussaille en Argentine, la deuxième semaine. Et puis, ça risque d’être un Dakar particulièrement difficile pour les copilotes. Ils vont avoir de nouveaux paramètres à gérer avec ces waypoints de contrôle à trouver. »

Sébastien LOEB (PEUGEOT 3008 DKR #309)

« L’an dernier, avec Daniel, nous découvrions quasiment tout du Dakar. Nous avions constaté que nos points forts se situaient dans les portions de pistes et que nous étions perfectibles dans le hors-piste. Nous avons donc beaucoup travaillé pendant la saison, et particulièrement au Silk Way Rally où nous avons emmagasiné une précieuse expérience l’été dernier. J’espère que cela suffira pour être dans le coup aussi bien dans les spéciales de type WRC que dans les hors-pistes. Globalement, par rapport à la 2008DKR, la PEUGEOT 3008DKR est un petit peu mieux à tous les niveaux. Il y a eu beaucoup de travail sur le moteur, sur les suspensions mais aussi sur les petits systèmes électroniques embarqués afin d’éviter quelques soucis qui nous avaient pénalisé de temps en temps l’an dernier. En moteur, il y a eu de nombreux progrès mais la bride imposée par le règlement pour limiter la quantité d’air à l’admission nous pénalise. En revanche, nous disposons toujours d’un débattement de suspension très important qui nous permet d’absorber les obstacles et d’être très rapides même lorsque le terrain est très accidenté. Je suis assez serein mais je n’oublie pas que le Dakar, c’est quinze jours de course. Je sais que l’on va avoir beaucoup de surprises. Il faut donc essayer de se concentrer et prendre les jours les uns après les autres. Nous essaierons de faire du bon travail à chaque fois et nous verrons ce que ça donnera à la fin ».

Source : Peugeot Sport

Répondre à cet article