Accueil du site > Actualité > Actualité > Pas de prorogation des délais pour la création d’une activité (...)

Marché automobile : Pas de prorogation des délais pour la création d’une activité industrielle

Publié le jeudi 14 juillet 2016 à 01:19, par APS

ALGER- Le ministre de l’Industrie et des Mines Abddeslam Bouchouareb a indiqué mercredi à Alger que le délai arrêté à début 2017 et accordé aux concessionnaires automobiles pour créer une activité industrielle ne sera pas prorogé.

La loi de Finances 2014 fait obligation au concessionnaires automobiles de créer une activité industrielle et leur a accordé un délai de trois années à cette fin, le délai ne sera pas prolongé", a martelé le ministre qui répondait à la presse sur une possible prorogation des délais.

"Je ne peux pas enfreindre la loi", a insisté le ministre qui s’exprimait en marge de la présentation de la loi relative à l’investissement au conseil de la nation, pour signifier que les délais ne seront pas prorogés.

L’article 52 de la loi de finances 2014 prévoit que "les concessionnaires automobiles sont tenus dans un délai maximum de trois ans, à compter de la date de publication de cette dernière, d’installer une activité industrielle et/ou semi-industrielle ou toute autre activité ayant un lien avec le secteur automobile."

Les concessionnaires qui n’auront pas réalisé l’investissement imposé dans les délais impartis se verront retirer leur agrément.

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait, lors de sa dernière visite à Tiaret, rappelé aux concessionnaires nationaux et étrangers activant en Algérie la nécessité de se plier à cette disposition de la loi de finances.

Le ministre de l’Industrie a écrit le 29 juin dernier aux concessionnaires automobiles pour leur rappeler l’obligation de se plier aux dispositions de l’article 52 de la loi de finance 2014 avant l’expiration du délai de trois années.

A une autre question sur le financement du projet d’extension de la cimenterie de Ain Kebira relevant du groupe industriel des ciments d’Algérie (GICA) suite à la mévente de ses actions dans la bourse d’Alger, M. Bouchouareb qui a rejeté le terme échec désignant le peu d’engouement pour les actions de l’usine s’est contenté de répondre que le groupe investira dans ce projet.

Répondre à cet article