Accueil du site > Essais > Mieux équipé et plus viril

Essai Peugeot 2008 Facelift : Mieux équipé et plus viril

2 commentaires

Publié le dimanche 22 mai 2016 à 11:44, par Khaled A.

Dans un segment des plus alléchants et concurrentiels, la Peugeot 2008 s’est offert un restylage de mi-vie au mois de février dernier et se prête aux inévitables essais dans la région de Valence.

Trois années après son lancement, le Peugeot 2008, qui est une version SUV de la 208, est arrivé à mi-chemin de sa carrière et est passé donc tout naturellement à la seconde phase qui est synonyme, comme le veut la coutume, de restylage.

Ainsi, la face avant s’offre un lion qui prend place au centre d’une calandre qui gagne en volume et troque ses lames horizontales contre une configuration plus en relief, le capot a été redessiné, les optiques sont assombries , élargisseurs d’aile et bas de caisse noir, l’ensemble lui confère un look plus massif, plus robuste et plus agressif, effaçant l’aspect « break » de la première mouture. À l’arrière, et comme attendu, le 2008 voit arriver de nouvelles optiques 3D à LED. Additivement à cela, les ailes gagnent des protections en plastique, ce qui lui confère un aspect un brin plus baroudeur.

L’habitacle, pour sa part, apporte peu de nouveauté si ce n’est, en option, un volant en cuir surpiqué, en harmonie avec le soufflet du levier de vitesse, la poignée de frein à main et les accoudoirs de portière. Reste que le matériau utilisé au niveau des poignées de maintien laisse un peu perplexe aussi bien visuellement qu’au toucher et que, personnellement, je suis loin d’en être séduit. D’autres détails de finition avaient également attiré notre regard, comme celui d’une moquette mal agencée sur niveau du tunnel central ou ce bouton de commande des vitres arrière placé…à l’envers. Des oreilles vont siffler car il faut reconnaitre que le 2008 actuel affichait une très bonne qualité perçue et de très bons ajustements. Cette version restylée apporte elle des mises à jour en termes d’équipements et de technologies embarqués et se calque sur ce qui a été proposé sur la 208 facelift avec l’introduction de l’Active City Brake, du système Mirror Screen, du Park Assists, etc.

Pour le reste, on se retrouve en terrain connu, ce n’est qu’un restylage rappelons-le, avec des pièces en chrome satin qui animent, toujours un peu trop, cet espace : aérateurs, palette du frein à main, décor inférieur du petit volant, oreilles du pommeau de levier de vitesse, enjoliveurs de l’écran tactile. Prenant naissance au pied de la planche de bord, la console centrale semi-haute amène à sa disposition le frein à main de type aviation, qui libère l’espace du poste de conduite grâce à sa poignée en forme de palette, habillée d’un cuir surpiqué. A l’arrière, les passagers disposent d’un espace aux jambes correct grâce à un empattement de 2,54m et aux dossiers avant amincis. Les places arrière (absence d’accoudoir également) sont bien calibrées pour un jeune public, moins pour trois adultes. Le test-drive révélera également des dossiers un peu ferme et un manque de maintien, le choix (esthétique ?) de se passer de poignées de maintien y étant pour beaucoup. L’accès au grand coffre est aisé un seuil de chargement bas, 60 cm seulement, disposant d’un volume de 410 à 1400 litres, banquette arrière 1/3-2/3 rabattue.

1.2L PureTech 130 S&S EAT6 Allure pour commencer

C’est à l’aéroport de Valence que la prise en main du Peugeot 2008 se fait pour une première étape de 80 km dans l’arrière-pays à bord d’une finition Allure (pour mieux apprécier les différences avec la GT Line) et animée par le 1.2L PureTech 130 S&S et un couple maxi de 230 Nm à 1750 tr/min, associé à la boîte manuelle à 6 rapports. Si on excepte le son assez spécifique d’un moteur 3-cylindres, ce moteur c’est montré très agréable à la conduite avec une réponse franche en bas régime, ce qui n’était pas de trop sur les routes sinueuses du parcours (j’avoue que j’aurai volontiers échanger la voiture par une petite sportive). Petite belle surprise, la boîte s’est montré facile à manipule et « perd » au passage une marque de fabrique de la maison, celle d’être un peu accrocheuse. Le petit volant et la direction ferme profitent au sentiment d’agilité, au même titre que les prises de roulis limitées ou le train avant précis. Et la suspension de cette Peugeot absorbe aussi très bien les bosses, rendant ici hommage à la réputation d’excellent développeur châssis de la marque. En conduite normal, le 2008 s’est donc montré habile sur la route, rassurant quand il le faut et toujours confortable, digne de son patrimoine génétique.

