Accueil du site > Actualité > Actualité > Mise en service début 2017 du permis de conduire à points

Sécurité routière : Mise en service début 2017 du permis de conduire à points

1 commentaire

Publié le lundi 21 novembre 2016 à 11:34, par APS

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a annoncé dimanche à Alger que le permis de conduire électronique biométrique à points "sera mis en service durant le premier trimestre 2017".

"Avant la fin de l’année, le permis de conduire électronique biométrique à points sera prêt et mis en service, au cours du premier trimestre 2017", a déclaré M. Bedoui en marge d’un séminaire sur "les technologies de l’information et de la communication au service de la sécurité routière".

Il a ajouté que la carte d’immatriculation électronique sera également prête avant la fin de l’année et mise en service au courant du premier trimestre 2017.

Il a souligné dans ce cadre, la nécessité de l’unification des efforts pour faire face aux accidents de la circulation routière qui "occasionnent des milliers de victimes annuellement".

"Nous sommes déterminés à ce que l’année 2017 soit celle de la paix et de la sécurité routières grâce à l’implication et la mobilisation de tous les acteurs notamment la société civile car c’est une question qui concerne tout le monde", a encore souligné le ministre.

M. Bedoui a relevé qu’avant la fin de l’année, le parlement aura à adopter la loi modifiant et complétant la loi 1-14 de 2001, relative à la sécurité routière, avec la mise en place de la Délégation de la prévention et de la sécurité routière, "un mécanisme qui est au centre de tout le dispositif", regroupant notamment la société civile.

Pour M. Bedoui, le gouvernement est "décidé à prendre à bras le corps" la question de la sécurité et de la prévention routières, soulignant que "notre stratégie dans les deux années à venir est que le citoyen algérien pourra sentir les résultats de tous les mécanismes mis en place".

Il a ajouté, dans ce sillage, que des efforts de jumelage sont consentis avec des pays, notamment qui nous devancent sur cette question pour trouver une solution au phénomène de l’insécurité routière.

Vos commentaires

  • ]Le 21 novembre à 22:14[, par mizand

    le monde ne va pas se bousculer pour l’avoir.

Répondre à cet article