Accueil du site > Actualité > Actualité > Le secteur représente en Algérie 35% du volume global des matières (...)

Industrie automobile : Le secteur représente en Algérie 35% du volume global des matières plastiques

Publié le mardi 3 octobre 2017 à 16:32, par APS

Les besoins du secteur de l’industrie automobile représente en Algérie 35% du volume global des importations de matières plastiques, a déclaré e chef de division des industries chimiques au ministère de l’Industrie et des mines, Laïdouni Malek.

Les données avancées par le Centre national de l’informatique et des statistiques des douanes algériennes (CNIS) font ressortir des importations d’une valeur de 2,174 milliards de dollars de matières plastiques, dont 1,904 milliards de dollars de produits bruts destinés à l’industrie plastique avec un taux de 87,58 % et 269 millions de dollars de produits plastiques finis, a indiqué M. Laïdouni lors d’une journée d’information organisée au siège de la Chambre algéro-allemande d’industrie et de commerce en prévision du Salon

Le plastique transformé est utilisé dans les domaines de l’agriculture, de l’agroalimentaire, du logement, de la construction, des ressources en eau, de l’industrie automobile et dans le secteur de l’Education et autres, a ajouté le même responsable.

Les besoins du secteur de l’industrie automobile en plastique représente en Algérie 35% du volume global, a poursuivi M. Laïdouni, affirmant que le secteur de l’industrie et des mines oeuvre promouvoir la production du plastique destiné à l’industrie automobile et à inciter les entreprises nationales à produire et à transformer le plastique au profit des usines de voitures, à travers le territoire national.

Une étude de faisabilité a été lancée en avril 2017 pour créer des groupes d’industrie chimique à l’ouest du pays, a-t-il rappelé, soulignant que le groupe Sonatrach a élaboré un plan de développement des industries pétrochimiques en vue de développer le tissu des industries manufacturières dans le pays y compris les mini-projets destinés aux petites et moyennes entreprises (PME).

Répondre à cet article