Accueil du site > Actualité > Actualité > Les explications de Saïd Djellab (+ vidéo)

Licence d’importation : Les explications de Saïd Djellab (+ vidéo)

7 commentaires

Publié le dimanche 8 mai 2016 à 12:24, par APS

Quarante (40) concessionnaires de véhicules ont été retenus pour bénéficier des licences d’importation sur les 80 postulants, a annoncé, dimanche, un haut responsable au ministère du Commerce, précisant que la facture d’importation des véhicules ne dépassera pas un (1) milliard de dollars en 2016.

Le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, signera, aujourd’hui dimanche, ces licences qui pourraient être récupérées par les concessionnaires retenus dès lundi 9 mai auprès des Directions du commerce des wilayas, a indiqué le directeur général du Commerce extérieur auprès de ce ministère, Saïd Djellab, sur les ondes de la radio nationale.

Le contingent quantitatif global a été fixé à 152.000 unités pour 2016 dans le cadre du dispositif des licences d’importation, entré en vigueur en janvier dernier, rappelle-t-on.

Le même responsable a avancé que grâce à ce dispositif de licences, la facture d’importation des véhicules ne dépassera pas le montant d’un (1) milliard de dollars en 2016, contre 3,14 milliards de dollars (265.523 véhicules importés) en 2015 et 5,7 milliards de dollars (417.913 unités) en 2014.

Concernant les nouveaux concessionnaires, ils bénéficieront, durant leur première année d’activité, d’un quota de 300 unités par opérateur au lieu du plafond de 15.000 véhicules/an pour chacun des concessionnaires déjà en exercice.

Mais, a-t-il ajouté, ces primo-concessionnaires (NDLR :ceux à venir) devront attendre l’année 2017 pour obtenir les licences puisque le quota global annuel de 152.000 véhicules pour 2016 "est déjà épuisé".

Détaillant le processus du traitement des demandes des licences, M. Djellab a expliqué que le Comité chargé de leur délivrance avait pris en considération plusieurs critères dont essentiellement l’agrément, le respect du cahier des charges et la situation fiscale.

Selon lui, le quota-plafond par concessionnaire de 15.000 unités/an a également été fixé en fonction des marques et des constructeurs ainsi que des pays de provenance des véhicules.

"Nous avons fait en sorte que les importations en provenance d’un seul constructeur ne dépasse pas le seuil de 15.000 unités/an", a détaillé le même responsable.

Dans ce sens, le responsable du ministère a ajouté qu’en plus du quota, chaque concessionnaire est tenu de respecter une valeur-plafond en terme d’importation : "Si nous fixons uniquement la quantité-plafond (par concessionnaire) et nous ne fixons pas de valeur-plafond (pour chaque concessionnaire), le dispositif n’aura pas de sens, puisque son objectif principal est surtout de rationaliser la facture des importations en limitant la sortie des devises".

Sources :APS et Radio Algérie

Vos commentaires

  • ]Le 8 mai à 13:21[, par mizand

    Merci, Bravo beau travail, c’est intelligent ................. je parle pour @autoalgérie de mettre la vidéo.
    Pour le reste allez défoulez vous, il n’y a rien de bon.
    Et il y a encore les multi-marques.

  • ]Le 8 mai à 14:47[, par VeyronBugatti

    Regardez sur A3 comment 2 exportateurs ont répondu à Monsieur Djellab !!! Historique !!! A voir !!!!

    https://www.youtube.com/watch?v=0iW...

    @ LRM

    + 100000000000000000000000000000000000000

  • ]Le 8 mai à 15:53[, par mizand

    On est passé de 356.000 voitures ans à 152.000 voitures, soit la moitié, et on passe aussi de 3.5 milliards à max 1 milliard de $ US, en valeur, ce qui veut dire les voitures auront une valeur 40% moindre à l’achat.

  • ]Le 8 mai à 16:03[, par LRM

    On aura du l’entré de gamme au prix du haut de gamme, il na préciser aucune garantie sur la regulation du prix de vente finale des véhicules.

    Je parle meme pas des revendeurs clandestins qui vont spéculé a mort sur le marché, achètent par dizaines voir centaines et créé la pénurie.

    Il aurait était mille fois plus judicieux d’intégré les constructeurs dans le process pour fixé un MSRP (manufacturer’s suggested retail price) une sorte de prix recommandé en fonction des marchés cible fixé par le constructeur lui meme, comme ca on peu diminuer un peu les ardeurs des concessionaires.

    Car pour l’instant ils veulent seulement limité la surfacturation a l’importation, il ya pour l’instant aucun contrôle sur les prix finaux.

  • ]Le 8 mai à 17:43[, par berkane mohamed

    .....que le spectacle commence :’-)).(concessionnaire, prix, beznassa...).......

  • ]Le 8 mai à 21:18[, par sid

    je ne comprends toujours rien à cette histoire. faudrait commencer par définir le mot concessionnaire. je pense que ce terme est complètement galvaudé.

    Un concessionnaire est un commerçant indépendant qui obtient auprès d’un constructeur automobile (Renault) le droit de commercialiser ses produits (Clio...)

    Dont 15K unités c’est valable pour l’ensemble des distributeurs Renault ou juste pour un seule concession ? Ce n’est pas claire et quid des distributeurs multi- marques ?

    J’essaie de comprendre, en gros et mathématiquement :
    150K unités annuelles au global /15K unités annuelles par concessionnaires = 10 concessionnaires potentiels ?????!!!!:-/:-/:-/:-O

    Éclairez moi les gars !!

  • ]Le 8 mai à 23:30[, par mizand

    En écoutant les critères de définitions des quotas, mais c’est un algorithme digne de la NASA ou de GOOGLE.

Répondre à cet article