Accueil du site > Actualité > Actualité > Les négociations continuent

Usine PSA en Algérie : Les négociations continuent

11 commentaires

Publié le mardi 10 mai 2016 à 16:43, par Khaled A.

La dernière session du Comité intergouvernemental de haut niveau (CIHN), tenue en avril à Alger, constitue une nouvelle étape dans "la montée en puissance" des relations entre la France et l’Algérie, a indiqué Jean-Louis Levet dans une interview au bimestriel AlgerParis.

Au sujet du projet de l’implantation d’une usine de montage automobile Peugeot en Algérie, le responsable français a souligné que "l’importance de tels projets nécessite que l’on ne confonde pas vitesse et précipitation, dans l’intérêt même des entreprises concernées et des relations entre les deux pays".

"C’est aux opérateurs économiques de poursuivre leur processus de négociation -ce qu’ils continuent de faire- et de prendre le temps nécessaire", a-t-il indiqué.

Source : APS

Vos commentaires

  • ]Le 10 mai à 23:20[, par YOUGOURTHEN

    Les négociations continuent ou ont été ressuscitées ???

  • ]Le 11 mai à 04:57[, par mizand

    @YOUGOURTHEN
    presque, le projet continue, mais avec un zombie (mort vivant).
    OK je sors, je connais la sortie
    text de description

  • ]Le 11 mai à 10:02[, par blumy31

    Intéressent,
    Les français qui hésitent, c’est pas normal ça, à mon avis ils ont reçu des instructions de Paris pour ralentir et temporiser, il y’a quelque chose qui va pas.
    Et ne croyez pas que c’est nous qui avons bloqué le processus, nous n’avons ni les moyens ni las compétences pour en décider.

  • ]Le 11 mai à 10:18[, par LRM

    @ blumy31

    C’est une petit punition pour avoir boycotté la presse francaise, il nous contrôlent totalement ce qui naturel vue le rapport de force entre un pays sous dev et une puissance moyenne comme la France.

  • ]Le 11 mai à 10:38[, par blumy31

    Ah non,
    C’est pas pour un visa de presse qui vont décider une chose pareille, c’est beaucoup plus grave, il y’a certainement quelque chose d’autre (en cours ou dans un futur proche) qui se prépare.

  • ]Le 11 mai à 11:28[, par LRM

    @ blumy31

    C’est vrais que le pressing que fait l’Algérie sur Ban ki mon pour faire **** le Maroc plait moyennement a la France, ca peu aussi avoir un role dans l’affaire.

    Apres on peu rien écarter, notamment le question delicate de la succession du president ( en tout cas elle est delicate pour eux, pour nous on veut juste des elections transparente et démocratique ).

  • ]Le 11 mai à 11:44[, par blumy31

    Pour a 1ere c’est peu probable, mais la deuxième reste plausible.
    Ralentir soudain l’investissement qui devait se faire en 18 mois indique des craintes de prise de risque à cour terme, donc la succession est une bonne piste.
    Autre possibilité, les français mécontents de la décision d’implanter Volkswagen, décaler son installation de quelques années c’était la condition pour que Renault ouvre à Oran, normale car qui voudra acheter des Peugeot et Renault quand on produit des Volkswagen MIB ?

  • ]Le 11 mai à 11:55[, par LRM

    @ blumy31

    Vue que la plupart des projets sont pour 2017/18 je pense qu’on peu compté l’exclusivité de Renault a partir de la date de la signature du projet ( fin 2014 si je me souviens bien ?? ), les 3 ans seront bel et bien passé.

    Apres concernent l’usine VW, je pense pas qu’il vont couvrir plusieurs gammes, ca sera pas un danger immédiat pour Renault/Peugeot puisque les polo hatchback et les clio 4 seront toujours importé ce qui donnera l’avantage a la clio coté prix, et puis tout ça forcera la concurrences a revoir les prix a la baisse ce qui nous sera bénéfique, pour les produits monté localement bien sur.

  • ]Le 11 mai à 12:21[, par blumy31

    Si, L’Allemagne représente un danger majeure pour l’économie française, il faut savoir que :
    Le retard sera rattrapé facilement par les allemands, et que les pays émergeants sont les nouvelles zone de développement des marques allemandes, la logique veut que l’on passe d’une Clio à une Polo ou une golf et pas le contraire, quitte à rajouter 20 ou 30% -la qualité allemande ça se paye-le monde entier est d’accord là dessus-
    Les pays émergeants notamment africains , représente l’essentiel de l’export industriel français (faut pas chercher Renault Fluence aux USA, et il y’a pas de liste d’attente Symbol en Belgique !!).
    L’Allemagne est une réelle puissance économique, contrairement à la France qui elle est une puissance colonial (132 en Algérie...par ex) donc rien à voir avec la performance.
    Et puis c’est officiel Volkswagen est redevenu N°1 mondial devant Toyota selon les chiffres du 1er trimestre 2016 malgré le scandale TDI, sachant que VW avait pour objectif de devenir 1er pour 2018.

  • ]Le 11 mai à 13:35[, par LRM

    Je pense que ça sera pas aussi evident concernent le cas de l’Algérie, l’algérien regard le prix avant tout vue le très faible salaire moyen, et les FR sont champion dans ce domaine surtout que leur gamme s’étend largement et en plusieurs finitions contrairement au VW vendu par SOVAC.

    Et concernent VW en Algérie, ils pourront jamais détrôné les marque FR ici dans notre marché s’il ne revoient pas leur politique tarifaire, parfois c’est pas seulement 10 ou 15 million qu’il faut ajouté mais bien plus que 30, pour une marque généraliste qui gardent des motorisations essence archaïque et qui non pas plus d’équipement et de qualité perçu justifiant la difference a l’achat, sans oublier une gamme restreintes qui consiste a une seul finition par catégorie, ce qui est inacceptable en ces temps ou l’algérien lambda ne peu ce permettre plus que les finitions base.

    C’est sur qu’on a besoin de concurrences pour tiré les prix vers le bas, mais nos politique affectionne particulièrement le jeu du monopole, ça peu leur faire gagné beaucoup d’argent pour alimenté leur compte off shore au detriment de l’intérêt du peuple.

  • ]Le 11 mai à 15:13[, par blumy31

    Il est clair que l’Algérie a une influence française très présente, mais la théorie de l’évolution touche même l’espèce algérienne.
    On est passé de quelques centaines de milliers de véhicules à plus de 5 millions, même sur le plan qualitatif il y’a une évolution.
    Reste juste que VW trouve le bon mix prix / produit pour conquérir le marché algérien, et là aussi le problème est bien plus compliqué.
    Les allemands et les japonais n’investirons pas directement en Algérie, pour plusieurs raisons.et se limitent à des partenariats sans financements directs ; les français eux sont obligés, car ils n’ont pas d’autres choix.

Répondre à cet article