Accueil du site > Actualité > Actualité > Les auto-écoles doivent être un maillon de la chaîne de la prévention et de (...)

Sécurité routière : Les auto-écoles doivent être un maillon de la chaîne de la prévention et de la sécurité routière

Publié le vendredi 29 septembre 2017 à 10:37, par APS

Les auto-écoles constituent un maillon de la chaîne de la prévention et de la sécurité routière dont le bon rendement ne pourra que réduire l’hécatombe qui s’abat sur les routes du pays, a affirmé jeudi à Aïn Defla un responsable au ministère des Travaux publics et des Transports.

"Si les auto-écoles ne sont pas associées à la démarche visant la lutte contre les accidents de la route, les efforts déployés jusque-là dans ce registre ne pourront que s’avérer vains", a indiqué le directeur des transports au même ministère, Mourad Khoukhi à l’ouverture du premier séminaire national consacré au rôle des auto-écoles dans la promotion de la formation dans le but d’infléchir une tendance à la baisse des accidents de la route.

Il a, dans ce cadre, affirmé que la mission principale des auto-écoles consiste en la formation de la ressource humaine, signalant que cette mission est d’autant plus importante que les statistiques indiquent sans ambages que le facteur humain est à l’origine de l’écrasante majorité des accidents de la route.

Tout en faisant remarquer que le candidat d’aujourd’hui est le conducteur de demain, il a soutenu que d’avantage d’efforts de la part des auto-écoles déboucheront inéluctablement sur un conducteur modèle, ce qui, a-t-il poursuivi, influera à la baisse sur le nombre des accidents de la route.

Selon lui, l’insécurité routière est une question globale qui touche nombre d’acteurs à l’instar entres autres de la famille, l’école, les élus, les services de sécurité ainsi que les auto-écoles, relevant que le dénominateur commun à toutes ces parties est de trouver les moyens d’éradiquer le fléau ravageur des accidents de la route ou, tout au moins, en atténuer de l’étendue.

Outre les interventions qu’auront à faire les différents intervenants faisant partie du monde des transports et de la sécurité routière, cette rencontre a pour objectif de faire ancrer les rudiments du professionnalisme chez les gestionnaire des auto-écoles dans la perspective de voir baisser l’étendue de l’hécatombe qui s’abat sur les routes du pays.

Pour lui la dimension liée au transport est importante dans une ville, relevant que l’absence de prise en charge de ce facteur conduit souvent à des problèmes de fluidité de la circulation, d’où, a-t-il fait remarquer, l’émergence de comportements qui exacerbe la circulation routière et mènent à des accidents.

Le directeur général du centre national de prévention et de sécurité routière (CNPSR), a, de son coté, soutenu qu’en dépit de la stratégie mis en place pour la lutte contre les accidents de la route, il n’en demeure pas moins que l’intervention individuelle des secteurs concernés fait que des résultats probants n’ont pas été réalisés.

Tout en relevant que les accidents de la route ont pris des proportions alarmantes, le wali de Aïn Defla, Azziz Benyoucef a, pour sa part, relevé que les pratiques irresponsables qui conduisent à cet état de fait doivent être prises en charge au niveau des écoles à travers un programme didactique minutieusement étudié.

Il a en outre mis l’accent sur la nécessité de la conjugaison des efforts de secteurs tels les affaires religieuses, l’éducation nationale ainsi que le mouvement associatif dans la lutte contre ce fléau dont les conséquences préjudiciables n’échappent à personne.

500 participants dont notamment des directeurs des transports, des inspecteurs du permis de conduire ainsi que des membres de l’association tarik essalama venus de 48 wilaya prennent part à cette manifestation abritée par la maison de la culture Emir Abdelkader de la ville.

Répondre à cet article