Accueil du site > Actualité > Actualité > Paravol, la solution de sécurité automobile d’une start-up (...)

Marché automobile : Paravol, la solution de sécurité automobile d’une start-up algérienne

2 commentaires

Publié le dimanche 3 juillet 2016 à 10:20, par APS

Une solution de sécurité automobile, développée par une start-up algérienne, pouvant arrêter en 30 secondes un véhicule volé, est présentée au salon des startups VivaTechnolgy de Paris dans le but de trouver un partenariat d’investissement.

VivaTechnology Paris, ouvert jeudi, est un salon, regroupant 5.000 start-up dont 10 algériennes, des investisseurs et des bailleurs de fonds, qui veut consolider l’apport des startups dans les secteurs économiques.

La solution Paravol, mise au point par KindTech Center, une start-up algérienne dont le siège est au Cyber-parc de Sidi Abdellah (Alger), est un système électronique embarqué (autonome et spécialisé dans une tâche bien précise), à réaction "imminente et automatique", non connecté au réseau du véhicule et au réseau privatif.

Son promoteur, Hamid Kacha, rencontré au deuxième jour du salon, a expliqué dans un entretien à l’APS que sa mission principale est de "faire échouer toute tentative de vol au moins de 30 secondes", relevant que pour les différents types de vol, "il n’existe pas vraiment actuellement une solution approuvée sur le marché".

Paravol fonctionne avec un identifiant secondaire par rapport à celui d’origine du véhicule qui est généralement soit la clé ou la carte de démarrage.

La reconnaissance automatique de l’identifiant peut être un badge RFID (Radio Frequency IDentification) ou tout simplement un téléphone portable en communication avec le dispositif.

"S’il y absence de l’identifiant ou tentative de vol, le dispositif réagit en 30 secondes", a expliqué le gérant de KindTech, une des 10 startups sélectionnées par un comité de parrainage composé de représentants du ministère de l’Industrie et des Mines, du cluster numérique ADC (Algerian Digital Cluster), du cabinet de consulting EY (ex. Ernst and Young) et de chefs d’entreprises.

C’est un dispositif qui se déclenche trois secondes après le démarrage du véhicule s’il détecte l’absence de l’identifiant. Il émet des bips sonores toutes les 3 secondes durant 18 secondes.

"Si le propriétaire du véhicule a oublié son identifiant, il doit s’arrêter en quelques secondes pour aller le chercher", a-t-il expliqué indiquant qu’en cas de déficience de l’identifiant, Paravol dispose également de clavier pour donner la possibilité au propriétaire d’introduire un code secret.

"Si ce n’est pas le cas, à la 5e seconde, le dispositif limite la vitesse du véhicule à 20 km/heure et l’occupant du véhicule ne peut ni accélérer ni aller très loin", a-t-il ajouté, précisant que le dispositif incite l’occupant à arrêter le véhicule.

A la 10e seconde, lorsque le véhicule n’est pas arrêté, Paravol envoie un SMS au propriétaire lui indiquant que son véhicule a été volé, suivi d’un message vocal invitant l’occupant à arrêter le véhicule. A la 15e seconde, s’il n’y a pas de répondant de la part de l’occupant, le dispositif commande la protection périmétrique (feux de détresse et alarme) et limite la vitesse à 10 km/heure pour préparer le véhicule à l’arrêt, suivi d’une prise d’une photo de profil de l’occupant puis l’arrêt systématique du moteur avec l’impossibilité d’un autre démarrage.

Paravol prévient également le propriétaire du véhicule si ce dernier a été volé par soulèvement ou remorquage.

"Nous proposons trois versions de Paravol. La troisième version (Paravol++) est dotée d’un système de GPS et en cas de kidnapping du chauffeur, par exemple, le dispositif envoie des SMS à plusieurs personnes dont les numéros de téléphone portable ont été préalablement enregistrés", a encore expliqué Hamid Kacha, soulignant cette version donne la possibilité de "traquer le véhicule, le déclarer à temps et l’arrêter à distance".

Pour cette solution innovante, fonctionnelle depuis plus de 18 mois et dont les tests sont réussis à 70 %, le concepteur espère trouver, au salon VivaTechnology de Paris qui fermera ses portes samedi, un partenariat d’investissement "fort et durable".

Vos commentaires

  • ]Le 5 juillet à 18:30[, par YOUGOURTHEN

    Bravo concitoyens

  • ]Le 5 juillet à 21:01[, par mizand

    la solution pour se pas se faire voler sa voiture, c’est de ne pas d avoir de voiture :-))

Répondre à cet article