GT Line « You got the look »

Les niveaux Access, Active et Allure sont couronnés par la GT Line. Transversale à la gamme Peugeot, cette dernière permet aux clients de profiter d’un typage sportif et chic. 2008 GT Line repose au sol sur des roues aux exclusives jantes de 17’’ Eridan diamantées noir brillant. Aux chromes de série se substituent des éléments noirs, notamment le jonc de calandre, les enjoliveurs d’antibrouillard, les coques de rétroviseur et les barres de toit. La calandre intègre alors des facettes en Black Chrome et un lettrage rouge, sportif, tandis que le sabot arrière inox reçoit un décor de canule d’échappement. Enfin, des monogrammes GT Line sont apposés sur les ailes avant et le hayon.

Le typage perdure dans l’habitacle, avec les seuils inox siglés Peugeot, le pédalier aluminium et les sur-tapis à la ganse rouge. Le combiné tête haute est éclairé par un cerclage de LED rouge, qui fait écho à l’ambiance RedLine de l’écran tactile. Des surpiqûres rouges parcourent les sièges et la banquette arrière, les accoudoirs de porte, le soufflet et le pommeau du levier de vitesse, la poignée du frein à main et le volant compact. Ces deux éléments sont par ailleurs en cuir pleine fleur. Les ceintures de sécurité reprennent le liseré rouge qui décore les crosses de portes avant.

Et c’est cette nouvelle finition mue par un 1.2L PureTech 110 S&S, boîte EAT6 (Efficient Automatic Transmission 6), que nous affrontons la seconde partie de la prise en main. Une combinaison pour une conduite tranquille et « pépère » comme l’ont révélé nos envies d’envolés dans la succession de virage de la région montagneuse « Sierra del Ave ». En effet, la monte de série des pneus M&S (Mud & Snow) laisse apparaitre une adhérence moindre et un certain flou dans la direction tandis que le bruit de roulement se fait bien entendre et quelques vibrations se font sentir à basse vitesse. Mais cela ne diminue en rien le bon équilibre de cette mécanique qui dégage un réel plaisir de conduire qui ne peut-être qu’augmenter avec la possibilité de choisir sa monte et je n’hésiterai pas à recommander cette configuration (GT Line, 1.2L PureTech 110 S&S, boîte EAT6 et pneus « normaux ») pour ceux qui voudraient s’offrir ce 2008 facelift.

Le Grip Control à défaut du 4x4

Faisant abstraction sur une variante 4X4, Peugeot permet néanmoins aux amateurs de sorties hors-pistes de se faire un peu plaisir en dotant son SUV du Grip Control qui optimise la motricité dans des conditions de faible adhérence. Grâce à une molette, le conducteur peut opter pour le mode Standard (conditions de roulage normal), mode Neige, Tout-chemin, Sable et enfin ESP Off, ce dernier laissant la gestion en totale autonomie la motricité. Et si lors du lancement du 2008, les essais nous avaient offert une petite sortie sur une route boueuse, c’est un atelier sur le sable qui est à l’honneur pour ce restylage afin de démontrer l’assistance du Grip Control pour s’en sortir d’une mauvaise passe inattendue. Il va de soi que ce mode ne permettra pas des rallye-raids et des parties de franchissement à la dure, mais permet de profiter de quelques petites évasions loin des routes ou de s’en sortir des mauvaises passes que peut nous offrir dame nature.

Bilan

Gardant ce qui lui a permis de s’écouler à près de 600.000 unités depuis son lancement en 2013, le 2008 de Peugeot s’est offert un style plus attrayant et viril, une nouvelle motorisation et une nouvelle finition lui permettant, en faisant abstraction des petites imperfections, de tenir la dragée haute dans ce segment des crossovers assez riche en offre.

Lire : Essai Peugeot 2008 (avant restylage)

Portfolio

Lire également

Groupe PSA : « Batch Mobility », concours international dans le domaine des solutions de mobilité
Groupe PSA : Le Business Lab pour explorer de nouvelles activités
Seat : Plus de détails sur la Leon Cupra 300ch
Peugeot : La 301 facelift se dévoile
Groupe PSA : 400.000 DS3 dans la nature
Groupe PSA : DS Urban Store, le nouveau concept de boutique DS

Vos commentaires

  • ]Le 22 mai à 13:56[, par mizand

    pour le décors on dirai l’Algérie dans les gorges de la Chiffa, il y avait pas beaucoup de soleil, vous avez manger quoi ? :-PB-)
    Ah oui la voiture, pour moi pas tellement intéressante, plus de marketing qu’autre chose, mais l’article très bon, mais bon fini les vacance, car ici sur un autre poste c’est la guerre mondiale du HS.

  • ]Le 22 mai à 16:35[, par LRM

    Merci pour l’essai, malgré que la majorité est non concerné par les véhicules tout court vue que c’est redevenu un luxe.

Répondre à cet article